Pica : Y’a pas que « Les Profs » dans la vie !

« Les Profs » entre de bonnes mains, celles de Erroc, Sti au scénario et de Simon Léturgie au dessin, on aurait pu penser que l’ami Pica profiterait enfin d’une retraite bien méritée. C’était mal connaître notre homme, qui s’est aussitôt plongé dans un nouveau projet lui permettant de réaliser un de ses rêves, dessiner des animaux.

Lions, tigres, crocodiles, singes, rhinocéros… vivent en paix dans la jungle profonde. Jusqu’au jour où débarque un canard et pas n’importe quel palmipède puisqu’il est le patron du journal L’Écho de la jungle. La curiosité méfiante pour ce « canard » de papier devient rapidement passion pour les habitants où chacun trouve son compte de plaisir à la lecture des différentes rubriques. Les choses se corsent avec l’arrivée d’un cochon qui propose un autre journal : La Voix du porc.

La concurrence est rude, la lutte pour l’exclusivité s’intensifie entre les deux patrons de presse. La population locale assiste incrédule à cette bataille tout en conservant un bonne dose de bon sens. Dotés de la parole, les animaux campés par Pica ne manquent ni de truculence, ni d’humanité. Proposé sous forme de gags en une planche, cet album se savoure comme une longue histoire bien qu’écrit par trois scénaristes amis du dessinateur, Erroc, Richez, Cazenove et même Benjamin Tranchand, le temps d’un gag. Nous ne pouvons pas vous garantir un second volume, Pica travaillant déjà sur un nouveau projet bien éloigné de la jungle. Raison de plus pour ne pas manquer celui-ci.

Le dessinateur Pierre Tranchand se dissimule sous le pseudonyme Pica, adopté pour faire oublier aux lecteurs son nom auquel il ne croit plus. Né en 1953 à Saint-Étienne, Pierre Tranchand débute comme architecte avant de se lancer dans la bande dessinée. Une Carte blanchedans Spirou en 1975, une copieuse collaboration à l’hebdomadaire écolo Pistil, précédent un long passage dans les magazines des éditions de Fleurus. Il y publie « Diogène », « Chafouin et Balluchon » avec François Corteggiani qui sera son unique scénariste pendant de longues années.

Pour les éditions Glénat le duo anime les cinq albums de la série « Bastos et Zakouski » à mes yeux le grand oeuvre de Pierre Tranchand.  Ils créent « Marine », « Smith et Wesson » dans Pif Gadget, « L’École Abracadabra », « Monster Hôtel » dans Le Journal de Mickey.Même si leur travail reçoit l’estime des lecteurs et de la profession le succès des albums ne vient pas.

Désespéré, Pierre Tranchand est sur le point d’abandonner la bande dessinée lorsqu’il propose une ultime tentative, « Les Profs » dans Le Journal de Mickey.Réunie sous forme d’albums par Bamboo la série devient un best-seller avec plus de cinq millions d’albums vendus à ce jour et deux longs métrages live à succès. Un AVC vient l’handicaper alors que le succès est enfin là mais loin d’abandonner, Pica parvient à retrouver courage et moyens physiques pour poursuivre. On comprend qu’aujourd’hui il souhaite dessiner uniquement pour le plaisir à un rythme moins stressant et laisser à d’autre le soin de poursuivre « Les Profs ».

Notons que le numéro 63 de Bamboo Mag (juillet/Août) consacre plusieurs pages fort bien illustrées  à Pica dont « Les Profs » ont l’honneur de la couverture. Au fil d’un entretien non dénué d’humour il revient sur sa longue carrière. On y apprend que sa prochaine histoire évoquée ci-dessus aura pour titre « Généalogie Jill » et sortira l’an prochain (Bamboo Mag 63, 68 pages couleurs, gratuit en librairie ou 18 € pour un an, Bamboo Éditions, 290 route des Allogneraies, 71850 Charnay-les-Mâcon).

