L’Aventure : une belle aventure éditoriale…

Découvrir un nouveau magazine de bande dessinée provoque toujours une étrange émotion chez le lecteur curieux. L’Aventure, nouveau trimestriel venu de Belgique, n’échappe pas à la règle. Un magazine qui a de la gueule conçue par une équipe d’auteurs déçue par le manque d’enthousiasme de leurs éditeurs respectifs. Certes, ils ont de la bouteille, mais encore une bonne dose de rage pour défendre LEURS BD : des bandes dessinées classiques et tout public. Non ! Ce ne sont pas des gros mots.

«  Renouer avec l’esprit de l’aventure, quelle belle idée ! Je vous parle d’un temps où les auteurs étaient payés avant d’être publiés dans le journal. Et si l’album suivait, ils étaient rétribués en droits d’auteur dès la vente du premier exemplaire ». Il nous revient des témoignages glaçants : hécatombe de séries bien implantées et cependant retirées des catalogues, dessinateurs confirmés sans travail, jetés comme des malpropres. Et  cela sous les coups d’éditeurs «  historiques »transfigurés en machines à sous ».  « Respecter les auteurs, c’est respecter les lecteurs ». « Au travers d’une complicité auteur/lecteur/éditeur, nous renouons avec l’édition traditionnelle de la bande dessinée ». « Si j’ai répondu à l’appel d’André Taymans, c’est parce que je savais en lui et ses associés les héritiers de l’édition à dimension humaine ». Ces quelques phrases sont extraites des éditoriaux d’Alain De Kuysshe, rédac’chef de ce trimestriel de 76 pages présenté par les jeunes éditions du tiroir fondées par le dessinateur André Taymans (« Caroline Baldwin ») et Christian Lallemand. Rédacteur en chef de l’hebdomadaire Spirou pendant six ans au cours des années 1980, Alain De Kuysshe longtemps à la tête de Télé Moustique, propose un journal copieux où se pressent quelques noms bien connus des vieux lecteurs de BD, mais aussi des plus jeunes leurs créations étant intemporelles.

Le troisième numéro actuellement en vente annonce l’arrivée de « Percevan », le fameux héros de Jean Léturgie et Philippe Luguy édité par Glénat, puis Dargaud. Les 16 premières pages de « La Magicienne des eaux profondes », seizième épisode de la saga sont superbes. On peut lire la suite d’ « Eden » la nouvelle série d’André Taymans qui évoque les aventures de Kathy Malone arrière petite fille du professeur Challenger qui rêve de retourner avec ses amis au sein de l’Eden découvert par son grand-père afin d’y fonder une communauté hippie. Suite, trop brève, des aventures de Sophia Stromboli : une brune pulpeuse déjantée animée par André Taymans et François Walthéry. Benoi Lacroix, revient à la BD avec « Mao », série débutée en 1984 dans Spirou, qu’il poursuit dans les pages de L’Aventure. Un nouveau venu, Nico, propose une série moyenâgeuse, « Adelin et Irina » aux prises avec un étrange empire où les femmes ont le pouvoir.

Enfin, le trop rare Antonio Cossu présente l’unique histoire en en noir et blanc du journal, «Marilyn’s Blues », un récit insolite se déroulant dans l’univers de la BD. Projet réalisé à l’occasion d’une première mouture avortée de L’Aventure. Le rédactionnel dédié à la BD propose des entretiens avec Cossu (n° 1), Walthéry (n° 2), Léturgie et Luguy (n° 3). Sont annoncés dans les prochains numéros : « Le Miroir aux alouettes » par Luc Warmant, « Fin de bail » par Philippe Berthet et Antonio Cossu, « P’tit bout de chique » par François Walthéry…

L’impression sur un papier de qualité est parfaite, la couverture en carton souple résistante. Bien entendu, après leur prépublication dans le journal, ces histoires seront reprises sous forme d’albums par les éditions du Tiroir qui ne manquent pas de projets. Comme au bon vieux temps…

Histoire de faire patienter les lecteurs, la collection luxueuse  Les Carnets de L’Aventure permet de retrouver croquis, planches, crayonnés, documents rares et extraits des récits publiés dans le journal. Les deux premiers ouvrages disponibles sont consacrés à « The Splashdown » de Paulis et Taymans (série débutée dans le premier numéro, mais absente du numéro 3) et « Eden «  de Taymans. (36 pages sous couverture intégrale, tirages limités à 500 exemplaires signés et numérotés, 25 €).

Henri FILIPPINI

 Éditions du Tiroir   : L’Aventure, trimestriel, 76 pages en couleurs (9,50 €)
Abonnement annuel 36 € port compris avec un tiré à part inédit signé par Taymans

    


Galerie

17 réponses à L’Aventure : une belle aventure éditoriale…

  1. Crissant Clavier dit :

    Que des auteurs se battent pour exister,c’est très bien, mais est-ce le meilleur moyen de faire la promotion de cette revue que d’appuyer sur l’âge des auteurs -et des possibles lecteurs – et le côté tout public et soi-disant classique ,donc suranné, des BD proposées ?

    Clivage,clivage,boboland avec son discours excluant qui imprègne tout et son révisionnisme bon teint joue suffisamment cette carte là. Les auteurs exclus de son cercle et mis sur la touche devrait plutôt s’inquiéter et se mobiliser de ce côté -là .

