« Davy Mourier vs Cuba » par Davy Mourier

Le voyageur est quelqu’un qui choisit de voyager, qui rêve de sa destination, en tout cas le plus souvent. Le personnage mis en scène par Davy Mourier (lui-même, semble-t-il ?), n’a pas choisi, n’a pas voulu et même n’aime pas voyager. S’il va à Cuba cette année-là, en 2017, c’est pour accompagner sa mère, pour lui faire plaisir (d’autant que c’est elle qui paie !). Alors Davy, contraint et forcé, découvre Cuba, mais vu d’un œil mauvais et c’est délectable !

Comme dans l’album précédemment chroniqué, ici-même sur BDzoom, « Welcome to Kiwiland », textes illustrés, dessins d’humour, photos… l’emportent sur la narration BD proprement dite, mais ici le ton est plus décalé, plus critique. Tout commence par le portrait d’une mère aussi gentille qu’impossible qui découvre un beau jour qu’elle aime voyager et qui se met à s’éloigner de plus en plus loin de son domicile sans son mari. Ce dernier est un spécimen rare, le genre qui ne part jamais plus de 48 heures en vacances. Ça limite les déplacements !

Bref, voilà que Maman et Davy partent pour Cuba. Davy déteste les dictatures et les pays où internet et wifi fonctionnent par intermittences, ça promet des « vacances de merde » ! Il décide donc son ami Rémy et la cousine Johanna de les accompagner, ça devrait rendre le séjour moins traumatique. Arrivés sur place et vue par la lorgnette logement chez l’habitant, tout n’est pas rose (rouge, à la rigueur). Ils découvrent très vite la monnaie spéciale touristes (les clic) et tout ce que l’État se met dans la poche sans enrichir son peuple !

Davy se sent mal dans ce pays où tout manque (surtout la liberté !) avec cette désagréable impression du voyeur faisant un « safari pauvre ». Cerise sur le gâteau, voilà qu’on annonce un ouragan ! Un gros, un exceptionnel ! Irma approche ! Dès lors, comme pour l’auteure de « Welcome to Kiwiland » impressionnée par les tremblements de terre, c’est Irma qui va marquer définitivement le séjour de Davy Mourier.

Ces conditions climatiques justifient amplement le nombre de pages que l’auteur leur consacre car  avant, pendant et après, tout bascule, notamment la durée du séjour car l’aéroport a quelques problèmes. Dès lors, pour obtenir quoi que ce soit (essence, électricité, wifi…) tout devient parcours du combattant, mais n’est pas Che Guevara ou Fidel Castro qui veut !

Voilà en tout cas un petit livre de poche en noir et blanc aux couvertures souples qu’il faut emporter comme un guide à Cuba. Sa mauvaise foi ou sa clairvoyance en font un compagnon de voyage aussi drôle qu’utile !

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook).

http://bdzoom.com/author/didierqg/

« Davy Mourier vs Cuba » par Davy Mourier

Éditions Delcourt (9, 95 €) – ISBN : 978-2-4130-0777-7

Galerie

Les commentaires sont fermés.