Spirou ouvre son parc…

Dans quelques jours le parc d’attraction Spirou Provence ouvrira ses portes à Monteux, non loin d’Avignon. L’hebdomadaire Spirou consacre un numéro à l’évènement et Télé 7 jours publie un numéro hors série fêtant les 80 ans d’aventures de « Spirou et Fantasio ». Tout est bon pour célébrer cette riche actualité. Saint Marketing, s’il vous plait, n’abîmez pas trop le riche héritage laissé par plusieurs générations d’auteurs géniaux !

Édifié en dix mois sur seulement quatre hectares dans un premier temps, surface modeste comparée à celle de ses concurrents, le parc Spirou Provence présidé par Daniel Bulliard, l’un des fondateurs du Futuroscope, compte douze attractions : trois roller coasters avec Spirou, Lucky Luke et Seccotine, trois simulateurs numériques en 3D avec Zombillénium, Gaston et Mesozoïk Islane, trois attractions destinées aux plus jeunes visiteurs avec le Marsupilami, sans oublier le Fantasio Rodéo et Spip Jumper. À cette partie ludique s’ajoutent cinq boutiques dont une librairie BD, deux restaurants, le « Moustic » et le « Vroup ». Tarif : de 22 à 32 euros (www.parc-spirou.com).

Le numéro 4182 de Spirou, sous une couverture de Jose Luis Munuera où l’on peut voir Zorglub et Zandra foncer sur le parc, est annoncé comme renversant. Articles et BD sur le thème du parc (« La Page 2 », « Les Cavaliers de l’Apocadispe », « Capitaine Anchois », « Tonton Casquette »…) et surtout début de la seconde grande aventure de « Zorglub », « L’Apprenti méchant », aux première pages sublimes signées Munuera. Le traditionnel cadeau annuel de fidélité destiné aux seuls abonnés est encarté dans ce numéro : un dépliant présentant les différentes versions du personnage de « Spirou », recyclage d’une fresque déjà publiée (hebdomadaire, 52 pages en couleurs, 2,50 €, en kiosques).

Sous une couverture dynamique proposant les héros de Franquin bondissant, le hors-série de Télé 7 jours conçu et réalisé par Jean-Marc Fustier, ambitionne d’évoquer les 80 ans du héros créé par Rob-Vel en 1938. De la naissance du personnage au sein de l’entreprise de Jean Dupuis aux dernières reprises, c’est toute l’histoire du groom qui nous est contée. Franquin se taille la part du lion, laissant peu de place aux autres dessinateurs dont le travail est évoqué en quelques lignes. Si les articles ne sont pas signés, le travail effectué par Christelle et Bertrand Pissavy dans leurs ouvrages de référence a très largement inspiré les plumitifs anonymes. Un numéro qui n’apprendra rien aux connaisseurs, mais qui a le mérite d’exister (100 pages en couleurs, 6,95 €, en kiosques).

Henri FILIPPINI

Galerie

Les commentaires sont fermés.