50 belles et chères voitures de Tintin…

Après la collection « En voiture Tintin ! » proposée par Atlas en 2003 et qui réunissait 70 véhicules empruntés par le héros dans un diorama (proposée aujourd’hui pour 2500 € sur Rakuten), les éditions Moulinsart font encore plus fort avec « Les Voitures de Tintin » reproduites cette fois-ci à l’échelle exceptionnelle 1/24°. Une nouvelle collection luxueuse réservée aux fans les plus aisés du personnage de Hergé

C’est avec le fameux bolide rouge, une voiture de course d’un rouge étincelant empruntée par Tintin et Milou dans « Les Cigares du pharaon », que débute cette collection haut de gamme. L’échelle 1/24° permet de présenter des véhicules de belle taille, d’en savourer les détails, de revivre des séquences cultes. Ces modèles chromés en métal et plastique injectés bénéficient d’une finition soignée et sont présentés avec un décor en fond imprimé sur le boîtier cristal. Après la Décapotable de Haddock des « Les 7 boules de cristal » (N° 2), le taxi de New Delhi de « Tintin au Tibet » (N° 3), la Jeep bleue d’ « Objectif Lune » (N° 4), suivront la Jeep rouge de « Tintin au pays de l’or noir », la Torpédo du docteur Finney des « Cigares du pharaon », la 2cv des Dupond(t) de « L’Affaire Tournesol » … À noter que ces merveilles sont fabriquées en Chine.

Chaque livraison de ces voitures mythiques conduites par les figurines des divers personnages sont accompagnées d’un élégant livret de 20 pages en couleurs à la couverture dure et au papier de qualité, réalisé par l’équipe de spécialistes de l’oeuvre d’Hergé chez  Moulinsart, éditeur de cette opération, distribuée en France par Hachette collections. Dominique Maricq, Lucien Beckers, Didier Plateau et Agnès Roisse reviennent sur la séquence de l’action où le véhicule proposé était présent, la reproduction des pages d’origine, sur l’histoire du modèle réel qui a inspiré Hergé, sur les personnages… Afin de pouvoir réunir ces fascicules, des classeurs seront envoyés au fur et à mesure aux abonnés, facturés au prix de 7,99 € l’unité. Il n’y a pas de petits profits…. Si la collection trouve son lectorat, ce qui ne fait pas le moindre doute, elle devrait totaliser cinquante voitures. A noter que cette opération est réalisée en partenariat avec le quotidien Le Monde.

Des cadeaux sont offerts à ceux qui optent pour l’abonnement : un set de trois lithographies inédites de format 21 x 29,7 cm, un carnet de note Tintin, enfin la figurine inédite en polyrésine de Hergé (hauteur 13,5 cm). Le premier numéro est vendu 9,90 €, le second 19,99 € aux acheteurs en kiosques, les suivants 39,99 €. Un prix qui peut paraître élevé, justifié par la qualité du produit, mais qui devrait sérieusement en diminuer le nombre d’acheteurs d’autant plus que la parution est rapide puisque bimensuelle. Certain regretteront qu’une série aussi populaire que « Tintin » soit utilisée pour de telles opérations commerciales uniquement réservées à un lectorat aisé. Ceux qui ne sont pas effrayés par ce prix peuvent prendre note de tous les détails commerciaux  sur www.voitures-tintin.com.

Henri FILIPPINI

Galerie

7 réponses à 50 belles et chères voitures de Tintin…

  1. Pierre dit :

    Le prix va forcément faire le tri chez les acheteurs potentiels, mais le format des voitures (1/24° !) aussi : s’il y en a 50, il faut une sacrée place pour pouvoir les caser chez soi ! En tant que possesseur de la collection Atlas (qu’on trouve sur le net à un prix bien inférieur à celui que vous indiquez pour rakuten), j’espère pour les acheteurs de cette collection que ces voitures (fabriquées en Chine comme celles d’Atlas) seront de meilleure qualité : certains modèles Atlas vieillissent très mal : les bas de caisse se tordent, le « métal » se fendille.. (je serais curieux de savoir en quoi sont faites ces voitures : ça ressemble à du métal, mais ça n’en est assurément pas !)

  2. JEAN dit :

    Aprés vérification, il semble bien que ce soit du métal, mais pas de l’acier (un aimant est sans action), mais de l’aluminium). Le fond et les roues sont en plastique.

    • Gwenaël Jacquet dit :

      Les voitures de type Die-cast comme celle de la collection Tintin, mais aussi les Majorettes, Hot Wheels et autres sont en général fabriquées en Zamak. C’est un alliage de zinc, d’aluminium, de magnésium et de cuivre qui est extrêmement simple à mouler, mais peu résistant à la torsion.

  3. Marc BESSET dit :

    Bonjour.

    Pour info. La page 5 du livret présentant la rubrique automobile illustrée par Jacques Martin comporte une erreur de date dans la légende ; cette rubrique est tirée du Tintin 18 du 4 mai 1950 et non du 14 mai.

    Merci pour vos articles.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>