Soeur Marie Thérèse enfin ressuscitée…

Après avoir livré sa « guerre sainte » contre l’agro alimentaire en 2008, sixième album de ses saintes turpitudes, Soeur Marie-Thérèse des Batignolles est enfin de retour. Ayant vaincu la lassitude de son dessinateur tenté par l’actualité puis victime d’un implacable problème de santé, quitté les pages de Fluide glacial qui l’a vu naître, la religieuse la plus cool de l’histoire de la BD est enfin de retour. Un vrai miracle !

Dieu ne sait plus que faire de Jésus, ce fils qui sans cesse se lamente, râle, geint et dont il doit s’occuper. Allah, simple prophète, lui conseille de lui confier une mission du genre impossible, un truc qui l’occupera un bon moment, histoire qu’il leur lâche les babouches. Bref, une âme à sauver. Sur terre, Soeur Marie-Thérèse est en prison, en attente d’être jugée pour terrorisme. Une affaire sur mesure pour Jésus qui aura pour mission de faire passer Marie-Thérèse de sa cellule de prison à celle du couvent. Ce qui n’est pas une mince affaire.

Une savoureuse galerie de personnages tous plus givrés les uns que les autres défile tout au long d’un scénario démentiel dont la conclusion a été imaginée sur mesure par Maëster pour son compère Julien Solé, grand amateur de super héros. Les savoureuses séquences de prétoire où juges et avocats s’affrontent alternent avec les batailles titanesques entre super héros à la musculature imposante qui mériteraient de figurer au catalogue Marvel. Un album dont la première partie permet au lecteur de s’installer tranquillement dans l’univers certes déjanté mais bon enfant de Maëster, avant d’être durement secoué dans celui plus percutant de Julien Solé. Si les vingt premières planches entièrement réalisées par le créateur de Marie-Thérèse sont riches en images soignées et en petits détails savoureux, les suivantes paraissent plus vides, plus directes et privilégient les grands dessins éclatés. Deux générations de dessinateurs s’affrontent… pour le meilleur !

C’est en 2015 après une riche expérience dans le dessin de presse pour l’édition mais aussi sur la toile que Maëster (né en 1959) décide de revenir à son héroïne fétiche créée en 1982 dans les pages de Fluide glacial. Il a réalisé une vingtaine de pages lorsqu’en septembre 2015, il fait un sévère accident vasculaire cérébral provoquant une hémiplégie touchant le côté gauche qui le contraint à abandonner le dessin. Bien que toujours lourdement handicapé, il se remet avec courage sur l’ouvrage en 2018. Il est aidé par Julien Solé (Julien CDM, fils de Jean Solé lui aussi pilier de Fluide glacial où il dessine « Cosmik Roger ») qui réalise crayonnés et encrages  à partir des découpages crobardés. Malgré les quelques réserves exposées ci-dessus surtout réservées aux initiés, le résultat est excellent. Soeur Marie-Thérèse peut continuer encore longtemps à remplir les bulles (de BD mais pas que…) de son franc-parler… pour notre plus grand plaisir.

Notons pour nos amis de passage à Saint-Malo qu’ils se doivent de faire un détour par le festival Quai des bulles où une exposition joyeusement dingue consacrée à Maëster est proposée du 25 au 27 octobre prochains (http//festival.quaidesbulles.com/exposition/soeur-marie-therese/).

Henri FILIPPINI

« Soeur Marie-Thérèse T7 : Ainsi soit-elle » par Maëster et Julien Solé

Éditions Glénat (13,90 €) – ISBN : 9 782356261076

Galerie

Les commentaires sont fermés.