« Airborne 44 » : la fin d’un monde…

Second volume du quatrième et probablement dernier diptyque d’« Airborne 44 », la série historique lancée en 2009 par Philippe Jarbinet. Une vision originale à hauteur d’homme, de la Seconde Guerre mondiale qui passionne depuis dix ans un lectorat amateur d’histoires dans l’Histoire bien ficelées aux images soignées. L’Allemagne nazi est à deux mois de sa défaite et résiste encore. Entre sauve qui peut pour certains, résistance sans issue pour d’autres, une page sanglante de notre Histoire s’achève…

À bord d’un camion de patrouille volé Jörg, Aurélius Krüger, Nathan, Nadia, Stadler et Solveig fuient l’Allemagne en décomposition chacun avec sa part de mystère, avec sa propre histoire. À Berlin, au siège de la Gestapo, on apprend que Stadler est soupçonné de vouloir quitter le pays avec quinze lingots d’or volés,  destinés à financer sa vie après la guerre.

Bien que portant une croix rouge le camion et ses occupants deviennent une cible à détruire pour les derniers nazis pris en étau entre les russes qui approchent de Berlin et les américains qui progressent en territoire allemand. Pour les fuyards les heures sont comptées, d’autant plus que certains d’entre eux sont prêts à trahir leurs compagnons de misère pour sauver leur peau. Philippe Jarbinet propose un scénario intense, riche en rebondissements, jusqu’à sa conclusion qui surprendra le lecteur.

Comme pour les cycles précédents on s’attache aux protagonistes, réels ou fictifs, tant ils sont vrais, humains, fragiles… « Airborne 44 », qui, au cours du mois de mai, s’est hissé au rang des meilleures ventes, figure parmi les créations de premier plan de ces dernières années et couronne le travail d’un auteur aussi discret que talentueux. Scénario aux dialogues ciselés, dessins précis aux décors soignés, personnages travaillés jusqu’au plus petit détail apportent crédibilité et réalisme.

Né en 1965 en Belgique, Philippe Jarbinet publie « Sandy Eastern » son premier album en 1992 aux éditions Blanco sous le pseudonyme Jarby. Trois ans plus tard il propose « Mémoire de Cendres » aux éditions Glénat, série de dix albums ayant pour thème la tragédie du peuple cathare. Il participe à « Une Folie très ordinaire » la série concept de Christian Godard, puis crée en 2003 toujours pour Glénat « Sam Bracken ». Quatre ans plus tard, il débute « Airborne 44 » aux éditions Casterman. Continuateur d’une bande dessinée réaliste classique, il se singularise par des scénarios où l’humain prime. « Airborne 44 » est une série remarquable dont on ne peut que conseiller la lecture des quatre cycles à la fois indépendants et complémentaires.

Henri FILIPPINI

« Airborne 44 T8 : Sur nos ruines » par Philippe Jarbinet
Éditions Casterman (14,50 €) – ISBN : 9 782203133822

Galerie

Une réponse à « Airborne 44 » : la fin d’un monde…

  1. Crissant Clavier dit :

    Ces croquis de couvertures sont tellement bons qu’il est presque dommage de voir les versions plus »propres » bien plus ternes,trop posées.

    Il est là le vrai style de Jarbinet,à peine plus nettoyé :de la dynamite……….!!