Spirou : deux patrons pour une nouvelle formule à la Une !

Tout au long de ses 81 années d’existence, il est très rare que l’hebdomadaire Spirou ait utilisé ce terme de « nouvelle formule » pour indiquer un changement dans son contenu. Il faut dire qu’une année après l’arrivée d’une nouvelle rédaction en chef dont la politique éditoriale a profondément transformé (abîmé ?) le journal, l’heure était l’action.

En décembre 2017, après dix années de bons et loyaux services, Frédéric Niffle passait les clefs de la rédaction de Spirou (n° 4156 du 6/12/2017) à son adjointe Florence Mixhel, qui en devint la rédactrice en chef dès le numéro suivant, le traditionnel spécial Noël. « Animal lecteur », que nos amis de BDzoom.com connaissent bien, ferme alors sa BD Boutik pour céder la place à « Boni » tandis qu’apparaît « La Page 2 », tenue par deux débiles imaginés par Fabcaro pour Fabrice Erre : des changements au premier abord anodin qui pourtant en disent long sur les transformations à venir. La bonne vieille BD de « papa » cède rapidement la place à un humour décalé qui laissera perplexe plus d’un lecteur de Spirou. Lentement mais sûrement, les bandes dessinées classiques, qu’elles soient humoristiques ou réalistes, sont remplacées par de nouveaux gags aux héros pour bobos branchés ou des séries à suivre dont les auteurs regardent (beaucoup) trop les Manga.

« Imbattable » de Jousselin, convoqué pour éteindre le feu dans la maison Dupuis ?

Humour décalé à la Fluide Glacial et pâles héros japonisant sont désormais les maîtres dans les pages de l’hebdomadaire de Franquin, Peyo, Morris, Hubinon, Roba, Tillieux… et de tant d’autres icônes de ce qui a fait le renom de la BD franco belge. Le sommet du mauvais goût sera atteint avec le « combat » mal ficelé  Spirou / Fluide Glacial orchestré par Florence Mixhel et Yann Lindingre. Ce n’est sans doute pas un hasard si en ce mois de janvier les deux responsables quittent leurs journaux respectifs. Ni que les deux éditeurs (Dupuis et Bamboo) aient fait appel à d’anciens rédacteurs en chef afin de remettre de l’ordre dans leurs (BD) Boutik.

Le désir de chercher à renouveler un lectorat vieillissant et nostalgique n’est pas blâmable. Lui tourner complètement le dos pour s’adresser à des lecteurs plus jeunes avec du matériel sans le moindre rapport avec la BD franco belge qui a fait son identité est une lourde erreur. A l’arrivée, les lecteurs fidèles ont quitté peu à peu le navire et les jeunes continué à le bouder, préférant le matériel japonais d’origine aux pâles copies francophones. Notons que cette volonté brutale de rajeunir le contenu du journal avait déjà fait des dégâts au début des années 1990 avec la formule Spirou Magaziiiine qui elle aussi n’avait pas fait long feu. Hélas, il y a toujours eu des as du marketing ne connaissant rien à la BD,  prêts à proposer leurs recettes miracles…

Une place plus importante consacrée aux relations avec les lecteurs.

Pour ma part, lecteur enamouré de Spirou au point de ne pas avoir manqué un seul numéro depuis 1953, je n’avais pas encore trouvé le courage de lire celui du 23 janvier dont seules les 4 pages des « Femmes en blanc » trouvent grâce à mes yeux, j’exagère à peine. Et voilà qu’arrive le suivant avec ses promesses d’un retour à une formule moins décevante pour nous les vieux lecteurs. Espérons qu’il n’est pas trop tard pour reconquérir ce lectorat fidèle.

