« Bikini Atoll » : un régal de série Z…

Par ces temps de chaleur, rien de meilleur que de savourer une bande dessinée qui ne vous prend pas la tête, en mêlant monstres sanguinaires, décors enchanteurs et jolies filles. C’est le cocktail épatant que nous propose ce troisième épisode de « Bikini Atoll », second volet de la deuxième saison de la série d’horreur écrite par Christophe Bec pour Bernard Khattou.

C’est pour venger les souffrances subites par leurs parents et grands parents, infligées par les américains se livrant à des expériences nucléaires sur l’atoll de Bikini, qu’une bande de terroristes y fait régner la terreur. Les membres d’une équipe de tournage, accompagnés de jolies filles choisies pour réaliser une campagne publicitaire, sont retenus par les criminels qui les exposent aux dangereux déchets responsables de la tragédie qu’ont connu les habitants des îles Marshall. Nous suivons la lutte pour survivre menée par Lysette, Alan, Neal, Lorie et quelques autres dont le seul espoir est l’arrivée des US Coast Guards. Hélas, avant l’intervention des sauveteurs nombreux sont ceux qui mourront dans d’atroces souffrances, victimes des tortures infligées par les terroristes qui les traquent, mais aussi d’un monstrueux requin mutant qui hante les fonds marins…

Christophe Bec (1969) met le paquet utilisant avec efficacité tous les ingrédients propres à effrayer le lecteur, tortures, corps mutilés, visages défigurés, membres arrachés… mais aussi créatures de rêve dont la plupart hélas n’échappe pas au massacre. Habitué aux histoires fantastiques au long cours, « Sanctuaire » comme auteur complet, « Carthago », « Prométhée », « Ténèbres » comme scénariste… il aborde avec le même savoir faire le récit de genre avec « Bikini Atoll », mais aussi « Blood Red Lake » et « Voraces » dessiné par Stefano Landini pour la collection Flesh & Bones,justement spécialisée dans ce domaine trop rare en bande dessinée qu’est l’horreur macabre.

Bernard Khattou  né en 1968, membre fondateur des Requins Marteaux, collaborateur du Psikopat, aborde la BD réaliste sous le pseudonyme Frisco en publiant « Élysée République » et « L’Agence » aux éditions Casterman. Ces deux expériences lui permettent de proposer un trait efficace et spectaculaire, parfait pour le scénario de Christophe Bec.

Présenté sous forme d’albums à la couverture souple en noir et blanc de 128 pages au format pratique 16,8 x 24,4 cm les ouvrages de la collection Flesh & Bones au prix de vente modeste sont parfaits pour lire sur la plage ou glisser dans un sac à dos. Quinze titres sont déjà disponibles, de quoi frissonner de plaisir tout au long de vos vacances.

Henri FILIPPINI

« Bikini Atoll  - saison 2 T2 » par Bernard Khattou et Christophe Bec –  Éditions Glénat (9,99 €) – ISBN : 9 782344 024218

Galerie

8 réponses à « Bikini Atoll » : un régal de série Z…

  1. PATYDOC dit :

    Attention arnaque ! La super nana en couverture n’est plus qu’une loque irradiée à l’intérieur ! He mea aloha ! :-(

  2. Henri Khanan dit :

    Vous l’avez acheté? Le sexe fait vendre, parait-il…

    • PATYDOC dit :

      J’ai toute la série « Flesh and Bones », dont j ‘aime le concept; d’ailleurs, le côté populaire de cette collection devrait vous plaire ? ! Quand au côté racoleur de la couverture, c ‘était justement une critique, je pensais que vous l’aviez capté;

      • Henri Khanan dit :

        Ben non, désolé comme vous déplorez une arnaque, on peut penser que vous êtes déçu de ne pas trouver votre pitance dans l’intérieur de ce livre.

  3. Crissant Clavier dit :

    De la bonne BD telle, avec sa couverture toute en grâce et retenue vraiment superbe ,qu’on aime la fêter à Angoulême,sacro-saint temple du bon goût .

    Le côté hors des clous de cette BD est justement ce qui en fait toute la valeur,les infaillibles jurys angoumoisin ne savent pas ce qu’ils ratent.

    Un seul mot encore!

    • Crissant Clavier dit :

      Puisqu’on parle du Festival d’Angoulême et la doctrine hautement culturelle et élitiste – le bon goût de boboland à l’exclusion de tous les autres – qu’il s’applique à défendre avec ses palmarès;voici des propos du ici nommé Bernard Khattou , également membre fondateur des Requins Marteaux, éditeur indépendant et décalé comme boboland les chérit ,propos sur le plus que jamais indispensable Bikini Atoll vus sur le site Planète BD .Histoire de rappeler à cette même élite humaine,qui réécrit en toute impunité l’Histoire,justement,avec un révisionnisme bon teint et détaché pour marquer sa différence avec le tout venant,quelques réalités contrariantes:

      « Comment as-tu choisi ton approche graphique pour Sunlight (autre livre de la collection »Flesh & Bones)?  »

      « Bernard Khattou : J’étais à fond dans la lecture de Walking Dead et je me disais que c’était trop bien à lire. Je lisais du Brubaker, du Garth Ennis. Ce sont des lectures hyper jouissives. J’ai dit à Christophe(Bec) que je ne voulais pas refaire du franco-belge grand format et 46 pages. Il était partant pour essayer de faire un découpage différent. Il avait Anna qui était un album un peu dans un FORMAT roman graphique. Il a très vite trouvé ses marques et a adoré car il avait plus de place pour mettre ce qu’il voulait en terme d’histoire. On est parti sur cette idée de Walking Dead. »

      Parce que oui,n’en déplaise,le roman graphique n’est qu’un FORMAT!

      • Henri Khanan dit :

        « Requins Marteaux, éditeur indépendant et décalé comme boboland les chérit »
        Enfin,une grosse partie de leur production est très lisible, même si l’on n’est pas bobo! Ferraille illustré reste une reamarquable revue

  4. PATYDOC dit :

    extrait du Nouvel Obs le 18/07 : C’est assez logiquement que la dose de rayonnement radioactif la plus élevée ait été relevée sur l’atoll de Bikini. Les chercheurs ont notamment découvert que les fruits de l’île, tels que la noix de coco ou le hala contenaient plus de césium 137 que ne l’autorisent les normes internationales de sécurité. Cette île, tout comme celles de Runit, d’Enjebi et de Naen ont des niveaux de plutonium radioactif supérieurs à ceux relevés après les accidents de Fukushima et Tchernobyl.