« Bout d’homme » : la fin !

C’est en 1990, que les éditions Glénat propose un premier opus de « Bout d’homme », série inclassable en quatre épisodes proposée par Jean-Charles Kraehn. Second volume d’un diptyque dont le premier album a été publié en 2009, voici enfin la conclusion de cette « Rédemption » qui conduit le héros dans un « Nouveau monde » , l’Amérique, dont le nom ne sera jamais prononcé.

« Cette histoire se passe à une époque et en des lieux imprécis, elle est le fruit de l’imagination et, comme telle, c’est une histoire vraie… ». C’est par ces mots que Jean-Charles Kraehn définit sa série « Bout d’homme », où se mêlent harmonieusement émotion, Histoire, religion, aventure et fantastique. Lorsque le récit débute, le jeune Rémi, alias Bout d’homme, a l’aspect d’un gosse alors qu’il est en réalité âgé de dix neuf ans. Pour une raison que lui seul connaît, le fils de La Rouge, femme considérée de mauvaise vie, s’est arrêté de grandir à dix ans. Seule la blonde Toinette, sa promise, le console lorsqu’il est agressé par les autres. Il se trouve un ami, Gaspard, un rat aux pouvoirs terrifiants qui face à la méchanceté des hommes, fait de l’enfant un être monstrueux rempli de haine, chassé et rejeté par le monde extérieur. Recueilli dans un premier temps  par la troupe misérable d’un petit cirque, il s’embarque ensuite à bord d’un terre-neuvas…avant de revenir métamorphosé quelques années plus tard dans sa Bretagne natale, enfin grandi par ces épreuves, riche et prêt à retrouver Toinette.

À la fin du quatrième album censé clore la série, le lecteur ignore comment Bout d’homme a fini par trouver une taille d’adulte et faire fortune. La première partie de cette quête tragique, située chronologiquement entre le troisième et le quatrième album, est publiée en 2008. Jean-Charles Kraehn évoque dans « L’Épreuve », premier tome d’un diptyque, comment Bout d’homme échoue sur les côtes d’un « Nouveau monde » hostile. Il raconte, au fil d’une intrigue riche et émouvante, le combat intérieur entre le bien et le mal que vit son héros. Appelé à d’autres créations (« Gil Saint-André », « Tramp »), l’auteur a attendu près de dix ans pour nous offrir enfin le second et dernier chapitre de cette « Rédemption ». Une citation de William Shakespeare clôt ce récit atypique au ton original « Pardonner est une action plus noble et plus rare que celle de se venger… ».

Une formidable galerie de personnages accompagne le héros au fil de ces six albums qui permettent de suivre l’évolution graphique d’un créateur, parmi les plus brillants de la génération née au cours du bouillonnement qu’a connu le monde de la bande dessinée au cours des années 1980. Inutile de préciser que ce sixième opus, magnifié par les couleurs de son épouse Patricia Jambers, est un régal pour les yeux.

On peut découvrir les quatre premiers albums de « Bout d’homme » dans leurs rééditions proposées avec de nouvelles couvertures en 2008 ou sous forme d’une intégrale.

Henri FILIPPINI

« Bout d’homme T6 : Rédemption » par Jean-Charles Kraehn

Éditions Glénat (14,50 €) – ISBN : 9782723 470643   

     

Galerie

3 réponses à « Bout d’homme » : la fin !

  1. Erik A. dit :

    Dans Circus ? Vous êtes sûr ?