« Le Reste du monde » : après l’Apocalypse…

« Après la bombe », « Jeremiah », « Simon du fleuve », « Prophet », « Prométhée », « Walking Dead » … les bandes dessinées consacrées à un monde dévasté après une catastrophe atomique, écologique, ou encore par une invasion extraterrestre, ne manquent pas. Avec « Le Reste du monde », Jean-Christophe Chauzy dépeint en quatre albums une humanité au bord du gouffre. Le troisième chapitre de 112 pages superbes vient de sortir…

Trois années seulement après « la catastrophe »,pliée en quelques minutes le temps d’un claquement de doigts, la France dévastée est plongée dans un chaos qui conduit les rares survivants sur les routes. Jules et Hugo, deux adolescents en vacances dans les Pyrénées, sont à la recherche de leur père probablement en Espagne. Ils sont contraints d’abandonner leur mère, dont on ne connaît le sort, à une bande de pillards avant de trouver refuge dans un camp de vacances pour jeunes, transformé en communauté, une colonie utopique qui tente de survivre malgré le chaos et la nature déréglée. Attaqués par des casseurs armés de Kalachnikovs et de mines antipersonnel, les deux garçons abandonnent leur refuge avec les survivants. Se dirigeant vers l’Espagne, se terrant comme des rats, à la recherche d’un refuge, ils affrontent la nature hostile mais aussi les implacables nettoyeurs qui détruisent tout ce qui vit encore.

De son trait puissant, alternant mises en pages classiques et images en cinémascope, Jean-Christophe Chauzy magnifie la beauté d’une nature sauvage et hostile à l’homme confronté à un monde post-apocalyptique. Il évoque avec la même force les débris d’une civilisation en perdition, villes détruites, paysages dévastés, océans en furie… mais aussi survivants où se côtoient le meilleur et le pire de l’humanité. À une intrigue compliquée comme dans bien d’autres récits de ce genre, l’auteur a préféré l’évocation de l’homme affrontant une situation extrême alors que la tension augmente, soutenu par une voix inconnue qui au fil des pages répond aux questions que se pose le lecteur.

Le quatrième épisode de cette tétralogie, Les Enfers », annoncé pour l’an prochain, devrait y répondre et dévoiler ce qui va se passer dans ce Monde d’après.

Retrouvez ci-dessous l’interview de Jean-Christophe Chauzy pour l’émission Trait pour trait (by OUATCH) :

Né en 1963 à Toulouse, Jean-Christophe Chauzy dessine depuis toujours tout en enseignant le dessin aux Arts appliqués. Après avoir livré des dessins dans la presse rock alternative, il publie un premier album chez Futuropolis en 1988, « Vengeance », éditeur où il travaille jusqu’en 1993. Il débute une longue collaboration avec (A Suivre) et les éditions Castermanen 1992 où il réalise de courtes histoires avec Matz avant de signer « Béton armé », « La Peau de l’ours », « Clara » avec Denis Lapière, « La Vigie », « La Vie de ma mère » et « D.R.H. » avec Thierry Jonquet, « Rouge est ma couleur » et « La Guitare de Bo Diddley » avec Marc Villard… Pour Fluide Glacialoù il illustre des nouvelles, il dessine « Petite nature », « L’Été en pente douce » d’après Pierre Pelot. C’est en 2015 qu’il débute « Le Reste du monde » en auteur complet aux éditions Casterman. Réalisées au crayon, mises en couleurs à l’aquarelle, ses pages respirent l’humanité et la liberté.

Henri FILIPPINI

« Le Reste du monde T.3 : Les Frontières » par Jean-Christophe Chauzy

Éditions Casterman (18 €) – ISBN : 9 782203 146921

Galerie

Les commentaires sont fermés.