Frédéric Niffle, occupé par d’autres activités au sein des éditions Dupuis (il dirige entre autres la sympathique collection Au fil de l’Histoire) occupe désormais (c’est une création) le poste de Directeur de la publication. Dès le mois de juin, il sera rejoint par Morgan Di Silvia (un ancien d’Actua BD), qui occupera le poste de Rédacteur en Chef, pour une responsabilité éditoriale bicéphale.Une décision maligne dont il faut féliciter la direction des éditions Dupuis. L’homme qui pendant dix ans avait réussi à maintenir l’équilibre entre bande dessinées classiques et créations nouvelles est en effet le plus indiqué pour remettre de l’ordre au sein de l’hebdomadaire blessé. Si de nombreuses pages sont encore occupées par les « découvertes » de la rédaction précédente, la patte et le savoir faire de Frédéric Niffle sont déjà présents. À commencer par le rédactionnel, devenu minimaliste niveau CP, remplacé par de nouvelles rubriques liées à la bande dessinée et aux auteurs qui s’annoncent prometteuses. Pour ce qui concerne les bandes dessinées, lorsque l’on sait le respect de Niffle pour les grands anciens, on peut lui faire confiance pour  revenir à l’esprit Spirou afin que l’on puisse de nouveau entonner joyeusement : « Spirou, ami partout, ami toujours » ! (N° 4216, 52 pages, 2,50 €, en kiosques).

Henri FILIPPINI

Galerie

39 réponses à Spirou : deux patrons pour une nouvelle formule à la Une !

  1. Nikos dit :

    Magnifique article complètement partial et à charge, les vieux cons vont adorer.
    Ainsi Florence Mixhel n’aura amené que « humour bobo » et « héros japonisants » au journal.

    Pourtant durant son année de rédaction en chef, on aura quand même eu droit à deux cadeaux que Niffle n’avait pas pu nous offrir les dix années précédentes : une nouvelle aventure de Théodore Poussin, et le retour du Spirou d’Emile Bravo. Mais bon il vaut mieux ne retenir que le mauvais.

    Et puis tant qu’à être dans l’excès et la caricature, on pourrait aussi sous-entendre que de nombreuses séries se sont arrêtées à cause de Florence Mixhel : Animal Lecteur, Mastodonte et d’autres… ça serait mentir (déjà contredit par les auteurs eux-mêmes), mais critiquons, critiquons, il en restera toujours quelque chose… Ah les bonnes femmes qui ne comprennent rien à rien, n’Est-ce pas.

    • Laurent Turpin dit :

      Henri Filippini tient à vous répondre directement : « Cher Nikos, le vieux « con » vous signale amicalement que le Spirou de Bravo comme le Théodore Poussin de LeGall ont été mis en chantier bien avant l’arrivée de Florence Mixhel par Frédéric Niffle. Une fois les pages livrées il fallait bien les publier dans Spirou. Donc pas d’anti féminisme dans mon papier sinon la constatation d’un beau gâchis. D’ailleurs le Spirou magaziiiine dont j’évoque le triste souvenir était dirigé par un homme (Patrick Pinchart) qui depuis a prouvé qu’il était capable de faire du bon travail (actuabd – Sandawe). Sans rancune. HF »

    • loulou dit :

      La rédactrice en Chef n’a certainement rien à voir avec Bravo et Le Gall. Les albums étaient commencés bien avant qu’elle ne tiienne les renes du journal… Et ne pas mettre Spirou dans Spirou, ça aurait été un peu con non ?

      • Nikos dit :

        Mais très certainement ! Les bonnes choses n’était pas dues à Florence Mixhel, et les moins bonnes choses étaient entièrement de sa faute. C’est parfait, surtout ne changez rien.

        Décidément les « c’était mieux avant » nous feront chier jusqu’au bout. Heureusement le baby-boom ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir.

