Les 50 ans de Glénat : après la passion, l’album !

Cinquante années d’édition ça se fête ! Et Jacques Glénat n’est jamais avare en communication pour célébrer ce genre d’évènement. Après la publication en début d’année d’un ouvrage souple réservé aux professionnels (voir Glénat : 50 ans d’édition…), c’est au tour d’un bel album cartonné de 80 pages d’être proposé en librairie, ouvrage où les auteurs évoquent leur « boss ».

Une petite cinquantaine d’auteurs participe à cet hommage en proposant de courts récits le plus souvent en deux pages, positifs comme il se doit. Une distribution internationale où l’on note les japonais Agi Tadashi, Sui Ishida, Kanata Komani, Shu Okimoto, Katshiro Otomo, les italiens Vittorio Giardino et Milo Manara, l’allemand Ralf Köning, l’argentin Quino, les « Tchô ! » Lisa Mandel, Julien Neel, Nob, Tébo, Stan, Vince et Zep, les petits nouveaux Olivier Balez, Fred Bernard, Marc-Antoine Boidin, Nicolas Pétrimaux, Vincent, Zanzim, Nicolas Kéramidas, Timothée Le Boucher, Espé, Fabcaro, François Ravard, Boucq et Planchon, les belges Jean-Yves Delitte, Peter Poortere et Gos, l’américain Terry Dodson, Les Vents d’Ouest Régis Loisel, Christophe Chabouté, Ptiluc, Jean-Blaise Djian et David Étien… et les anciens Jean-Charles Kraehn, Marc Malès, Franck Bonnet, Denis Falque, Sylvain Vallée… et l’ « historique » Didier Convard, bien seul pour représenter la longue liste d’auteurs qui ont fait les éditions Glénat en des temps plus incertains.

François Bourgeon, André Juillard, Jean Dufaux, Patrick Cothias, Philippe Adamov, Maryse et Jean François Charles, Griffo, les frères Stalner, Laurent Vicomte, Pierre Makyo, André Houot, Yves Swolf, Hermann, François Dermaut, Brice Goepfert, Daniel Bardet, François Corteggiani, Pierre Tranchand, Christian Gine, Michel Faure, Christian Godard… et bien d’autres manquent à l’appel.

Ayant eu l’honneur de travailler avec eux, permettez-moi d’ajouter Daniel Hulet, Frank Giroud, Pierre Wininger, Patrice Sanahujas, Franz, Jean-Paul Dethorey, Gilles Chaillet, Bernard Duffosé, Paul Gillon, Antonio Parras, Fabien Lacaf… qui nous ont quittés.  Il est normal que les nouveaux venus au sein du staff  éditorial privilégient leurs « poulains » mais serait-ils là sans les grands anciens qui ont construit les fondations de l’Empire Glénat ?

Mis à part ces petites réserves l’album est riche en découvertes, la plupart des auteurs ne s’étant pas contentés de faire dans la facilité. En noir et blanc ou en couleurs, ces hommages feront sourire tout en savourant des pages aux dessins soignés. À noter qu’un défi narratif a été imposé aux participants : un personnage frappant à la porte des éditions Glénat dans la première case.

 Henri FILIPPINI

« 50 ans d’édition Glénat : l’Album » ouvrage collectif
Éditions Glénat (20 €) – ISBN : 9 782344 032275

Galerie

8 réponses à Les 50 ans de Glénat : après la passion, l’album !

  1. gunther dit :

    Bonjour Mr FILIPPINI,

    J’ai suivi et admiré votre travail tout au long de l’existence du magasine Vecu.
    Je vous suis toujours à travers ce site où vos avis sont souvent très pertinents.
    J’en profite pour vous poser deux questions qui me trottent dans la tête.
    Pouvez-vous m’en dire plus sur l’arrêt brutal des ´Chemins de Malefosse ´ et que
    deviennent daniel BARDET et patrick COTHIAS ?
    Merci d’avance .

    • Laurent Turpin dit :

      Cher Gunther

      Merci pour vos paroles qui me touchent beaucoup. Bien que n’ayant plus de contact avec ces auteurs je crois savoir (par l’ami Brice Goepfert) que Daniel Bardet travaille sur une suite à Malefosse mais probablement hors Glénat. Patrick Cothias s’est beaucoup brûlé les ailes et après l’échec de projets un peu dingues, il se trouve dans une situation difficile. Même si le bonhomme fait parfois dans le délirant on ne pas oublier qu’il est à l’origine des « 7 vies de l’Epervier » et de ses suites, des « Eaux de Mortelune », du « Vent des dieux », du « Lièvre de mars »… Excusez du peu !
      Je profite de cette réponse pour revenir sur les propos de l’incorrigible Caramel . Bien qu’ayant des raisons de ne pas en faire des tonnes à son propos, je tiens à dire que Jacques Glénat n’a pas volé sa fortune. J’ai travaillé à ses côtés pendant près de 35 ans. Permettez moi de vous dire qu’il a pris des risques, qu’il a parfois été près du gouffre. La BD classique destinée à une lectorat adulte, la collection Vécu, les Manga en France, le renouveau de la BD jeunesse avec Titeuf, le boom de la BD ésotérique, la collection Disney…. et bien d’autres choses encore c’est lui ! La aussi excusez du peu. Qu’il ait la réputation d’être pingre avec ses auteurs est exagéré, disons qu’il n’aime pas jeter l’argent par les fenêtres. Alors Panama, le hit parade des patrons les plus riches… Tout ce que je peux vous dire, c’est que mon long séjour aux éditions Glénat n’a pas fait de moi un homme riche mais que j’ai pu y faire mon travail en toute liberté et y vivre ma passion pour la BD et les auteurs et ça c’est important à mes yeux.
      Henri Filippini

  2. caramel dit :

    haaaa le jacquo appelé picsou par les auteurs
    une petite piqure de rappel s’impose
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/jacques-glenat-affirme-ne-pas-etre-lie-au-scandale-des-panama-papers/64405

    • PATYDOC dit :

      Caramel toujours là pour viser sous la ceinture…

      • Vieux Crouton dit :

        Au contraire, plutôt intéressante comme information où on y entend la mauvaise foi  » on va pas en faire un fromage » sacrément culotté le bonhomme.

    • BARRE dit :

      Bien vu caramel, il est toujours salutaire d’être lucide, en face de gens qui sont dans un déni perpétuel. Ça ne va pas changer le monde pour autant, mais un peu de vérité ne fait jamais de mal, au contraire…

  3. gunther dit :

    Bonjour Mr FILIPPINI,
    J’ai suivi et apprécié votre travail tout au long de l’existence du magasine VECU .
    Je vous suis régulièrement à travers ce site où vos avis sont souvent très pertinents.
    J’ai quelques questions qui me trottent dans la tête.
    Pouvez vous m’en dire plus sur l’arrêt brutal des ´Chemins de Malefosse et que
    deviennent daniel BARDET et patrick COTHIAS ?
    Merci d’avance