Henri FILIPPINI

« L’Écho de la jungle » par Pica , Cazenove, Erroc, Richez , Benjamin Tranchand et Pica.

Bamboo (10,95 €) – ISBN : 978 2 81896 201 5

Galerie

6 réponses à Pica : Y’a pas que « Les Profs » dans la vie !

  1. Crissant Clavier dit :

    Chouette dessin de couverture de Bamboo Mag,dynamique et expressif.

    Pierre Tranchand avait quand même le vent en poupe à un moment ,il faisait partie des auteurs en vue,reconnus.
    D’ailleurs pourquoi la série Bastos et Zakouski s’ est-elle arrêtée? Relativement vite.Elle avait son public,qui en parle encore et François Corteggiani répète régulièrement qu’il la reprendrait volontiers .

    • Gary Khatur dit :

      Relisez-la, l’histoire est achevée, ce serait fort difficile d’embrayer après l’épilogue.

      • Crissant Clavier dit :

        Relire?Bonne suggestion, merci ,car en effet cela fait un certain temps…

        Mais si François Corteggiani suggère que c’est LA série qu’il aimerait reprendre, on peut penser qu’il a une ou deux idées pour ça.

        • Bonjour,
          Reconnu par qui ?
          Mes BD ne se vendaient pas !
          « Bastos » s’est arrêté pour insuccès, idem pour « Marine » et le reste…
          Seule la série « Les Profs » a fonctionné !
          C’est comme ça !
          Le succès est un accident heureux…
          Je continue difficilement le dessin sur tablette graphique et poursuis ma passion grâce à Olivier Sulpice, patron de Bamboo, qui me publie tout en sachant que le succès commercial ne sera pas au rendez-vous…
          Rares sont les éditeurs fidèles en amitiés…
          Pierre Tranchand – Pica

          • Crissant Clavier dit :

            Bonjour monsieur Tranchand.

            Tout d’abord vos succès, ceux d’Olivier Sulpice et vous,sont une chose qui m’a toujours fait plaisir,en plus d’être essentiels pour la vitalité et l’exposition de l’école franco-belge version humour.Voilà qui est dit.

            Ensuite, »reconnu par qui ? »….ben et je le sais de source sûre – mes oreilles – par vos confrères auteurs,déjà . Qui vous considéraient comme ,dixit:  » le futur Uderzo « ! Ce que finalement le grand succès des « Profs » a fini par confirmer à une certaine échelle .

            Il est étonnant que vous sembliez l’ignorer mais dans les années 80 vous étiez une figure, avec un public. Un public marqué par les séries « Bastos  » et « Marine  » ,qui en parle encore.

            Le succès c’est quoi,la vente d’albums?Souvent oui.
            Mais il existe/existait une frange du public,assez nombreux mais ignoré de fait, qui lit/lisait les histoires dans les mags ,qui circulaient beaucoup ,et ne voyait pas l’utilité de racheter la même histoire en coûteux albums cantonnés. Ça représente beaucoup de monde.
            A votre détriment il semblerait que c’était votre public.
            La série « Les Profs » accident heureux (?) est revenue mettre de l’ordre dans tout ça.

            Salutations à vous monsieur Tranchand.

          • Pierre Tranchand dit :

            Bonjour,
            Mes confrères étaient sympas avec moi mais j’aurais bien aimé avoir le dixième du talent de « mon maître » Uderzo !
            J’ai fait au mieux ce que j’ai eu à faire avec mes moyens…
            En ce qui concerne une série si elle ne se vend pas elle s’arrête malgré toutes ces qualités c’est comme ça, la loi du marché!!!
            Beaucoup de belles choses ont disparu pour cette raison…
            Alors le succès est absolument indispensable, qu’on le regrette ou non !
            Exit Docteur Poche, Frère Boudin et bien d’autres…
            Pierre Tranchand – Pica