« Les Vieux fourneaux T5 : Bons pour l’asile » par Paul Cauuet et Wilfrid Lupano.

Après le succès honorable du film de Christophe Duthuron qui flirte avec le million d’entrées, Pierre Richard, Eddy Mitchell et Roland Giraud cèdent la place aux héros de papier dont les ventes dépassent 1,3 million d’exemplaires. Une performance en ces temps difficiles pour la BD que devrait faire voler en éclat ce cinquième épisode qui voit le trio d’octogénaires se retrouver à Paris.

Accompagnés par Juliette, la fille de Sophie, arrière petite fille d’Antoine, Mimile et Antoine arrivent à Paris afin d’assister au match de rugby France/Australie. Après avoir remis la sympathique gamine à sa mère, les deux vieux amis doivent rejoindre leur pote Pierrot, puis gagner les places VIP qui les attendent au stade. Le rêve ! Hélas tout se complique rapidement : Sophie a imaginé un plan aussi machiavélique que tordu qui doit permettre à Antoine de retrouver son fils, qu’il n’a pas vu depuis des années et du même coup  lui présenter sa petite fille Juliette dont il s’est toujours désintéressé. De son côté Mimile, qui avec sa bande de vieux anarchistes avait organisé une manifestation en faveur des migrants devant l’ambassade de Suisse, se retrouve en garde à vue au commissariat de police où il est reconnu par Patricia, une fliquette, ancienne ado de La Courneuve du temps où il était éducateur. Une honte pour le vieil activiste qui héberge des sans papiers dans son appartement. Ces évènements et bien d’autres tout aussi truculents vont sérieusement compromettre leur soirée sportive…

Wilfrid Lupano écrit un scénario sur mesure pour son trio infernal, aux dialogues irrésistibles, à l’intrigue forcément compliquée, permettant à tous les protagonistes pour le moins attachants des « Vieux fourneaux » d’y effectuer un petit tour de piste pour notre plus grand plaisir. Mais tout n’est pas gratuit dans cette drôle d’histoire. L’auteur propose sans en avoir l’air à ses lecteurs de s’engager dans les combats de ses vieux héros, reflets de notre société bien malade.

Paul Cauuet de son trait parfaitement maîtrisé entre humour et réalisme met en scène ce petit monde avec lequel on partage les délirantes aventures. Et croyez moi, rien n’est plus difficile que de rendre crédible l’incroyable. Paul Cauuet est de la trempe d’un Alexis qui lui aussi excellait dans la comédie dessinée.

Le troisième volet du « Loup en slip » paraît en même temps que ce cinquième opus des « Vieux fourneaux ». Personnage créé dans la série par Sophie pour son spectacle itinérant de marionnettes, « Le Loup en slip » possède sa propre collection où il vit des aventures farfelues destinées en priorité à un jeune lectorat, mais que les adultes adorent. Cette fois-ci notre loup affronte un drôle d’oiseau dont les  actes de vandalisme mettent en danger la course annuelle « Rapide et furieux ». Un scénario aux différents niveaux de lecture, dingue et plein de vie, écrit par Wilfrid Lupano, mis en images par Mayana Itoïz au trait loufoque et chaleureux : tout ce qu’adorent les lecteurs des « Vieux fourneaux » dont on comprend l’engouement pour cette nouvelle création réussie. A noter que Paul Cauuet en guest staroffre en conclusion deux pages inédites avec ses « Vieux fourneaux ».

Henri FILIPPINI

« Les Vieux fourneaux T. 5 : Bons pour l’asile » par Paul Cauuet et Wilfrid Lupano.

Éditions Dargaud (12 €) _ ISBN : 9 782 505 07141 9

« Le Loup en slip T. 3 : Slip hip hip ! » par Mayana Itoïz et Wilfrid Lupano 

Éditions Dargaud (9,99 €) – ISBN : 9 782 505 07142 6                  

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>