« La Grande Histoire de la vigne et du vin » : une bonne cuvée Corbeyran…

Les éditions Glénat sont à l’origine de l’engouement des lecteurs de bandes dessinées pour les histoires ayant les fruits de la vigne pour « héros ». Tout d’abord avec la publication du manga « Les Gouttes de Dieu », ensuite avec les sagas familiales classiques imaginées par le scénariste Éric Corbeyran, dont « Châteaux Bordeaux » lancé en 2011 demeure le fleuron. C’est lui qui signe les deux premiers albums de la nouvelle collection Vinifera.

« La vigne est un mystère qui se cultive depuis la nuit des temps »… Cette phrase de l’éditeur explique en quelques mots la raison d’être de cette collection dont le but est de faire découvrir en 5 cycles et 30 albums l’histoire du vin, de l’Antiquité à nos jours, de l’amphore ancestrale à notre viticulture moderne. Les deux premiers ouvrages écrits par Éric Corbeyran sont consacrés à l’Antiquité et au Moyen Âge.

- « Les Amphores de Pompéi » débute en l’an 79 alors que la vie se poursuit avec insouciance dans la cité romaine. Au cours d’une fête organisée par la riche veuve Ursina, Valérius, le fils de Lucius et propriétaire des meilleurs vignes de la région, attise la jalousie de Caietanus. Les deux jeunes hommes se disputent les faveurs de leur belle hôtesse, alors que le volcan gronde. Cette trame romanesque permet à Corbeyran d’évoquer avec précision le quotidien des vignerons de la Rome antique et de nous faire découvrir les secrets des vins de l’Antiquité. Ce cycle plongeant le lecteur aux origines du vin est mis en images avec rigueur par Alexis Robin, dont on peut regretter parfois la raideur du trait (56 pages en couleurs, 14,50 €, ISBN : 978244017067).

- « Les Moines de Bourgogne » débute en l’an de grâce 1120 aux portes d’une abbaye cistercienne située en Bourgogne. Simon, jeune orphelin déposé dans un panier, est confié par les moines à une famille de paysans. Après une jeunesse solitaire et difficile passée à observer la nature, il entre à l’abbaye à l’âge de 12 ans et apprend la vinification qui le passionne. À travers la vie de Simon, c’est l’histoire du quotidien en ces lieux, en même temps que les techniques de la vinification, qui sont évoqués au fil des pages superbes réalisées par Brice Goepfert. Le dessinateur du « Fou du Roy » et des « Chemins de Malefosse » signe un album documenté aux décors soignés et aux personnages truculents (56 en pages couleurs, 14,50 €, ISBN : 9782344017074).

Chaque album préfacé par Jérôme Baudouin, journaliste à la Revue des vins de France, propose un cahier historique réalisé par Antoine Lebègue, journaliste et spécialiste du vin. Une formule gagnante mêlant la grande Histoire et la fiction, dont les éditions Glénat font leur miel depuis des décennies.

Prochains titres à paraître en novembre 2018 : « 1733 : la guerre Champagne contre Tokay » par Éric Corbeyran et Jean-Jacques Dzialowski et « 1855 : le classement des vins de Bordeaux » par Éric Corbeyran et Lucien Rollin.

À la bonne votre ! (Avec modération, évidemment…)

Henri FILIPPINI

Galerie

2 réponses à « La Grande Histoire de la vigne et du vin » : une bonne cuvée Corbeyran…

  1. max dit :

    Il ne s’agit pas des « Larmes de Dieu », mais des « Gouttes de Dieu », et il ne s’agit pas de « Château Bordeaux », mais de ChâteauX Bordeaux. S’il vous plait, un peu de rigueur.