  2. LEO dit :

    Tiens ! marrant que l’on ait pas crié déjà à la misogynie.
    Le patriarcat facho rétrograde de la BD à papa aurait-il poussé mémé dans le orties et provoqué la chute de l’empire féminin ?
    Pour une première avec Florence Mixhel, on peut dire que l’expérience de rédactrice en chef a tournée court. Alors la faute à qui ou à quoi ?
    Je pense que déjà avoir catégorisé le lectorat est une erreur fondamentale. Spirou n’a pas des lecteurs vieux ou jeunes, il a DES lecteurs point final. D’âges divers, de cultures variées, de perceptions de la BD différentes…un lectorat éclectique qui a fait sa longévité jusqu’à aujourd’hui.
    Avoir voulu tout casser, tout révolutionner on en voit le résultat.
    Avoir voulu mettre au placard la BD traditionnelle c’est faire fuir le lectorat traditionnel (et aujourd’hui les 7 à 77 ans lisent encore tintin, astérix, lucky luke, boule et bill…)
    Avoir voulu mettre de la BD récente typé « manga » c’est ne pas avoir compris que les lecteurs de manga lisent du manga (du japon bien japonais) et non cette chose hybride franco-jap qui ne marche pas. A l’heure d’aujourd’hui le lecteur de manga peut avoir 10 ou 40 ans.
    Avoir mis à la poubelle tout ce qui avait été fait par son prédécesseur c’est déconsidérer le travail accomplie qui avait trouvé un équilibre, c’est un certain manque de respect.
    Avoir choisi des BD alternatives sans humour ou alors qui ne fait rire que la rédaction c’est avoir oublié que l’humour c’est un peu de l’art, tout ne se vaut pas. Etre rédacteur en chef a une haute responsabilité : découvrir les futurs talents.
    Avoir voulu expérimenter le concept de cross-over (spirou vs fluide) aurait pu être une chose louable si cela avait été fait justement avec humour. Dès le fameux édito ouvrant les hostilités on se demandait c’est quoi ce truc ? c’est du premier degrés, du second, du rien…
    Ne pas avoir pris en compte les remarques des lecteurs dès le début c’est avoir été aveugle à la mauvaise direction prise par le magazine et refuser d’admettre ses mauvais choix éditoriaux.
    Ne pas avoir communiqué convenablement sur l’évolution du magazine a été une erreur de plus.
    Ainsi de suite…

    Merci à Florence Mixhel d’être venue, la place à libre au suivant…

  3. Diddu dit :

    L’expérience de rédactrice en chef de Florence Mixhel a été un ratage quasi-complet pour moi. A l’exception cependant tout à fait notable de quelques numéros spéciaux de très bonne qualité comme le numéro sur les droits de l’homme et surtout le numéro d’été spécial croisière qui était vraiment excellent.

    En dehors de cela, tout avait déjà mal commencé avec les tutoiements inappropriés en couverture, puis la publication de BD sans aucun intérêt me concernant (Kid Noize, Magic 7, toutes les BD de Kid Toussaint et Cie). A tel point que je commençais très sérieusement à songer d’arrêter mon abonnement. Et effectivement, même si l’arrêt d’Animal Lecteur et de l’atelier Mastodonte ne sont pas de son fait, les remplacer par Boni et la page 2, cela représente tout de même une sacrée baisse de qualité.

    Dans le même temps, je n’ai quasiment pas vu de BD franco-belge classique telle que je les apprécie : Buck Danny, Lady S, etc…

    Le gros problème de Florence Mixhel, c’est qu’elle n’a pas du tout communiqué avec son lectorat, et qu’elle a orienté le journal vers un segment jeunesse. Et même sur le segment jeunesse, je ne vois pas pourquoi il ne faudrait pas faire de la qualité. Au contraire, même !

  4. Alec Doppler dit :

    Je suis d’accord à 100% avec cet article ! Vieux lecteur depuis 1978, je ne me suis détourné de Spirou qu’à deux occasions : l’affligeant Spirou Magaziiiiiine (dont j’ai retrouvé des exemplaires dans un carton récemment et qui ne s’est pas bonifié avec l’âge – allez, à la benne !) et celui de Florence Mixhel.
    En ce qui me concerne, j’étais plein de confiance, dans la mesure où elle avait travaillé avec Frédéric Niffle. Je m’attendais à une nouvelle formule mais pas à ce travail de détricottage de l’esprit Spirou qui avait toujours proposé de la BD pour tous les âges.
    J’ai vraiment été triste de cette déliquescence (et pour en avoir discuté avec certains auteurs de la maison, je n’étais pas le seul) mais les derniers temps, je trouvais difficilement quoique ce soit de lisible – la tête de Cyprien en couverture m’a conduit à résilier mon abonnement.
    Je suis plein d’espoir dans ce renouveau et je vais aller acheter le dernier numéro en kiosque et songer à me réabonner !

  5. Mark dit :

    Un bel article pour se souvenir que Spirou c’etait un beau journal de BD que j’ai connu des années 1965 jusqu’en 1975 a peu prés.
    Parfois je l’achète encore, surtout les n° spéciaux.
    Mais il manque surtout des BD realiste maintenant comme Buck Danny, Jerry Sprint etc.

