Astérix : naissance d’un mythe…

Le 29 octobre prochain, Astérix fêtera ses 60 ans alors que dans la foulée sortira « La Fille de Vercingétorix », 38ème album de la série désormais signée Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. Bien d’autres festivités devraient accompagner ce double évènement. En attendant cette rentrée gauloise, il est peut-être bon de revenir aux origines du personnage. C’est ce que propose de belle manière le deuxième numéro hors série des Cahiers de la B.D..

Vincent Bernière et son équipe reviennent en cinq chapitres sur le « big bang » Astérix, avant et après la naissance de la série, au fil de textes certes érudits mais jamais ennuyeux, accompagnés par une riche iconographie. Ce sont les premières années de cette marche triomphale vers la gloire du guerrier gaulois tombé dans la potion magique qui sont étudiées à la loupe.

On peut suivre sous la plume d’Antoine de Lornière la longue gestation du journal Pilote, le magazine des jeunes de l’an 2000, rêvé depuis les années Trente par le jeune François Clauteaux, futur fondateur de l’hebdomadaire avec la complicité de Goscinny et Uderzo. Nicolas Tellop s’attache à la création du personnage d’Astérix au sein d’une bande dessinée franco-belge où éditeurs et lecteurs se méfient des changements, ainsi « Oumpah-pah le peau-rouge » création géniale de René Goscinny et Albert Uderzo dans les pages de Tintin.

Un grand frère qui ne fera pas recette dans l’hebdomadaire des jeunes de 7 à 77 ans et dont les pages d’une première version destinée aux strips américains sont proposées dans leur intégralité. Il y a bien longtemps, dans la première version des Cahiers de la BD (le numéro 22 en 1973) Numa Sadoul s’était longuement entretenu avec René Goscinny : les CBD ont la bonne idée de la reproduire avant que Nicolas Tellop  propose une uchronie illustrée par Christophe Blain sur le thème provocateur « Et si Goscinny était resté en Amérique ? ». Toujours en 1973, Numa Sadoul avait rencontré Albert Uderzo pour le numéro 23 des CBD. Cet entretien riche en anecdotes est également proposé.

Vincent Bernière analyse la première planche des aventures d’Astérix avec les reproductions du texte originale, des premiers essais, des crayonnés, de la mise en couleur. Un document unique, passionnant et émouvant. Il poursuit avec l’évocation des toutes premières fois des séquences basées sur le comique répétitif pratiqué par Goscinny, souvent rejoint par les gags visuels de son ami Uderzo. Décidément en verve, Nicolas Tellop détaille les douze principes narratifs des aventures d’Astérix présents, preuves à l’appui, dès le premier épisode de la série. Une brève respiration et voilà qu’il se penche sur le système pileux des personnages partant du principe que si bon légionnaire doit être glabre, un bon gaulois est poilu. C’est sur la prodigieuse montée en puissance des ventes des albums que revient Olivier Roche suivi par Daniel Couvreur qui s’intéresse à la rocambolesque histoire d’un dessin animé renié par ses créateurs. Bien d’autres rubriques sont présentées dans ce riche ouvrage qui publie des hommages inédits signés Coutelis, Barcucci, Alary, Trondheim, Dupuy, Nob, Delisle, Guibert, Vivès, Berberian, Delaf… et Mathieu Sapin qui, avec la complicité de Vincent Bernière, narre en cinq pages édifiantes les origines d’Astérix.

 

Astérix et les Nombrils !

Un ouvrage cartonné de 152 pages en couleurs à placer auprès de votre collection d’Astérix (14,90 €, ISBN : 979 10 96119 18 9, Vagator Productions, info@lescahiersdelabd.fr). Après l’excellente première livraison consacrée à Batman, les numéros hors série des Cahiers de la BDs’annoncent prometteurs d’autant plus que le prix de vente est raisonnable.

Henri FILIPPINI

Galerie

Une réponse à Astérix : naissance d’un mythe…

  1. Diddu dit :

    Excellent, l’hommage de Delaf !!