    D’abord la qualité – ou pas – est partout.Ensuite, par exemple,les Cossu et Benoi ne sont pas forcément des auteurs « classiques  » ,mais ils racontent très bien ,avec de belles ambiances .Mais d’accord, le titre de la revue suppute une tendance sur un certain type de contenu.

    Mais surtout attention clivage parce que, des aligneurs de cases ,il y en a partout.Certains sont même Grand Prix du FIBD. Plus illustrateurs ou graphistes que narrateurs.

    Heureuse initiative en tout cas.

    • Jean Luc dit :

      C’est sympa de laisser un commentaire et votre dernière ligne est heureusement pleine de bon sens. Le reste hélas est assez difficile à comprendre. Vous soufflez le chaud et le froid sans qu’on puisse suivre le fond de votre pensée ni le cheminement de votre raisonnement.

  2. Pierre dit :

    Disponible en kiosque?

  3. Olivier Northern Son dit :

    Jamais vu chez mon marchand de journaux!?

  4. Vincent S dit :

    Plusieurs projets des éditions du Tirroir se retrouvent sur le site de financement participatif Ulule.
    https://fr.ulule.com/editions-du-tiroir/#/projects/online/

    Dans les projets en cours actuellement, il y a l’album ‘Marilyn’s Blues’ de Cossu.

  5. Henri Khanan dit :

    Uniquement distribué dans les bonnes librairies BD belges, et peut-être un tout petit peu en France.

  6. SERIAL dit :

    Indispensable pour les amateurs de bonnes bd, pas d’âge ni de clivage, beaucoup de plaisir, grâce aux talents! Keep da groove!!

  7. Joel dit :

    Taymans est usé. Il a été viré de partout et a cette « aventure » n’est rien d’autre qu’une petite fantaisie destinée à faire croire à sa relevance. Franchement regardez sa page, c’est une catastrophe à tous les niveaux.

    • vincent dit :

      Propos tout á fait subjectifs ! Je ne connais pas le travail de Taymans. J’ai ouvert quelquefois certains de ces albums mais mon budget bd n’est pas assez large pour tout acheter. Son dessin est classique avec un encrage fort. La planche présentée n’a rien de catastrophique. Le découpage, l’anatomie son certe classique. Mais de là á y porter un tel jugement… Pouvez-vous s’il vous plait approfondir vos dires en nous donnant une analyse plus précise de cette planche si catastrophique á vos yeux ?

      • Joel dit :

        L’anatomie, les dialogues, le trait lourd et grossier, les couleurs, les positions des personnages, etc. Rien de tout cela n’est subjectif. C’est vite torché, sans réflexion et sans entrain.

    • Éditions du tiroir dit :

      Taymans viré de partout ? Je ne sais pas d’où vous tenez ces informations absurdes. Il poursuit depuis 2015 son parcours au sein de Groupe Paquet où le tome19 de sa série phare Caroline Baldwin est annoncé pour 2020 ! D’autre part, c’est insulter nos autres auteurs que de parler de L’AVENTURE comme d’une « petit fantaisie », alors qu’ils s’investissent corps et âmes dans ce projet depuis des mois! Mais peut-être faites vous parties de ces auteurs dont nous avons refusé les planches?…

      • Joel dit :

        Libre à vous, bien entendu, de penser que mon commentaire est motivé par une quelconque revanche. J’ai pourtant beaucoup de mal à imaginer qu’une revue qui ne vend pas plus de 40 exemplaires (chiffres Ulule) attire beaucoup de monde. Il y a, bien sûr, quelques abonnements et quelques ventes en librairies (en dépôt!). Pas de quoi dépasser les quelques dizaines d’exemplaires. Vous pouvez donc vous cacher derrière des affirmations triomphantes, les faits sont têtus. Pourquoi donc un auteur comme Taymans qui travaillerait chez un éditeur véritable perdrait-il son temps avec des livres dont les ventes sont aussi tristes? Je ne comprends pas non plus pourquoi, si Caroline Baldwin est chez Paquet, ce qu’elle en présentation de la page Facebook des éditions du tiroir.

    • Jean Luc dit :

      Joel, Ce n’est pas parce que vous n’aimez pas un auteur, c’est votre droit, que vous pouvez vous permettre de dire qu’il est usé et qu’il a été viré de partout, ça c’est du grand n’importe quoi. Nombreux sont les auteurs qui changent d’éditeurs pour plein de raisons. D’ailleurs André Taymans est toujours chez Paquet pour Caroline Baldwin avec une magnifique intégrale et de nouveaux albums.

  8. Grégoire dit :

    Avec trois albums à faire au dessin au Tiroir : La suite d’Eden, Apollo 11, Sophia Stromboli… Qui peut réellement croire au retour de Caroline Baldwin en 2020 ? … Méthode Coué ?

  9. Crissant Clavier dit :

    La préparation du numéro de Noël avec aussi un concours de dessin, de nouveaux bureaux en cours de rénovation futurs lieux de rencontres, expositions et de séances de dédicaces,une vidéo où le crayon vif,André Taymans montre qu’il en a encore sous le coude….. Ça roule plutôt bien autour de la belle initiative que représente la revue l’Aventure : https://m.facebook.com/editionsdutiroir/

    Voil qui fait plaisir.

Répondre à vincent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>