  6. Ph. Breinlinger dit :

    De l’espoir pour 2019!
    Personnellement que Florence soit une femme n’a pas pesé dans mon avis sur les derniers Spirou.
    Effectivement tout n’a pas été mauvais et notamment le spécial été mais j’avoue avoir été assez énervé par la tournure que prenait mon journal préféré.
    Je ne veux pas tirer sur l’ambulance, mais le fait que certaines séries n’apparaissent plus en prépublication sans que cela semble choquer qui que ce soit: je pense à Mélusine et le nouveau Choc….

    • Marcel dit :

      Euh… Le nouveau Choc, il sort en mars. Ils ont encore le temps de le prépublier.

      • Diddu dit :

        Niffle a-t-il encore le temps de revenir sur cette décision ?
        Les auteurs ont annoncé en tout cas qu’il n’y aurait pas de prépublication dans le journal, mais qu’ils publieraient en compensation une histoire courte qui ne serait pas reprise dans l’album.

        Je trouve aussi fort dommage que la 3ème et dernière partie de Rose ne soit pas publiée.

    • Horto dit :

      J’ai ressenti la même chose. Au fil de la dernière année, je ne lisais presque plus rien dans le journal et j’ai songé à arrêter. Cyprien, Bernstein, les dernières séries, et surtout la disparition de prépublications historiques… Je reconnais par contre une réussite pour le numéro Droits de l’Homme, spécial été, et quelques autres… Maintenant, le secteur de la presse est vraiment en crise… pas facile de relancer un titre. D’où la nécessité de penser aussi aux « anciens » qui achètent encore les versions papier.

  7. caramel dit :

    article interessant sur les ventes et les auteurs historiques (autre son de cloche)
    https://www.lecho.be/culture/litterature/spirou-se-separe-deja-de-sa-redactrice-en-chef/10091974.html

  8. Vieux Crouton dit :

    De toute façon depuis que Spirou à arrêter la publication de Marc Orian , Brick Bradford etc …
    Ce n’est plus Spirou.

  9. Pépé malin dit :

    Voici une très bonne décision de virer ces incapables et d’arrêter le massacre d’un patrimoine de la B.D. comme Spirou! Ce n’est ni affaire de vieux ou de jeunes, c’est un état d’esprit qui doit perdurer, pour peu que l’on dégage ces récits débilus et moches, le comble avec « Kid noise », allez hop, va faire du noise ailleurs!

  10. Hicham Britel dit :

    Amateur de Spirou et Fluide, j’ai bien apprécié le « duel » Spirou / Fluide, à prendre au second degré bien sur…

  11. Crissant Clavier dit :

    Pour ce qui est du rapport entre florence Mixhel et les auteurs »historiques » du journal qui serait pas vraiment top,Raoul Cauvin,historique parmi les historiques,regrette: » Je ne comprends toujours pas cette éviction. Elle me reste à travers la gorge. Je croyais à cent pour cent en Flo. J’avoue qu’à présent, qui que ce soit qui reprendra sa place, je n’ai plus trop confiance.(…..) » Avant, que je le veuille ou non, je suivais quand même encore un peu l’actualité du journal. Avec l’arrivée de Flo, oui, je l’avoue, j’avais espéré le meilleur. En la virant, j’ai l’impression d’avoir été viré aussi. Les politiques que vont suivre les nouveaux…Je n’en sais rien. Je leur souhaite quand même bonne chance. C’est tout! »

    Comme quoi…..

  12. Horto dit :

    Il y a une chose que Dupuis doit bien comprendre: s’ils veulent relancer le titre, ce sera par les plus anciens lecteurs et amateurs de bd franco-belge. Ce sont eux qui l’achètent, pour eux-mêmes, pour leurs enfants, et en espérant que ces enfants liront plus tard Spirou. Mais des jeunes (enfants ou jeunes ados) qui vont par eux-mêmes acheter le journal, c’est rêver haut en couleurs. Leur média n’est pas la presse papier.

