« Martin Milan » : une série mythique du journal Tintin enfin réunie en intégrale !

Cela faisait longtemps que les aficionados de Christian Godard attendaient cela et les éditions du Lombard ont enfin réalisé leur rêve : une véritable intégrale chronologique de « Martin Milan » ! Une série « où primera bien souvent l’émotion », comme l’écrit Patrick Gaumer dans l’excellent dossier de 32 pages, très illustré, qui précède les 148 premières pages de bandes dessinées mettant en scène ce pilote d’avion-taxi… Martin Milan ayant choisi ce métier, car il lui permettait de rester, comme l’auteur, libre comme l’air !

Ces huit histoires courtes (entre cinq et 12 pages chacune) et trois récits au plus long cours (de 20, 30 ou 44 pages) ont été publiés dans le journal Tintin – et dans le supplément trimestriel de petit format intitulé Tintin Sélection — dirigé alors par Greg (1). Notre encyclopédiste préféré (2) nous retrace, dans son impeccable dossier d’introduction, le parcours du dessinateur et scénariste (3) Christian Godard.

Il s’attarde, notamment, sur sa jeunesse très occupée, sur ses premières publications aux éditions Rouff et sur quelques bandes déjà notables comme « Le Narcisse d’argent » (une aventure de Titi Volcan détective privé, qu’il signe du pseudonyme de Eme dans Pierrot Champion, en 1956) ou encore « Tim et Anthime » dans Ima en 1957-1958, puis dans L’Intrépide en 1959 et repris dans Tintin en 1966 ou dans le supplément hebdomadaire belge de La Dernière Heure entre 1969 et 1970.Il nous narre ensuite, interview de l’auteur à l’appui, les premiers pas de cet aviateur qui loue son appareil (« Le Vieux Pélican » — un vieux coucou qu’il a retapé et qui persiste miraculeusement à voler —) comme avion-taxi ou, parfois, pour des missions publicitaires : « Comme Greg m’a laissé carte blanche, j’en ai profité. J’ai donc imaginé un personnage sans attaches, où tout serait à réinventer à chaque épisode. Je ne voulais surtout pas me coltiner des seconds rôles récurrents, une famille comme on dit… Pour moi, c’est se condamner soi-même à la répétition, brider son imagination. »

Très vite, l’idée d’un personnage flegmatique et pince-sans-rire, qui se retrouve embringué, bien malgré lui, dans des aventures improbables où son sens de la justice le pousse à prendre parti, lui a semblé porteuse de belles promesses et ce fut effectivement le cas : cette série, qui va devenir culte, oscillant sans arrêt entre humour et drame, réalisme et poésie.

« Martin Milan » apparaît pour la première fois, au sein du journal Tintin, dans l’ultime numéro de l’année 1967 (le 28 décembre) : les deux éditions (belge et française) annonçant même son arrivée en couverture. D’abord sous forme de courts récits qui n’ont d’autre but que de divertir et amuser en utilisant un humour classique, mais efficace.

Toutefois, dès juillet 1969, cet homme de cœur, qui ne se gêne pas pour dénoncer, non sans une certaine ironie, toutes les vérités dites inébranlables, se retrouve embarqué dans des histoires plus longues et mieux fournies qui vont donner à la série ses lettres de noblesse.

            C’est le cas, notamment pour ce premier volume, de « Destination Guet-apens », des « Clochards de la jungle » et d’« Églantine de ma jeunesse » (où Godard est secondé par Henri Dufranne) qui donneront leur titre à trois albums publiés aux éditions du Lombard (puis Lombard/Dargaud) entre 1971 et 1973 ; lesquels, à l’origine, ne tiendront guère compte de l’ordre chronologique de prépublication dans le journal Tintin.Dans sa version cartonnée de juin 1984, le premier opus, toujours édité par Le Lombard, contenait, en sus, les épisodes courts suivants, datant tous de 1969 : « Martin Milan et le maboul du boulon », « Le Scribe du ciel » et « Martin Milan et l’oiseau migrateur ».

