Pandora 4 : un joli pavé de fiction et de bande dessinée pour l’été…

Après une année de patience et d’impatience, voici enfin la quatrième livraison de Pandora , le luxueux magazine à parution indéterminée proposé par les éditions Casterman. Un pavé de 392 pages en noir et blanc et en couleurs (au lieu de 268 pour le précédent), offrant la bagatelle de 47 récits inédits (au lieu de 22) signés par une équipe d’auteurs éclectiques et talentueux. De quoi se divertir à l’ombre sans risquer les coups de soleil.

Tout juste quarante ans après la création du mythique mensuel (À Suivre), les lecteurs qui apprécient les auteurs qui oeuvrent pour une BD intelligente se régaleront avec ce nouveau Pandora. Cependant, si le magazine animé par l’excellent Jean-Paul Mougin privilégiait les longues histoires, celui concocté par le non moins excellent Benoît Mouchart présente uniquement des récits courts d’une moyenne de huit pages.

Tous les genres sont au sommaire, sous une couverture signée Matthias Lehmann, mais les récits graphiques dominent largement les histoires classiques, l’ensemble provenant des quatre coins de la planète BD.

Un polar d’Hugo Pratt, « Lucky Star O’Hara », ouvre un riche sommaire où cohabitent les franco-belges Jean-Christophe Menu, Max de Radiguès, Jaouen, Jean Harambat, Frédéric Rébéna, Stéphane Servain (et Algésiras), Matthias Lehmann, Isabelle Merlet et Jean-Luc Coudray, Deloupy (et Gilles Rochier), François Rivière (illustré par René Follet), François Ravard, Aseyn, Jean-Claude Götting, Michel Pirus, Johan De Moor, Jürg (et Jean-Luc Cornette), Léonard Chemineau, Thomas Gilbert, Jacques de Loustal (avec Marc Villard), Helkarava, Sandrine Martin, Alfred, Xavier Mussat (avec Hélène Gaudy), Julien Neel, David Prudhomme, Anthony Pastor, Baptiste Virot, Manu Boisteau, Philippe Dupuy, Jean-Christophe Chauzy, Jean Chauvelot, David Vandermeulen, Daniel Casanave et Stéphane Oiry avec le japonais Takehito Moriizumi, les italiens Lorenzo Mattotti, Fabio Viscogliosi, Vittorio Giardino, les américains Art Spiegelman, Eleanor Davis, Luke Pearson, Noah Van Sciver,  l’espagnol Miguelanxo Prado, le tunisien Néjib, les finlandais Hanneriina Moisseinen, Aapo Rapi et Ville Ranta. Une belle brochette d’auteurs connus ou à découvrir dont les récits sont précédés par un bref portrait et un court entretien. Des auteurs qui n’ont pas hésité à travailler sur des histoires courtes, exercice difficile, le plus souvent destiné à la seule publication dans le magazine. Une raison de plus pour ne pas manquer ce copieux numéro de Pandora et pourquoi ne pas s’offrir les numéros précédents, toujours disponibles. (Éditions Casterman, 392 pages, 20 €, en librairie, ISBN : 978 2 203 12435 6).

Henri FILIPPINI

Galerie

3 réponses à Pandora 4 : un joli pavé de fiction et de bande dessinée pour l’été…

  1. Franck dit :

    Celui-ci je l’achète sans broncher.

  2. Crissant Clavier dit :

    Comme tout ceci sent l ‘esprit d’ouverture!
    La BD continue placidement a se cloisonner ,arrive le mur mais à quoi bon chercher une autre direction.

    Réjouissante perspective.