  13. Quentin Huth dit :

    Je ne connais pas personnellement Henri Filippini, mais je ne suis pas sur que sa charge critique vis – à vis de Florence Mixhel soit du machisme.
    En revanche c’est certain, quel vieux con ! Et je dis ça gentiment. C’est un petit vieux bloqué dans le passé et donc complétement dépassé. Mais il a sa place dans le monde de la BD, alors on le laisse faire, on le laisse continuer. Même si sa diatribe féroce, qui ne date pas d’hier, est erronée et irrespectueuse.
    Il pense être juste dans sa défense de Spirou, mais de quel Spirou s’agit – il ? Celui des années 50 ?
    Et ceux qui partagent son avis dans les commentaires, quel âge avez vous ? Buck Danny, Lady S, êtes vous sérieux ? Êtes vous des trolls ?
    Ce sont ces séries (+ 50 et 15 ans) qui pour vous, en premières, doivent représenter Spirou aujourd’hui ?
    Bien sûr que Spirou se doit de garder une tradition de BD franco – belge. Mais pas que ! Spirou doit s’adapter auX publicS d’aujourd’hui.
    Comme Niffle là très bien fait.
    Et même si Florence, elle, ne l’a pas fait avec succès, elle a essayée ! Depuis quand c’est facile de s’adresser au jeunes ? Qui a la recette miracle ? Il y a plus de chance de se tromper que de réussir.
    Et encore une fois quel âge avez vous ? Qui êtes vous pour juger à la place des enfants s’ils aiment ou non une série ? Il y a t – il un jeune de moins de 18 ans dans ces commentaires ?
    J’ai 27 ans et je suis d’accord avec vous avec ces produits formatés que sont Kid noise, Magic 7 et cie = c’est pourri et je n’aime pas !
    Mais j’ai le même sentiment vis à vis des Buck Danny ou même dans une moindre mesure de la production actuelle de Cauvin qui a considérablement baissée.
    Mais il n’y a pas que ça dans Spirou. Il y a d’autres séries que j’aime : FRNCK, Dad, Imbattable, Les Nombrils, La boite à Musique, l’humour des Fabrices, Louca, etc.
    Oui je regrette qu’il y est moins de séries « adultes » comme par le passé avec Charly ou Chinaman. Mais Spirou ce n’est pas MON Spirou, c’est le Spirou de tous le monde. Il en faut pour tous le monde ! Je n’ai que rarement aimé Spirou à 100 %.

    HF n’a apprécié que les Femmes en blancs ? Et l’enfant de 9 ans ? A son avis ?

    Donc un peu de recul et de tolérance sur le Spirou actuel ne ferait pas de mal. De Delporte à Niffle, tous les meilleurs rédacteurs en chefs ont fait des erreurs. Florence peut – être plus, elle n’ait peut – être pas parmi les meilleurs, mais elle est loin d’être la pire. Et qui sait si avec le temps elle aurait put faire des choses ?

  14. Bernard Lhermitte dit :

    Encore un article signé M. Filippini…
    J’attends de voir sur ce site le terme « islamo-bobo-gauchiste » ou « journalope bien-pensant », je pense que ça ne devrait plus tarder à lire le contenu de ce billet.
    Pour ma part, je ne vois pas comment Mme Mixhel a pu « révolutionner » le journal de Spirou en un an, sachant qu’ils sont eux-mêmes finalisés un à deux mois avant leur parution.
    La fermeture de BD Boutik que j’affectionnais particulièrement était annoncée dès sa création, quoi qu’elle n’était même pas censé durer aussi longtemps.
    Roger et ses humains avait été publié dans Spirou lorsque votre grand gourou M. Niffle était encore aux manettes. D’ailleurs, vous devez être content, il a réussi à faire destituer Mme Mixhel pour revenir aux commandes (quitte à caricaturer et faire des approximations, autant y aller carrément, non ?).
    Fabrice Erre et Fabcaro font partie des étoiles montantes de la BD d’humour, ne vous en déplaise.
    Je partage totalement l’avis de Nikos sur cet article complètement « partial et à charge », il serait temps de dépoussiérer et rajeunir votre équipe de rédacteurs les amis…
    Quant à Mark, ce genre de commentaires me fait mourir de rire : c’est vrai ça, où sont passés la Patrouille des Castors, Jerry Spring, Jean Valhardi et Marc Dacier ? Rendez-nous l’Oncle Paul, et surtout vive le XXIe siècle !