Quant au troisième, l’édition de 1986 proposait, en supplément, les tous premiers récits complets : « Martin Milan, pilote d’avion taxi » (1967), « Hélice au pays des merveilles » (datant de 1968 et également édité auparavant en noir et blanc dans le portfolio « Les Cailloux blancs de Christian Godard » chez Ludovic Trihan éditeur, en 1981), « L’En-cas de malheur » (1968) et « L’Optimisme en 4 leçons », un épisode plus tardif. Publié dans le Super Tintin n° 16 du 1er trimestre 1982, il sera bien entendu repris dans l’une des trois prochaines intégrales consacrées à cette formidable série qui n’a pas vieilli d’un poil.

            Dans cet indispensable premier volume, sont donc inédites en albums les histoires suivantes publiées dans Tintin Sélection : « Grand Concours de voltige aérienne » (cinq planches au n° 2 de novembre 1968) et « Le Chemin de nulle part » (12 planches au n° 7 de septembre 1970, republiées dans Les Vacheries de Corinne à Jeannot n° 14, en juin 1980).            Sachez aussi que sur le blog de l’auteur (https://www.godard-christian.org), Christian Godard a déclaré que « Si l’intégrale de Martin est bien accueillie par le public, qui sait… Ayant récupéré mes droits sur la majeure partie de mes séries, je serais heureux d’envisager également l’équivalent avec “Norbert et Kari” — qui comporte l’équivalent de 5 tomes inédits en albums ! — si les circonstances y sont favorables. » Alors, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Courir chez votre libraire favori pour vous procurer ce superbe premier tome d’une intégrale attendue depuis très longtemps par tous les vrais amateurs de bande dessinée franco-belge des années soixante et soixante-dix !

 Gilles RATIER

 (1) Voir Greg, rédacteur en chef de Tintin.

 (2) L’ami Patrick Gaumer semble être aussi, à juste titre, l’historien préféré des éditions du Lombard, puisqu’il est également l’auteur du dossier des intégrales « Benoît Brisefer » de Peyo, dont le cinquième et ultime tome vient de paraître. Au programme, la reprise des trois derniers tomes de la série d’origine dessinés par Pascal Garray (avec la complicité scénaristique de Thierry Culliford, Frédéric Jannin et Luc Parthoens) : « Chocolat et coups fourrés », « John-John » et « Sur les traces du gorille blanc »…

 (3) Rappelons que Christian Godard est aussi un talentueux scénariste pour les autres et qu’il a repris tout récemment, et avec brio à bientôt 87 ans, la suite de Jean-Michel Charlier sur la série avortée « Michel Brazier », inspirée du téléfilm « Les Diamants du président » réalisé par cet Alexandre Dumas du 9e art ; voir la chronique d’Henri Filippini à ce sujet : « Michel Brazier » T2 : enfin !. Pour en savoir plus sur Christian Godard, voir Tout Christian Godard (ou presque) sur bd-artstrip.com ! ou Interview express de Christian Godard….

« Martin Milan, pilote d’avion-taxi : intégrale » T1 par Christian Godard

Éditions Le Lombard (29 €) – ISBN : 978-2803672509

Galerie

15 réponses à « Martin Milan » : une série mythique du journal Tintin enfin réunie en intégrale !

  1. Marcel dit :

    S’il n’est pas toujours utilisé à bon escient, le terme de « culte » me semble bien convenir à Martin Milan : ce n’est pas forcément la série FB la plus connue (même si ce n’est pas une œuvre obscure, hein !), mais elle a su se créer avec le temps, et malgré une longue indisponibilité en librairie, un cercle de fans absolus, dont je suis.
    Petite info complémentaire : Godard travaille actuellement sur une nouvelle aventure de son héros.
    Bref : Groargreugro (avec un argreu entre les deux gro) !

