« Le Cimetière des âmes » : enfin !, Corbeyran revient au fantastique…

Tout en bouclant avec brio les séries fantastiques qui ont fait son succès (« Le Chant des Striges », « Uchronie(s) », « Metronom », « Le Régulateur »…), Éric Corbeyran a trouvé une nouvelle source d’inspiration au coeur des vignobles. Enfin, pour le plus grand plaisir de ses vieux lecteurs, il revient aux thèmes de ses débuts avec ce nouveau récit, thriller gothique flirtant avec nos cauchemars les plus macabres, peuplé de personnages tour à tour attachants, monstrueux, iconoclastes.

Au sein de l’Académie Parallèle de Newark située dans l’état du New Jersey, Ashley Hope et le physicien Bill Night dirigent une équipe de scientifiques spécialisés dans les sciences occultes. Ashley et Bill formeraient un couple d’amoureux comme les autres si Bill n’était pas un gorille de plus de 200 kilos, faisant partie des rares survivants de la force « A » (pour Anthropoïdes) spéciale ayant servi dans le plus grand secret en Irak et en Syrie. Ils font revenir à la vie Archibald Donehue, alias Robert E. de Ath, tué par le Linceul voici 200 ans et auteur du mystérieux « Grimoire des cendres ». « La Terre se couvrira d’un linceul de cendres et ce sera la fin du monde » prédit l’ouvrage, dont la lecture devrait leur permettre de lutter efficacement contre les vampires, Loups-garous, femmes serpent, furies et autres goules qui menacent les humains de destruction alors que les morts se lèveront. L’enlèvement du fils d’un policier par un vieillard transformé en un jeune homme invincible est le premier signe de cette invasion. L’enfant n’est qu’une étincelle parmi beaucoup d’autres dont les noms figurent dans le grimoire à présent en possession des créatures maléfiques du Linceul….

Éric Corbeyran concocte un récit riche en trouvailles, utilisant avec une rigueur toute scientifique les ingrédients du genre permettant aux lecteurs amateurs de frissons de le savourer dans les meilleures conditions. On s’attache aux personnages qui ne manquent pas d’humour, on apprécie les décors conçus pour faire peur, on se délecte des nombreuses séquences spectaculaires… Les dessins sont assurés par un jeune artiste italien doué, Francesco Giuseppe Manna né en 1989, diplômé de l’École internationale de la BD de Rome. Après avoir débuté comme storyboardeur dans les jeux vidéo, il a travaillé pour Dark Horse sur « Dejah Toris », « Swords of Sorrow », « Vampirella », puis sur « Old Man Logan », « Crosse Deadpool » et « X-Men ».

Après « L’Agent » de Gabella et Dagnino , « Amazing Grace »  de Ducoudray et Bessadi, « The Red Clay Chronicles » de Guez et Boshi , « Le Cimetière des âmes » est une nouvelle création de l’excellente collection Grind House Stories qui chasse avec bonheur sur les terres des univers de genre chers aux séries B d’antan. Une pagination importante (144 pages en couleurs), un prix raisonnable, des thèmes populaires (western, polar, fantastique, SF…), un riche cahier graphique devraient lui permettre de reconquérir un large lectorat que les prétentieux romans graphiques détournent de la bande dessinée .

Henri FILIPPINI

« Le Cimetière des âmes » par Francesco Manna et Éric Corbeyran
Éditions Glénat (19,95  €) – ISBN : 9 782344024744

Galerie

Les commentaires sont fermés.