    • Leo dit :

      « Partial et à charge ».ben ça change de critiques aseptisés pour plaire à tout le monde que l’on peut lire ailleurs. En fait quand tu pointes du doigt : bobo-gaucho… c’est une sorte d’auto-critique puisque tu refuses d’admettre un avis différent du tiens. Il faut savoir lire et ecouter l’autre même si tu n’es pas d’accord.

      • Bernard Lhermitte dit :

        M. Filippini transmet des informations non vérifiées car il ne semble pas avoir de source officielle, comme cela a déjà été précédemment constaté.
        Je sais avoir un débat constructif, mais je préfère que cela soit basé sur des infos confirmées et non sur des rumeurs, des « on dit »…
        Dire que tous les changements récents sont dus à Florence Mixhel et qu’elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même si elle part aujourd’hui, c’est de la mauvaise foi.
        Je comprends bien que les anciens lecteurs puissent être perturbés par ces changements et qu’ils ne leur plaisent pas, mais dire que seules « Les Femmes en Blanc » trouvent grâce aux yeux du rédacteur, cela montre un problème bien plus profond qui ne doit surement pas dater des 6 derniers mois, mais plutôt des 10 voire 20 dernières années…

        • Laurent Turpin dit :

          Voyez vous, Monsieur Lhermitte (dommage que vous ne vous appeliez par Thierry, on aurait eu plus de visiteurs mais Bernard me plait aussi pour le respect que je dois à mon ami Martin Veyron ), j’ai accepté (à l’époque, avec Gilles Ratier, à qui j’avais cédé la place de rédacteur en chef) la participation de M. Filippini à ce site que je dirige depuis le décès de mon très cher ami Claude Moliterni (j’ose le citer car M. Lungheretti, dans son rapport, dont nous reparlerons, l’a oublié aux cotés de Francis Groux et Jean Mardikian comme fondateurs du Festival d’Angoulême. Attention à ne pas revisiter l’histoire de la BD: nous y veillons et le ferons savoir assez prochainement ). Oui, M. Filippini est parfois (il s’en défend évidemment, avec quelques arguments, mais j’assume mes propos) de mauvaise foi, nous le savons et il ne saurait se conduire autrement ! C’est pour quoi j’ai décidé, c’est une annonce, de lui confier parfois, un billet d’humeur, exercé dans le respect de la loi et de nos lecteurs. Nous veillerons, cela dit, à ce qu elles réactions restent dans la décence et dans les limites du respect.

          • Crissant Clavier dit :

            Excellente nouvelle que ce billet d’humeur confié à Mr Filippini.Vu son parcours,son experience,son importance dans un milieu de la BD qui lui doit beaucoup à plus d’un titre,ce que certains oublient ou ignorent,il en a toute la légitimité.

            Vu surtout le suivisme ,pour ne pas dire plus,qui caractérise actuellement la plupart des commentateurs quand il s’agit de BD,un pas de côté ne peut être que salutaire et vivifiant.

            Au boulot Henri.

          • Quentin Huth dit :

            L’intérêt d’un billet d’humeur de quelqu’un de mauvaise foi sans arguments valables (à part quand on est président des états – unis) ?
            Pensez vous vraiment faire preuve de respect vis – vis de Florence Mixhel ?

          • Crissant Clavier dit :

            Henri Filippini,Raoul Cauvin,Jean Van Hamme les grands Satan de la BD …. la cause de tous les maux!

            Joli trio quand même. …

            Allez au travail Henri,ferraille dur! Tu le vois y’a du boulot.

            On compte sur toi.

  15. Crissant Clavier dit :

    Moi j’aime lire les articles d’Henri Filippini,où transpirent la passion et l’érudition,sans hésiter à prendre position,souvent contre la pensée dominante et la réécriture des faits,de plus en plus présente chez ses confrères.
    Merci Henri.

    • Leo dit :

      Bah, c’est juste que maintenant faut réfléchir à 2 fois avant d’écrire la réalité. Sinon a toi les critiques et les menaces des minorités excitées et arrogantes.

  16. Henri Khanan dit :

    Sans vouloir faire de commentaire machiste, je me contenterai de remarquer que la patronne du Fluide Glamour est également restée peu de temps en poste!

