« Bakemonogatari » : monstres et jolies filles…

La série « Monogatari » arrive enfin en France dans sa version romancée ainsi que dans sa version dessinée avec sa première histoire : « Bakemonogatari ». La question est maintenant de savoir si ce monde peuplé de monstre et de filles au caractère fort va trouver sa place en France. Avec une histoire jeune, accrocheuse, extrêmement dynamique et surtout mise en image par OH ! Great, un dessinateur spécialiste du fan service, tout est fait pour que le succès soit au rendez-vous.

« Bakemonogatari », c’est un univers développé par NisiOisiN, un jeune auteur de romans à succès déjà connu des amateurs de manga pour son adaptation de « Death Note » avec son spin off « Another Note ». La trilogie originale a servi de base au manga développé par OH ! Great. Ce dessinateur bien connu pour ses héroïnes élancées et ses cadrages osés s’est inspiré des illustrations des romans réalisés par Vofan pour mettre en image sa propre version de « Bakemonogatari ». Le résultat est à la hauteur des attentes et ne devrait ni décevoir les fans de l’artiste ni les lecteurs des romans.

Dans cette histoire, le lecteur suit la vie supposée tranquille d’un jeune lycéen : Koyomi. Mordu par un vampire durant une de ses sorties printanières à bicyclette dans sa petite ville de province. Et comme il le dit lui-même : « d’habitude, quand un type lambda est attaqué par un vampire, il y a toujours quelque clan de chasseurs de démons ou un genre de force spéciale du Vatican pour lui porter secours. Du moins, c’est la norme dans les mangas et les animés. » Lui a juste été sauvé par « un pauvre type de passage nommé Oshino. » Et c’est à cette personne qu’il va présenter Senjôghara, une camarade de classe peu locace et toujours sur le qui-vive qui a la particularité d’avoir littéralement un poids plume. Elle s’est vu dérober la majeure partie de son poids par une chimère en forme de crabe. Koyomi va amener la jeune fille à Oshino afin que celui-ci lui vienne en aide. Ce qui ne va pas être de tout repos comme vous pouvez vous en douter.

Ce manga porte bien son nom qui est un jeu de mots en japonais entre Bakemono, une entité monstrueuse et monogatari qui signifie histoire. C’est donc un nouveau monstre qui apparaît dans chaque aventure que vit Koyomi et qu’il devra donc combattre pour le faire disparaître. Ce titre est le tout premier de la saga « Monogatari » écrite par NisiOisiN qui totalise une vingtaine d’arcs narratif à ce jour (1). Né en 1981, ce romancier japonais se cache derrière un palindrome pour pseudonyme. Il a remporté, en 2002, le prix Mephisto à seulement vingt ans pour son roman « Kubikiri cycle ». Édité par Kodansha, il est influencé par la culture geek contemporaine et n’hésite pas à introduire des références à certaines séries bien connues des otakus comme « Hellsing » ou « Jojo Bizzare Adventure ». Il n’hésite pas à jouer des stéréotypes présents dans les manga et animés comme pour se rapprocher de son public cible. Publiant plus d’un livre par mois à certaines périodes, il est aujourd’hui reconnu pour sa série « Monogatarie » qui a été adaptée en manga comme on peut le voir aujourd’hui avec la sortie du premier arc chez Pika, mais également en animé et jeux vidéo. C’est un vrai univers cross média qu’il a mis en place.

Oh ! Great, l’artiste ayant réalisé cette adaptation en manga est bien connu en France pour son travail sur la série « Air Gear » mettant en scène un univers futuriste où les jeunes se déplacent en roller upgradé. Réputé pour ses personnages longilignes et abusant des contre-plongées offrant un fan service un peu trop évident, il sait comment dynamiser une planche pour en mettre plein la vue à son lectorat. Son travail se caractérise par des ombres francs et un trait extrêmement fin, foisonnant de détails. Les planches de « Bakemonogatari » étant quand même un peu plus claires que celle du manga « Air Gear ». Ces dernières étant par moment un peu trop foisonnant de détails qui même s’ils étaient particulièrement agréables à l’oeil, arrivaient à prendre le pas sur la compréhension rapide de l’action.

Pour la sortie de ce premier arc, Pika a fait les choses en grand. En plus de l’édition traditionnelle, une édition limitée est également disponible. Elle comporte une jaquette réversible, un ex-libris et 20 cartes postales couleur rangés dans un étui spécialement conçu pour être de la même taille que le manga. Sur ces vingt cartes, dix-sept sont tirés des visuels d’0h ! Great et trois autres sont illustrés par de grands mangakas : Hiro Mashima («  Fairy Tail »), Atsushi Ohkubo (« Fire Force ») et Yosûke Kaneda (« Romio vs. Juliet »).

Et pour les premiers acheteurs, une planche de marque-page en plastique sera offerte par certains libraires, dans la limite des stocks disponibles.

Le premier volume du manga est disponible depuis le 9 mai 2019 et les tomes suivants paraîtront tous les deux mois, puis s’adaptera au rythme japonais une fois celui-ci rattrapé. Le premier roman est annoncé pour le 15 mai 2019 tandis que le second est prévu pour novembre de la même année et se clôturera par le troisième tome l’année suivante. Les dessins de Vofan seront tous conservés, que ce soit ceux de couverture comme les illustrations intérieures.

Les fans, déjà conquis par l’édition vidéo de « Bakemonogatari » en 2015 chez Dybex, attendaient avec impatience ce manga. Pour les romans, seul le premier arc est annoncé, mais si le succès se confirme, les différentes sagas devraient être publiées dans la foulée.

Gwenaël JACQUET

« Bakemonogatari » le manga en édition normale T1 par Oh ! Great, d’aprés NisiOisiN
Éditions Pika (7,20 €) – ISBN : 978-2811648008
Acheter « Bakemonogatari » édition simple chez Amazon

« Bakemonogatari » le manga en édition collector T1 par Oh ! Great, d’aprés NisiOisiN
Éditions Pika (10,50 €) – ISBN : 978-2811648329
Acheter « Bakemonogatari » édition limitée chez Amazon

« Bakemonogatari » le roman T1 par NisiOisiN
Éditions Pika (16,95 €) – ISBN : 978-2376320333
Acheter le roman « Bakemonogatari » chez Amazon

(1) la saga « Monogatari » comporte vingt arcs comme suit : « Bakemonogatari », « Kizumonogatari », « Nisemonogatari », « Nekomonogatari », « Kabukimonogatari », « Hanamonogatari », « Otorimonogatari », « Onimonogatari », « Koimonogatari », « Tsukimonogatari », « Koyomimonogatari », « Owarimonogatari », « Zoku Owarimonogatari », « Orokamonogatari », « Wazamonogatari », « Nademonogatari », « Musubimonogatari », « Shinobumonogatari », « Yoimonogatari », « Amarimonogatari ».

Galerie

Les commentaires sont fermés.