  2. Damacis dit :

    Merci pour cet article qui va contribuer à redorer le blason de cette série qui, à défaut d’être culte ou mythique, n’en est pas moins excellente, et propose des épisodes de haute qualité : Les Clochards de la jungle, l’Emir aux 7 bédouins, Les Hommes de la boue, Il s’appelait Jérôme…
    L »édition de cette intégrale constitue donc une excellente nouvelle, ou plutôt aurait dû constituer, car l’album en question suscite bien des interrogations quant à l’un des épisodes sus nommé… La version proposée des Clochards de la Jungle est d’une horreur sans nom qui rappelle les éditions cauchemardesques de Chlorophylle que le Lombard édita à la fin des années 70. Traits écrasés, couleurs fadasses, images floutées par moments… Bref, un sabotage de tout premier ordre, d’autant plus regrettable qu’il s’agit là d’un des meilleurs récits de la série, d’autant plus incompréhensible que plusieurs autres récits donnent toute satisfaction (ceux extraits de Tintin Sélection, Eglantine…)
    Dommage donc, et l’occasion de constater qu’en termes de gestion du patrimoine, il y a un monde entre Le Lombard et Dupuis, même si l’introduction de Patrick Gaumer relève le niveau du présent volume.

    • Laurent Turpin dit :

      Bonjour, je suis très étonné de votre remarque car après consultation de Gilles Ratier (qui a écrit l’article), Patrick Gaumer (auteur du dossier) et Christian Godard, elle est totalement non fondée. Le trait est impeccable, les couleurs ont été nettoyées … Christian a tout vérifié lui-même ! J’interviens rarement sur ce type de commentaire mais nous ne voudrions pas que votre remarque dissuade les lecteurs de se procurer cet album tant attendu par les lecteurs. LT

  3. box office story dit :

    C’est franchement très bien Martin Milan et Christian Godard est un grand de la bande dessinée

  4. damacis dit :

    Loin de moi l’idée de décourager le lecteur. J’adore cette série et ai attendu la parution de cette intégrale avec une réelle impatience. Et c’est pourquoi je ne cache pas ma déception, fondée et partielle, je vous l’accorde, puisque ma colère ne s’exerce que sur le seul épisode des Clochards… Mais franchement ! jetez un œil, comparez avec le Jeune Europe original, voire avec la réédition de 1978, plus fade mais acceptable. D’ailleurs, les images que Gilles Ratier propose au cœur de son article sont on ne peut plus révélatrices…

    • Gilles Ratier dit :

      Bonjour et merci pour vos commentaires…
      Je n’ai pas la version Jeune Europe (l’album original), ni celle de 1978, sous les yeux pour pouvoir comparer, mais j’ai l’édition de 1991 au Vaisseau d’argent : structure créée par Christian Godard lui-même qui prenait déjà le plus grand soin de la fabrication de ses albums. Et franchement, comme vous dites, l’édition des « Clochards de la jungle » au sein de cette intégrale n’a pas à en rougir, elle est même meilleure ! Après, les goûts et les couleurs…
      Cependant, comme dit Laurent Turpin qui s’est renseigné aux meilleures sources, le trait est impeccable, les couleurs ont été nettoyées et Christian a tout vérifié lui-même : alors, ne soyez pas plus royalistes que le roi !
      Bien cordialement et respectueusement !
      Gilles Ratier

      • PATYDOC dit :

        Bonjour . Je suis d’accord avec Damacis : les versions originales Jeune Europe sont plus agréables ; sont-ce les couleurs ? Le papier ? Le papier tout blanc de cette réédition ne fait-il pas un peu mal aux yeux ? Les couleurs n’auraient-elles pas mérité d’être retravaillées (mais je sais que ça coûte) ? J’ai fait ces remarques au libraire, qui m’a envoyé promener avec les mêmes arguments que vous… Il m’a même dit que les couleurs rouge/bleu/jaune de l’époque style « studio Leonardo » sont formidables !!! Tous les goûts sont dans la nature … Bon, que ceci n’empêche pas l’achat: les épisodes sont enfin mis dans le bon ordre, et le rédactionnel est super !

  5. Damacis dit :

    Si vous n’avez pas les versions précédentes sous la main, prenez la peine d’ouvrir cette intégrale page 137 et expliquez moi en quoi le trait est impeccable (il disparaît en plusieurs occasions) et en quoi les couleurs ont été nettoyées… javellisées peut-être, nettoyées j’en doute.
    Ne croyez pas que je m’acharne, j’exprime simplement un degré de déception à la hauteur des espoirs suscités. Et je persiste à penser que Martin Milan est une série inestimable, et hautement recommandable.

