« Le Projet Bleiberg » : une trilogie qui vous prend aux tripes…

Adapter un thriller à succès en bande dessinée est toujours un exercice délicat. Publié sous forme de roman en 2010 aux éditions J’ai Lu, « Le Projet Bleiberg » écrit par David Khara en est le parfait exemple. Il fallait un scénariste expérimenté comme Serge Le Tendre pour réussir ce passage de l’écrit à l’image. La trilogie, réalisée avec le concours de l’efficace Frédéric Peynet, est non seulement une appropriation réussie de l’oeuvre mais aussi tout simplement une excellente bande dessinée.

Une terrible épidémie de choléra décime la population du Mexique et menace de s’étendre sur toute l’Amérique latine. Un laboratoire pharmaceutique peu scrupuleux, le Consortium, est à l’origine de cette catastrophe. Ses propriétaires comptent faire fortune en proposant un vaccin mis au point par le professeur Bleiberg, qui effectue ses recherches dans un complexe souterrain dissimulé sous le site d’un hippodrome abandonné à quelques kilomètres de Bruxelles.

Aux États-Unis, après la disparition tragique de son père, Jay Corbin,  jeune trader américain, poursuit son enquête sur ce programme baptisé Bleiberg. Il est accompagné par Jacky Walls, jolie agent de la CIA, et par Eytan un agent du Mossad qui semble invincible, à la carrure imposante. L’origine de l’affaire remonte à la Seconde Guerre mondiale au camp de Stutthof, où Bleiberg réalisait déjà de sordides expériences sur des enfants, pour le compte du Consortium, encouragé par Heinrich Himmler en personne. Son but : mettre au point une solution dont l’injection permettra de ralentir le vieillissement et de créer le « surhomme ». En 1941, un jeune polonais issu du ghetto de Varsovie portant le matricule 302 sera le premier cobayes à survivre aux expériences de Bleiberg…

Au fil des pages de ce troisième et ultime épisode où l’on voit les protagonistes pénétrer au coeur de la base secrète de Bleiberg, qui ne semble pas avoir vieilli, toutes les réponses à cette intrigue haletante sont données. Mêlant avec habileté évènements tragiques  du passé et séquences mouvementées se déroulant de nos jours, le scénario tient le lecteur en haleine jusqu’à l’ultime combat. Pour notre plus grand plaisir Serge Le Tendre retrouve le dessinateur Frédéric Peynet avec qui il avait signé le diptyque « Les Vestiges de l’aube » (Éditions Dargaud). Après avoir étudié le dessin à l’école des arts appliqués Pivaut, Frédéric Peynet a dessiné « Les Apatrides » puis « Toran » écrits par Isabelle Plongeon, suivis du « Feul » et de « Phoenix » avec Jean-Charles Gaudin chez Soleil.

Ses cadrages audacieux, son aisance dans les séquences d’action, sa mise en couleur lumineuse, apportent dynamisme et chaleur à ce récit riche en rebondissements. « Le Projet Bleiberg » est une bande dessinée réaliste destinée à un large lectorat amateur de suspense et d’émotion. « Le Projet Bleiberg » est une adaptation du roman éponyme de David Khara, né en 1969, ancien journaliste à l’AFP, concepteur rédacteur dans la publicité, et écrivain à plein temps depuis 2010 (« Le Programme D-X », « Atome crochus »).

Henri FILIPPINI

« Le Projet Bleiberg T3 : Le Patient 302 »  par Frédéric Peynet et Serge Le Tendre d’après le roman de David Khara. Éditions Dargaud (14 €) – ISBN : 978220507797 1

Galerie

Les commentaires sont fermés.