« Rani » : les Indes des maharajas…

« Rani » est une série dont les critiques parlent peu dans les magazines consacrés à l’étude de la bande dessinée. Son crime : être une grande saga populaire. Adaptation par Didier Alcante d’un feuilleton télévisé écrit par Jean Van Hamme, mis en images par un de nos meilleurs dessinateur réalistes, Francis Vallès, « Rani » entraîne le lecteur au cœur des Indes luxuriantes des Maharajas. L’avant-dernier chapitre de cette grande fresque romanesque vient de sortir…

En l’an de grâce 1743, Jolanne est injustement accusée d’avoir tuée son père alors que le coupable n’est autre que son demi-frère Philippe Valcourt, prêt à tout pour hériter de la fortune paternelle. Condamnée à mort, elle parvient à fuir la France en se faisant passer pour une autre. Elle est envoyée en Inde afin de servir d’épouse aux colons français. Vendue à une maison de plaisir de la Compagnie des Indes, elle en devient la patronne. Traquée par le commissaire Laroche, l’insoumise devenue amnésique est sauvée par un jeune pécheur, puis elle finit par échouer au comptoir français de Pondichéry où elle tombe amoureuse du beau colonel anglais Greg Walker. Comme dans tout bon feuilleton qui se respecte, c’est après moult péripéties que la jeune femme devient la troisième épouse du maharajah de Sandrapur, petit état encore lié à la France alors que les anglais gagnent du terrain… Un à un tous les protagonistes de cette aventure exotique réapparaissent pour un dernier tour de scène qui ne manque pas de surprises…

A l’origine « Rani » est une mini série pour la télévision de 8 épisodes de 52 minutes réalisée par Arnaud Sélignac et diffusée par France 2 à partir de décembre 2011. « Rani » a réuni en moyenne 3,1 millions de téléspectateurs. Mylène Jampanoï, Jean-Hughes Anglade, Rémi Bichet figurent au générique. Une novélisation écrite par Jean Van Hamme et Francis Forestier a été publiée aux éditions Michel Lafon.

Moins connue des téléspectateurs, mais aussi des lecteurs, que « Largo Winch », « XIII » ou même « Les Maîtres de l’orge », « Rani » possède tous les ingrédients d’une bonne bande dessinée d’aventures exotiques. C’est d’ailleurs Francis Vallès (Dorian Dombre », « Tosca », « Rafales »), le dessinateur des « Maîtres de l’orge » qui apporte son trait réaliste et dynamique à cette œuvre riche en décors somptueux, en coups de théâtre et en personnages hauts en couleur. C’est à partir de 2009 que la version bande dessinée a été proposée par les éditions du Lombard. Didier Alcante (« Pandora Box », « Jason Brice », « XIII Mystery ») en assure l’adaptation.

A la lecture de ce nouvel épisode flamboyant on peut se demander pourquoi les Indes au temps de la colonisation sont aussi peu utilisées par les auteurs de bandes dessinées tant l’Histoire, les décors, les personnages peuvent leurs inspirer intrigues et images superbes à l’infini. Cet album rappelle au vieux lecteurs que je suis le merveilleux « Chandra prince royal » des italiens Mancuso et Nicolo  dans les pages de Hurrah !où le mythique « Corentin de Paul Cuvelier dans Tintin. La parution du dernier épisode de cette saga, « Marquise », est annoncée pour l’an prochain. Il serait dommage de passer à côté de ces huit albums qui font honneur à la bande dessinée traditionnelle.

Henri FILIPPINI

 « Rani  T7 : Reine » par Francis Vallés, Jean Van Hamme et Didier Alcante

Éditions du Lombard (14,45 €) _ ISBN : 978 2 8036 7084 0                     

Galerie

Une réponse à « Rani » : les Indes des maharajas…

  1. DIddu dit :

    Cela fait bien longtemps que cette saga traine sur ma liste d’achat, sans que je passe à l’action. Merci de ce rappel qui me fait dire qu’il est grand temps que je découvre cette fresque.