« Le Retour à la terre » : dix ans après, retour du duo Ferri/Larcenet !

Pendant que Jean-Yves Ferri donnait un nouveau souffle à « Astérix », son compère Manu Larcenet plongeait dans la noirceur en signant deux chefs-d’œuvre : « Blast » et « Le Rapport de Brodeck ». Dix ans après, le duo se reforme et propose un sixième chapitre à leur chronique campagnarde plus savoureuse que jamais.

Ce n’est pas une décennie, mais trois ans seulement qui se sont écoulés aux Ravenelles depuis notre dernier rendez-vous avec l’attachant Manu Larssinet, lequel a quitté Paris pour la campagne. Bien des choses se sont passées dans son quotidien bucolique de dessinateur aux champs. Notre artiste travaille sans relâche sur « Plast » : une histoire très sombre qui inquiète ses éditeurs au point de décider Claude le grand patron (Claude de Saint-Vincent dans la vraie vie) d’envoyer en plein hiver Philippe (Philippe Ostermann), son éditeur, en mission aux Ravenelles. Tout occupé à réaliser l’œuvre de sa vie, notre homme refuse d’admettre que sa femme, la discrète Mariette, est enceinte de sept mois. D’autant plus qu’il s’est mis dans la tête de retrouver son père sur Internet, parti sans explication après la naissance de son frère Tip Top. Il effectue ses recherches avec le concours de monsieur Loupiot, l’épicier du village, qui possède des dons de voyance. Vous l’aurez compris, tous les protagonistes de cette série pas comme les autres sont au rendez-vous : tels le chat Speed (égaré dans les cartons qui jonchent le sol de la maison), madame Mortemont (la voisine qui utilise un Samsong à commande vocale), Pupuce (le premier enfant du couple) et son copain Lulu, Monsieur Henri (le malchanceux enfin amoureux)… sans oublier une bande de Zadistes délirants et le scénariste et ami Ferri qui passe dans le coin entre l’écriture de deux albums d’« Astérix ». 

Que ceux qui redoutaient qu’après dix années passées à dessiner de sombres histoires Manu Larcenet ait oublié son trait rond et joyeux et son imagination débordante se rassurent, nous retrouvons le petit monde des Ravenelles comme nous l’avions laissé : truculent, chaleureux, inimitable.

Les gags, astucieusement proposés en deux strips, composent une histoire unique, permettant une double lecture jubilatoire.

Photo de Jean-Yves Ferri © Dargaud/Cécile Gabriel.

Jean-Yves Ferri, père du fameux policier rural Aimé Lacapelle dans Fluide glacial, s’est fait remarquer par la critique avec la publication de « De Gaulle à la plage » en 2007. Depuis 2013, il est le scénariste inspiré des nouvelles aventures d’Astérix le Gaulois dessinées par Didier Conrad. C’est en 2002 qu’il se penche avec délectation sur le nouveau quotidien de son ami Larcenet, ancien citadin mal dans sa peau et aux états d’âme compliqués. Cinq albums seront publiés jusqu’en 2008.

Photo de Manu Larcenet © Dargaud/Rita Scaglia.

Né en 1969, Manu Larcenet, qui a toujours dessiné, entre dans l’équipe de Fluide glacial en 1994. Le succès mérité du « Combat ordinaire » aux éditions Dargaud lui permet d’élargir son lectorat. Dessinateur boulimique, jamais satisfait de son travail, il multiplie les expériences passant d’un univers à l’autre avec une étonnante facilité. Ceux qui ont la chance de bien le connaître avouent qu’il possède bien des points communs avec le personnage de Larssinet imaginé avec tendresse par son copain Ferri. L’arrivée d’un petit garçon dans le couple promet un septième album pas triste.

Henri FILIPPINI 

« Le Retour à la terre T6 : Les Métamorphoses » par Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri

Éditions Dargaud (12 €) – ISBN : 978 2205 067668

Galerie

Les commentaires sont fermés.