Le Rocambole : Pinchon, bien au delà de « Bécassine »…

L’excellente revue spécialisée dans le roman populaire consacre plus de 150 pages de son numéro 86/87 au dessinateur Joseph Porphyre Pinchon et à son immortelle héroïne Bécassine. Un dossier passionnant où l’on découvre que ce précurseur du 9e art a connu une carrière artistique qui va bien au-delà de création de la sympathique bretonne.

Après avoir exploré Le Journal de Mickey dans sa précédente livraison, ce numéro double 86/87 de Rocambole, le bulletin des « Amis du roman populaire » (356 pages quand même !) dédie la moitié de son contenu à un pionnier de la bande dessinée hexagonale, Joseph Porphyre Pinchon.

Confié à Bernard Lehembre, expert du dessinateur de Bécassine et de son héroïne, auteur de plusieurs ouvrages le concernant, ce riche dossier surprendra par sa densité plus d’un connaisseur des origines de la bande dessinée. C’est Bernard Lehembre qui signe un riche portrait de Pinchon, un artiste complet ayant oeuvré dans la bande dessinée, bien sûr, mais aussi la peinture (spécialisé dans l’animalier et plus particulièrement la vénerie), le cinéma (il a réalisé plusieurs films), l’illustration, l’opéra (il a été dessinateur en chef de l’Opéra de Paris)…

Né le 17 avril 1871 en Picardie, décédé le 21 juin 1953 à Paris, issu d’une famille fervente catholique, il est le dessinateur de 1567 planches des facéties de Bécassine. C’est ce que nous raconte notre ami Dominique Petitfaux dans son article qu’il consacre aux nombreux évènements qui ont concerné le personnage de 1950 à aujourd’hui, après la disparition de son géniteur. Le même Petitfaux parle de l’énigmatique Bécassotte, parodie animée de Bécassine en cinq épisodes, réalisés par Lortac, Rabier et O’Galop pour Pathé Cinéma en 1919 et 1920.  Philippe Ethuin a exhumé des archives du quotidien breton L’Ouest-Éclair tous les articles concernant Bécassine publiés de 1913 à 1944. Plus pointu mais aussi passionnant, Daniel Compère dresse la liste des nombreux scénaristes ayant travaillé sur la série dans les pages de La Semaine de Suzette. Rémi Duvert présente une biographie complète des oeuvres de Pinchon de Bécassine aux albums Chagor de l’éditeur Gordinne, en passant par ses oeuvres picturales, ses collaborations à Benjamin, Wrill, France-Soir Jeudi, le Petit Canard… Et pour finir en beauté c’est le long article écrit par Francis Lacassin dans le Magazine Littéraire numéro 25 de janvier 1969 qui est repris dans son intégralité, ainsi que « Ferdinand le gourmand », un conte écrit en 1925 par Pinchon pour la collection « L’Arc-en-ciel ».

Outre cette première partie qui fera les délices des amateurs de BD, Rocambole n’oublie pas son premier amour, le roman populaire, offrant des articles sur Maryan, auteur méconnu, l’enfance dans l’oeuvre de Delly, Albert Bonneau à Harlem, les romans spirites… de nombreuses rubriques dont le premier volet d’une impressionnante encyclopédie « rétrofiction ». Une chose est certaine l’équipe de passionnés qui oeuvrent depuis 1984 au destin de Rocambole ne ménage pas sa peine. Notons que « Le Kiosque du Rocambole » permet une lecture en ligne de l’intégralité des numéros publiés depuis 1997 et une série d’études de revues illustrées pour la jeunesse de 1905 à 1940 (www.lerocambole.net). On peut adhérer à l’association : contact@lerocambole.net, BP 20119 – 80001 Amiens cedex 1.

Le Rocambole N° 86/87, 352 pages, format 14 x 20 cm, 30 euros, ISBN : 978 2 912349 73 6.

Henri FILIPPINI

Galerie

Les commentaires sont fermés.