  6. Nakts Karaliene dit :

    Hé bien moi je l’adore cet album!!! Je le trouve super réussi et je n’ai pas vu de souci de qualité, au contraire. Damacis est tombé sur le seul exemplaire défectueux de cette édition, ou il a emprunté les lunettes triple foyer de son grand-père pour chercher la petite bête… Quelle grande joie de redécouvrir ces histoires comme « Eglantine » ou « Destination guet-apens », qui ont enchanté notre enfance, et d’apprendre comment cette série est née. J’attends le volume suivant de cette belle intégrale avec encore plus d’impatience car il devrait contenir « Il s’appelait Jérome » qui est pour moi un des récits d’amitié les plus poignants de tous les temps. Martin Milan est vraiment une série à part, de même qe Norbert et Kari dont certains albums sont de pures madeleines de Proust, comme « Le maître des abysses »… Pour ce dosage d’émotion retenue et de touches d’humour tout en finesse, il n’y a vraiment que Christian Godard qui sache s’y prendre et on n’a pas fait mieux depuis.

    • damacis dit :

      Effectivement, je me suis posé la question mais mon album est hélas le même que le vôtre. Chercher la petite bête ou entretenir un degré d’exigence, tout est dans la nuance. Si vous ne voyez pas de différence dans cette intégrale entre les pages d’Eglantine et celles des Clochards, ni moi, ni mon grand père ne pouvons rien faire pour vous. Encore une fois, ce n’est pas remettre en cause la qualité d’une oeuvre que de reprocher à ceux qui l’éditent ou, à plus forte raison la rééditent, un manque de rigueur évident.
      Si l’on déplace la problématique vers le marché du DVD ou du Blu-ray, qui propose aujourd’hui des restaurations de films patrimoniaux d’une qualité inouïe, force est de constater que le marché de la BD supporte difficilement la comparaison.

      • Olivier dit :

        Bonjour Damacis, je suis entièrement d’accord avec vous : j’ai acheté le tome de l’intégrale aujourd’hui, et je possède les trois éditions précédentes des « Clochards de la jungle » : Jeune Europe, Le Lombard et Vaisseau d’argent. Jeune Europe présente une qualité du trait et surtout des couleurs impeccables. Avec Le Lombard la qualité des couleurs chute, elles deviennent fades, et les traits sont moins nets. Vaisseau d’argent rattrape la lisibilité des traits mais pas la couleur. Et malheureusement je suis comme vous consterné de voir la médiocrité de l’impression actuelle, tout en précisant que les autres histoires du volume n’ont heureusement pas subies cette négligence. Page 133, 137, 153, et quelques autres : quel dommage, vraiment.

      • Olivier dit :

        J’ai fait la même constatation que Damacis après avoir acheté l’intégrale, je possède en outre toutes les éditions des « Clochards de la jungle », celle de Jeune Europe, de Le Lombard, et du Vaisseau d’argent. Jeune Europe a un rendu de l’image absolument impeccable: les traits à la bonne épaisseur, les couleurs bien vives. Lorsque Le Lombard reprend l’épisode, la qualité de reproduction chute littéralement : les couleurs sont devenues fades, les traits ne sont plus très nets. Ensuite Vaisseau d’argent rattrape le trait mais pas la couleur. Et au final Le Lombard reprend la mauvaise reprise du Lombard… avec des passages qui font véritablement mal au cœur : p133, 137, 153,… L’erreur est humaine et malgré tout ne boudons pas notre plaisir puisque tout le restant du volume est de bonne facture.

  7. Olivier Northern Son dit :

    J’aimais beaucoup cette série dans Tintin et j’avais bien du mal à trouver les albums d’occasion.
    L’annonce de cette intégrale est donc une très bonne nouvelle!

    Il me semble que cette série est à la fois typique des classiques « gros nez » et annonciatrice des séries plus profondes, comme « Jonathan » de Cosey. Excellente, donc!

    Godard a-t-il été victime de son homonyme au cinéma?

  8. Slurpese dit :

    Même constatation que Damacis et Olivier sur les clochards de la jungle.

  9. Bruce88 dit :

    Bonjour, j’aimerai savoir si il y aura une réédition du vagabond des limbes en intégrale qui est devenu introuvable?

Répondre à Laurent Turpin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>