  17. Jean-Luc dit :

    Lecteur de Spirou depuis… 1957, j’étais en effet ces dernier temps pas mal déçu par ces nouvelles séries au ton un peu trop « manga » à mon goût. Et très triste que le dernier Mélusine (entre autres) n’ait même pas été prépublié…
    Comptons sur le retour (même temporaire) de Frédéric Niffle pour remettre un peu d’ordre et revenir à l’esprit franco-belge pour les futures nouvelles séries.
    J’attends impatiemment ce n°4216 (qui à l’heure où j’écris n’est hélas toujours pas disponible sur le site d’Izneo – car depuis plusieurs années je suis passé au numérique, mes étagères croulant sous le poids de plus de 250 albums !)

  18. Kroustilyion dit :

    Pour que Spirou redevienne le Journal de Spirou : retrouvez de très bons dessinateurs (qui dessinent, pas qui font des lignes…), replacez des séries « à suivre » sur deux pages hebdomadaires, réintroduisez des gros nez et des grandes oreilles, amenez le lecteurs à acheter l’album APRES sa parution dans le journal, reformez un esprit de rédaction autour du journal, pas pour que les « rédacteurs » (^^) s’encensent les uns les autres, mais pour que le lecteur soit plongé dans la vie de celle-ci. Et puis, aussi, offrez des « suppléments » comme au temps du grand journal : posters, vignettes, fiches, gadgets pour tout public (pas seulement les « abonnés »…). Et surtout que l’on retrouve l’acteur principal du Journal, quotidiennement, dans une série d’aventures avec un très bon scénario, rebondissant et exotique, renforcé par un dessin propre (pas bâclé, à la va-vite), où les héros sont beaux , dessinés en calligraphie, donc exactement le contraire de ce qui est présenté maintenant. Imprimez le tout sur du papier journal, et non sur du papier chic, qui brille trop !! Ouaiten’ scie…

    • PATYDOC dit :

      Dans un souci d’apaisement ( mais oui … ) je constate que Spirou avec ou sans Florence est un magazine qui plait encore aux jeunes générations pourtant biberonnées aux mangas…

    • Nikos dit :

      C’est un message à prendre au second degré, ou vous êtes sérieux ?
      Les séries à suivre sur 2 pages par semaine…. du papier journal… Comme « au temps du grand journal » –> de quel temps parlez-vous ? Des jeunes lecteurs des années 60 adoraient le journal des années 60. Des jeunes lecteurs des années 70 adoraient le journal des années 70. Des jeunes lecteurs des années 80 ou 90, adoraient le journal à cette période. Pour chacun, le « grand temps » correspond au temps de sa jeunesse.

      Quant à proposer un « bon scénario » et un « dessin propre », qui détient le bon goût absolu. Vous peut-être ?

      Quand Est-ce que les gens arriveront à se mettre dans la tête une fois pour toute, que l’adage « c’était mieux avant » n’est qu’une illusion car chacun regrette, en fait, le temps de sa jeunesse, quelles que soient les époques. Et ça, on en crève, trop c’es trop. Avant c’était bien. Aujourd’hui c’est bien aussi. Et demain ça sera bien. Et je ne parle pas uniquement du journal Spirou.

  19. Michel Dartay dit :

    Très souvent, les albums Dupuis sortent en librairie avant la fin de la prépublication dans l’hebdo. Aberrant!

  20. Angie dit :

    Moi , je n’ai rien contre Florence , j’ai trouvé son contenu pas piqué des lametons même si cherchant plus à augmenter le nombre d’exemplaires ( même si je sais que c’est important ) . C’est vrai que les bds apparus sous ses ailes sont sans interet hormis certaines pépites . Ce que je veux , c’est surtout plus de séries humoristiques feuilletonesque ou à gag ( sans être ridicules , ni être sans âme ) .
    Par contre , la série qui me gene , est la page 2 que je trouve insensé et ridicule . Sinon bon courage et bon renouveau .

    Ce serait bien si le journal veut toucher un plus large public , de le transformer en véritable média plutôt qu’à un simple petit journal . Notamment avec une chaine YouTube plus actif, avec de la publicité ( comme le fait bien Bayard Presse ) , et des atouts toujours plus forts .