« Savage » par B. Clayton Moore, Clayton Henry et Lewis Larosa

Un nouveau personnage tarzanide de l’éditeur Valiant, dans un Oneshot prometteur…

Les éditions Bliss jouent le jeu des éditions Valiant en continuant à proposer régulièrement, en plus de leurs séries phares (« Shadowman », « Bloodshot », « Harbinger », « X O Manowar », « Faith »…), de nouveaux personnages. C’est le cas de ce jeune garçon : Kevin Jr, dont les parents : Véronica et Kevin Sauvage, crashés sur une île inconnue, vont découvrir un mini continent peuplé d’humains sanguinaires et de dinosaures. Le jeune garçon, finalement livré à lui-même suite à la mort violente de ses deux parents, va laisser libre court à son sentiment de vengeance et faire la loi sur son terrain.

B. Clay Moore, jeune scénariste américain ayant été découvert, en français, en 2006 par les éditions Bamboo avec « Le Privé D’Hawaï » (série créée chez Image en 2002), n’a pas beaucoup publié jusque là de séries marquantes. Il se fait donc remarquer à juste cause avec ce nouveau personnage attachant, remettant au goût du jour les aventures de monstres oubliés du temps. On ne pourra à ce sujet s’empêcher de penser à notre Jean Marie Arnon national et les séries « Dinosaur Bop » ou « Megasauria », ou précédemment, le grand Jack Kirby et son « Devil Dinosaur ».

Par contre, là où ces auteurs ont choisi la carte de l’humour pour raconter ces rencontres improbables entre humains et grands sauriens, B. Clayton Moore opte pour le drame et l’aventure.
Non pas que l‘on puisse parler d’un récit réaliste, mais il se dégage de « Savage », le gamin tueur, une bonne dose d’adrénaline et de testostérone. A la limite, si l’on devait émettre un parallèle avec d’autres séries, il ne serait sans doute pas mal venu de citer à la fois la série télévisuelle « Lost » pour son côté perdu sur une île aux mille dangers, mais aussi : le comics « Paper Girls » (Urban comics), ne serait-ce que pour sa relation à la survie aussi, et son portail dimensionnel…

« Savage » arrive à nous tenir en haleine et à proposer une histoire suffisamment prenante et émouvante pour y croire, le tout renforcé par le superbe dessin très dynamique de Lewis Larosa
(« Bloodshot Salvation », « Shadowman »…) magnifiquement relevé par les couleurs de Brian Reber, et celui, plus policé et numérique, mais oh combien agréable et proche de celui d’un Frank Cho, de Clayton Henry, auteur entre autre de « Book of Death », « Ivar the Timewalker », « Raï »…
Les deux dessinateurs se partageant en effet les passages passés (Clayton Henry) et présents (Lewis Larosa).

Un très bon premier tome, au suspens suffisamment intrigant pour nous laisser attendre une suite que l’on espère du même acabit.

Franck GUIGUE

« Savage » par B. Clay Moore, Clayton Henry et Lewis Larosa
Éditions Bliss comics (17 €) – ISBN : 978-2-37578-112-7

Galerie

Les commentaires sont fermés.