« Mamma mia ! » : Quatre femmes, quatre générations souriantes…

Après l’épatant « Dad » de Nob, « Mamma mia ! » renouvelle la bande dessinée classique familiale dont l’hebdomadaire Spirou s’est fait une spécialité depuis la création de « Boule et Bill ». Quatre générations de femmes cohabitent parfois pour le pire, souvent pour le meilleur. Une bande dessinée tous publics pas comme les autres concoctée de main de maître par Lewis Trondheim et Obion.

Coincée entre deux immeubles, la petite maison de mamie Marie est un havre de paix… jusqu’à l’arrivée inattendue de sa petite fille Aurélie, sans homme et sans emploi, et de son arrière petite fille, l’espiègle Emma. Les affaires se compliquent lorsque surgit Sophie, mère fantasque d’Aurélie, qui débarque sans prévenir du Brésil. Ce sont alors quatre générations de femmes aux caractères bien trempés qui doivent cohabiter, bousculant la vie paisible de Mamie. Les excès de la coquette et imprévisible Sophie, l’éternelle recherche de travail d’Aurélie, la curiosité d’adolescente d’Emma compliquent sérieusement le quotidien de la vieille femme. On rit beaucoup à suivre ce quatuor improbable et qui se connaît finalement peu, aux prises avec des situations parfois compliquées, toujours surprenantes.

Véritable défi pour Lewis Trondheim qui, bien qu’auteur prolifique, débarque dans un univers qui lui est totalement étranger : « C’est parti comme un défi. Serais-je capable de créer une série grand public un peu bête et facile ? Et en fait, nonJ’ai tout de suite complexifié les choses et fait des gags avec trop de tendresse. Je pense que Dupuis va me virer. »,confiait-il à Damien Perez dans le numéro 4227 de Spirou. Ce ne fût heureusement pas le cas et « Mamma mia ! », né dans le numéro 4140 de Spirou(16/08/2007), est toujours présent dans l’hebdomadaire malgré un passage difficile. Mieux ! Un premier album permet aux quatre héroïnes de débarquer en librairies.

Après « Dad » qui fait un carton, « Mamma mia ! » risque de devenir le prochain grand succès du catalogue Dupuis. Si Lewis Trondheim (né en 1964), père du fameux « Lapinot » et de mille autres créations n’est plus à présenter, quelques mots sur le dessinateur. Erwan Lucas, alias Obion est né en 1977 à Concarneau. Issu des Beaux arts, il débute dans les fanzines, publie son premier album : « Le Déserteur » avec Kris en 2003 aux éditions Delcourt. En 2007, il dessine un « Donjon Crépuscule » avec Sfar et Trondheim qui l’invite à entrer en 2013 à l’atelier virtuel qu’est  « Mastodonte ». Tout en travaillant sur « Mamma mia ! » il dessine « Ulrg » dans Phosphore et « Star Fixion » (scénario Bernstein) dans Fluide Glacial. Le duo fonctionne à merveille, le trait apaisant et joyeux du dessinateur faisant passer sans problème les séquences parfois un peu tendues imaginées par le scénariste. Si ça ne cartonne pas encore, ça va cartonner !

Henri FILIPPINI

« Mamma mia ! » par Obion et Lewis Trondheim

Éditions Dupuis (9,90 €) – ISBN : 9791034736898

Galerie

Les commentaires sont fermés.