Fin de la surprenante trilogie « Rose » ou comment, parfois, 1+ 1 = 1 !

La discrète Rose fait face à de terribles défis : l’assassinat de son père et une ténébreuse malédiction qui la poursuit jusque dans la demeure familiale. Pour lutter contre un spectre angoissant qui cherche à la faire passer de vie à trépas, Rose dispose d’une arme secrète : la possibilité de se dédoubler. Elle en aura bien besoin pour mettre à jour une terrible machination et enfin faire la paix avec elle-même.

Rose et son double

Rose Klein est une timide jeune femme d’aujourd’hui. A 21 ans, seule sa discrétion est remarquable.

Ses collègues du musée où elle travaille s’inquiètent même de ses moments d’absence lors desquels elle ne bouge pas et semble être ailleurs. Ils ont raison sur ce point : Rose est bien ailleurs, car elle possède depuis sa plus tendre enfance le don de se dédoubler.

Son esprit quitte véritablement son corps et peut se déplacer fort loin de celui-ci.

Seulement, parfois, le retour à la réalité est douloureux.

Rose T3 page 3

Rose se dédouble

A la suite de l’assassinat de son père, détective privé, Rose a découvert des parties de son passé qu’elle ne soupçonnait pas.

Elle assemble patiemment les morceaux épars d’un puzzle surprenant car inattendu autour de différents meurtres dont celui de sa mère à la maternité, peu après sa naissance.

Elle peut compter sur l’indéfectible soutien de trois vrais fantômes dont l’esprit demeure prisonnier de la demeure familiale. Wanda Vontise, Bob Delonde et Achille Texiu fournissent quelques pistes à la détective improvisée.

Rose T3 page 10

Elle s’apprête ainsi dans ce dernier volume de la trilogie à confondre les coupables ; l’assassin de son père qui manœuvre dans le même temps à la faire disparaître mais aussi celui de sa mère dont le spectre la menace dès qu’il le peut.

Rose T3 page 14

Les auteurs concluent avec brio une trilogie inclassable, entre polar métaphysique et BD sur les doutes juvéniles. Nous vous vantions dans cet article les qualités du tome 1 :

 « Ce premier volume installe une intrigue prenante et dense qui navigue sans à-coups, avec une grande fluidité d’un genre à l’autre ; du polar contemporain au fantastique inspiré du « Passe-muraille » de Marcel Aymé et du surnaturel médiéval de sorcières brûlées vives à la fine comédie de mœurs familiale. Ce scénario fin, riche sans jamais être redondant est l’œuvre d’un duo complémentaire. Denis Lapière s’est adjoint la directrice d’écriture de la série télévisée « Plus Belle la vie », Émilie Alibert, pour écrire ce polar fantastique initiatique dans lequel une jeune fille se découvre elle-même à l’issue d’une enquête construite patiemment, rythmée par des rebondissements vraiment inattendus.

Le beau trait simple, comme évident, de Valérie Vernay, contribue à donner une épaisseur certaine à tous les personnages. Elle les installe dans leur cadre de vie, donne chair à leurs sentiments, leurs doutes ou leur solitude. Par ses couleurs pastel, elle installe une ambiance à la Simenon dans une petite ville de province : une station balnéaire hors saison, vide de touristes et emplie de secrets plus ou moins avouables. »

Rien à ajouter à ces louanges méritées, un très vaste lectorat, des années collège à l’âge adulte, prendra plaisir à lire les trois volumes de « Rose », un triptyque élégant, inclassable et mémorable.

Rose T3 page 40

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Rose T3 : 1 +1= 1 » par Valérie Vernay, Émilie Alibert et Denis Lapière

Éditions Dupuis (12,50 €) – ISBN : 978-2-8001-6898-2

Galerie

4 réponses à Fin de la surprenante trilogie « Rose » ou comment, parfois, 1+ 1 = 1 !

  1. Diddu dit :

    J’ai suivi avec grand plaisir l’histoire des deux premiers albums lors de leur prépublication dans le journal de Spirou. Malheureusement, ce troisième et dernier album n’a pas été sélectionné par la rédac chef.

    Savez-vous si une intégrale des 3 tomes est prévue par Dupuis ?

    • Laurent Lessous dit :

      D’après mes sources auprès des éditions Dupuis le tome 3 venant de paraître, l’intégrale n’est pas pour tout de suite mais elle sera publiée à terme.
      Bien cordialement,

      Laurent Lessous

  2. Olivier Northern Son dit :

    Je déplore l’abandon de la prépublication…

Répondre à Olivier Northern Son Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>