« L’Almanach » : Jean-Claude Servais comme on l’aime…

Les éditions Dupuis proposent la réédition d’un ouvrage emblématique de Jean-Claude Servais : « L’Almanach ». Un Servais amoureux de sa région de la Gaume en Belgique non loin du Luxembourg, un Servais aimant dessiner les courbes de femmes aux corps généreux, un Servais campagnard amoureux de fantastique ne dédaignant pas glisser dans ses histoires quelques séquences gentiment paillardes. Le Jean-Claude Servais que l’on aime.

Entre dix-neuvième et vingtième siècles, le quotidien des villageois est fait de petites choses parfois légères rythmant une vie de labeur à la fois rude et chaleureuse. Douze personnages, le plus souvent des femmes, sont les héros de douze contes, évoquant ce quotidien à la manière d’un Almanach d’antan, idée astucieuse permettant de relier leurs histoires. De janvier à décembre, Lienne, Amandine, Nanon, Agnès, Théophile, Angélique… réinventent de vieilles légendes ardennaises de ce pays de Gaume cher au coeur de l’auteur. Chroniques campagnardes teintées de fantastique où fantômes et sorcières, femmes légères et grenouille de bénitier , paysans rugueux et puissants se côtoient dans une campagne âpre aux forêts profondes qui ont parfois d’étranges odeurs de souffre. Cet Almanach réalisé entre deux histoires de « Tendre Violette » permet aux lecteurs d’en retrouver tous les ingrédients, humanité des personnages authentiques, décors champêtres soignés d’un dessinateur inspiré par les maîtres graveurs du dix-neuvième siècle, sans oublier la présence de femmes superbes et d’un érotisme discret.

Les douze récits de « L’Almanach » ont été publiés dans le mensuel (À suivre) en 1987 et 1988 avant d’être réunis dans un album édité par Casterman en novembre 1988. Ces histoires qui seront scindées en deux volumes sous le titre « Les Diaboliques » première et seconde époque en 2006, retrouvent toute leur beauté avec cette nouvelle édition intégrale. Meilleur papier, impression parfaite, grand format, tout contribue à magnifier le travail de Jean-Claude Servais à la fois merveilleux conteur et dessinateur au trait puissant et généreux. Et surtout, l’éditeur n’a pas succombé à la tentation de la couleur qu’il aurait été criminel d’ajouter comme c’est trop souvent le cas. Notons que des pages d’introduction publiées dans (A Suivre) ne subsiste que le dessin central réalisé par Servais.
En savourant ces planches plus que trentenaires ont ne peut que regretter la nouvelle orientation de Jean-Claude Servais qui depuis quelques années s’est tourné vers des thèmes plus spirituels à consonance religieuse (« Les Chemins de Compostelle », « Orval ») pour ne pas dire bigote, bien loin des récits fantastiques aux créatures sublimes qui peuplaient ses histoires de « Tendre Violette » à « La Mémoire des arbres ». Une raison de plus pour savourer cet ouvrage de 180 pages superbement réédité par Dupuis.

Né en 1956 à Liège, Jean Claude Servais débute dans les pages de Spirou après avoir étudié l’Art Graphique à l’institut Saint-Luc de sa ville natale. Révélé en 1979 par « Tendre Violette » avec Gérard Dewamme dans (À suivre), il est l’auteur d’une quarantaine d’albums au trait réaliste et sensuel, ouvrage où la nature est magnifiée par cet amoureux des grands espaces.

Henri FILIPPINI

« L’Almanach » par Jean-Claude Servais
Éditions Dupuis (35 €) _ ISBN : 979 1 0347 4353 7

Galerie

Les commentaires sont fermés.