« Médée » T4 : un dernier tome sublime…

288 planches auront été nécessaires pour évoquer l’une des plus grandes figures de la mythologie grecque antique. Sans tomber dans le didactisme ennuyeux Blandine Le Callet et Nancy Peña ont cherché à dire toute la vérité sur une femme érudite, éprise de liberté et meurtrière. Une quadrilogie parfaitement bouclée qui devrait séduire un large lectorat au-delà des seuls passionnés de mythologie…

« … puis je m’étendrai là, les yeux clos, laissant glisser sur moi les ombres douces. Et, quand la nuit viendra j’irai vers le néant où dorment mes enfants. » Ainsi se clôt le dernier des parchemins écrits en dix jours par Médée qui sent sa fin proche, évoquant mille ans d’une vie faite de trahisons et de meurtres mais aussi d’amour et d’humanité.

Recherchés par Acaste après la mort brutale de Pélias qui a bouleversé le royaume d’Iolcos, Jason et Médée trouvent refuge à Corinthe où règne Créon. Bien que méfiant envers Médée la barbare Créon confie la construction de sa nouvelle flotte à Jason. Deux jumeaux naissent, Mermeros et Phérès, les années passent paisibles bien que la nature sauvage de Médée ne change pas. Jusqu’au jour où Créon offre sa fille unique Créüse en mariage à Jason. Une trahison de trop qui conduit la mère folle de jalousie à assassiner ses enfants, puis à fuir Corinthe pour rejoindre Athènes où elle épouse Égée malgré l’hostilité de la population…

Celle qui pour certains est une barbare  venue semer le trouble dans le monde civilisé, pour d’autres une femme libre et savante, se raconte sans concession à la fois humaine et monstrueuse. Jamais ennuyeux, évitant les écueils du didactisme, le scénario de Blandine Le Gallet brosse un  portrait à la fois attachant et terrible de l’une des plus fascinantes femmes de l’antiquité. Magicienne, infanticide, érudite mais aussi sensuelle et amoureuse Médée est ici sublimée par les images de Nancy Peña.

Les décors sont soignés, riches en petits détails que ce soit dans les chaudes cités grecques qu’au coeur d’une riche nature méditerranéenne soigneusement reconstitués. Sans oublier les couleurs lumineuses et sensuelles de Céline Badaroux qui évoquent avec justesse la Grèce. Quatre albums totalisant 288 pages sublimes, le dernier en compte 108, qui se savourent comme un conte avec ses séquences merveilleuses, ses intrigues multiples, mais aussi ses actes abominables. La publication de ce dernier volume offre l’occasion de lire l’ensemble de cette oeuvre parfaite tant au niveau de l’écriture que du dessin.

Née en 1969, Blandine Le Callet, normalienne, effectue des recherches en philosophie et littérature tout en enseignant le latin à l’Université. Passionnée par la notion de monstruosité dans l’antiquité, elle est l’autrice de deux romans, d’un recueil de nouvelles et d’une encyclopédie consacrée au « Monde antique de Harry Potter ». Traductrice de la « Médée » de Sénèque (Folio Théâtre), elle signe avec « Médée » son premier scénario, et quel scénario, pour la bande dessinée.

Née en 1979, Nancy Peña a proposé des cours aux arts appliqués avant de se tourner vers l’illustration d’ouvrages pour enfants (« Le Bestiaire de l’Olympe ») et la bande dessinée avec pour premier ouvrage « Le Cabinet chinois ». Notons trois tomes des « Nouvelles Aventures du chat botté » pour 6 pieds sous terre, la série « Le Chat Madame » publiée aux éditions la Boîte à Bulles qu’elle anime avec « Médée » débuté en 2013 pour les éditions Casterman.

Henri FILIPPINI

« Médée T4 : La Chair et le sang »  par Nancy Peña et Blandine Le Callet

Éditions Casterman (18 €) – ISBN : 978 2 203 14 139 1

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.