L’éternité, à en mourir…

Les éditions Glénat ayant sensiblement baissé leur cadence de parutions comics ces derniers mois, chaque nouvelle sortie est attendue et examinée avec attention. « The Old Guard », thriller de Sword Fantasy 3.0 ravive méchamment la flamme.

Ce nouveau titre d’un des scénaristes américains les plus appréciés du moment (« Black Magick », « Lazarus », « Chekmate », « Queen and Country »…) raconte une histoire d’immortels. On a déjà vu cela et un film bien connu sur le sujet a même squatté le box office dans les années quatre-vingt. Ici, l’intérêt du scénario de Greg Rucka réside dans le sentiment de fratrie, développé par l’équipe de cinq compagnons s’étant formée autour de la belle Andromaque de Seythie, dite Andy. Nicky, Joe et Booker se connaissent depuis quelques centaines d’années et se sont spécialisés dans les règlements de conflits nécessitant leurs services, leur « aptitude » leur permettant évidemment de faire un excellent commando. Nile, une jeune Marine en action en Afghanistan, meurt lors d’une intervention, ou le croit-elle. C’est un nouveau signal envoyé, tel un rêve, au reste de l’équipe, qu’un nouveau compagnon va les rejoindre. Certains d’entre eux souffrent cependant de leur condition de paria, ne pouvant pas accompagner leurs proches dans la mort. D’autres regrettent la dissolution de leurs souvenirs anciens, perdus dans le fond de leurs pensées, là où aucun appareil photo n’a pu retenir des visages. De plus, aujourd’hui, le réseau internet aidant, le monde qu’ils ont connu a comme rétréci, et leur statut est de plus en plus difficile à cacher. Le temps d’un bouleversement a alors sonné…

Agissant tout d’abord comme un bon récit d’aventure musclé, avec moult scènes d’action, « The Old Guard » présente cela dit de nombreux flash-back sur les périodes traversées par les membres de la
« Compagnie ». Autant de moments permettant d’insérer un aspect poético-historique dans le conte et de revisiter certains épisodes clef de conflits anciens. La parité du groupe, et le leadership d’Andy, belle femme au fort tempérament, forgé au long de plus de six mille ans de vie, confère un supplément moderne agréable au scénario.

Si l’on mixait, dans une recette improbable, le « Dracula » version Mike Mignola et « Sheriff of Babylon », récemment chroniqué ici, sans doute obtiendrons-nous quelque chose d’approchant. D’autant plus que le dessin de Leandro Fernandez, artiste argentin ayant déjà fait ses preuves dans diverses séries Marvel : « Queen and Country », ou « The Hunter », pour ne citer que quelques titres, évoque cet univers graphique un peu baroque, rehaussé par la colorisation très marquée années quatre-vingt de Daniela Miwa. C’est cependant davantage à Eduardo Risso, pour lequel le dessinateur à été assistant à ses débuts, que l’on pense, dès la couverture. Le trio réussi à nous embarquer dans son histoire, où la Saudade, étrangement, nous étreint.

Une « vieille garde » au top, et un très bon début, rassemblant les cinq premiers chapitres, pouvant d’ailleurs se suffire à lui seul.

Franck GUIGUE

 

« The Old Guard T1 : à feu et à sang » par Greg Rucka et Leandro Fernandez
Éditions Glénat comics (16,95 €) – ISBN : 9782344033081

 

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>