« Le Oki d’Odzala » par A. Dan

Avec « Des gorilles et des hommes », paru il y a 3 ans chez La Boite à bulles, A. Dan réalisait un carnet de voyage sur les deux mois passés au Congo Brazzaville, aux côtés de primatologues du CNRS, afin de découvrir ces grands singes menacés par le braconnage et le virus Ebola. Il y observait notamment les efforts des chercheurs pour étudier leur comportement et assurer leur sauvegarde. De ce fort beau livre, l’auteur a tiré une bande dessinée…

Dans l’ouvrage initial, les explications accompagnées de photos sont nombreuses, le tout illustré de très nombreux portraits et décors au crayon, à l’encre ou aquarellés. L’enjeu, ici, est tout autre puisqu’il s’agit à présent de mettre en scène, en séquences, en récit, un séjour évidemment riche en anecdotes, en surprises, en effrois. Mais Dan se donne pour enjeu supplémentaire d’en faire une fiction, avec une part d’invention, choisissant également de développer deux axes plus « aventuriers », le braconnage et les contes africains, qu’il avait peu abordés dans son premier ouvrage.

Les méfaits du braconnage et leurs cortèges de violences envers les animaux objets de toutes les convoitises, comme envers les populations, font froid dans le dos. Les intimidations de ces mafias du trafic animal sur les habitants vont jusqu’au viol ou au meurtre et sont parfaitement décrites ici. Le Congo semble avoir pourtant pris le problème à bras le corps mais dans un pays où la corruption est partout, rien n’est jamais acquis.

Aux côtés du dessinateur narrateur se trouve Goddé, l’aide de camp, un individu haut en couleurs dont l’auteur assure en avant-propos qu’il est bien réel !  Son talent pour conter, raconter croyances et superstitions, maraboutages et envoutements qui nourrissent en profondeur le récit, est réel. Parmi ces légendes, cette histoire du Oki, le grand gorille blanc, le singe mythique par excellence, que tout le monde rêve d’apercevoir, craint par les uns, espéré par les autres. Si Odzala est bien le nom d’un parc situé dans le nord du Congo, le mot Oki fut indiqué à l’auteur par Goddé, son guide, et Dan en a fait un être « croque-mitaine », dit-il, pour le plaisir d’accoucher de « sa » légende du Oki !

Pour pimenter le récit et jouer la carte du huis-clos infernal – un campement isolé en pleine forêt peut le devenir surtout quand l’ombre du virus Ebola menace ! -, l’auteur force le caractère de la primatologue et « patronne » de la mission, qui, malgré son prénom, Clémence, n’est pas commode. Cela crée un personnage féminin pittoresque et qui doit évoluer au fil de l’intrigue. Il est vrai qu’avoir à ses côtés l’encombrant dessinateur, aussi ignare que maladroit, ne lui plait guère, d’où escarmouches, piques, silences pesants, réponses cinglantes… L’un et l’autre auront du mal à s’apprivoiser.

Pour cette première bande dessinée qu’il scénarise, A. Dan nous offre une tranche de forêt luxuriante et animalière savoureuse dont l’auteur assure également les couleurs. Celles-ci, aquarellées, participent pour beaucoup au plaisir de ces pages car elles soulignent efficacement les ambiances, les atmosphères, les mystères et le mysticisme volontairement ambigu de certaines scènes. Pour plus de réalisme scientifique, il faut impérativement compléter cette lecture par « Des gorilles et des hommes » et ses 144 pages  de croquis, d’aquarelles, de photos, de propos, joliment maquettées qui plus est. Ces deux ouvrages se complètent, définitivement !

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook).

http://bdzoom.com/author/didierqg/

« Le Oki d’Odzala » par A. Dan

Éditions Grand Angle (18,90 €) – ISBN : 978-2-8189-4502-5

« Des Gorilles et des hommes » par A. Dan

Éditions La Boite à bulles (23 €) – ISBN : 978-2-84953216-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.