Après la ferme, le château des animaux…

Il y a bien longtemps, les hommes avaient construit un château qu’ils avaient transformé en ferme. On ne sait plus pourquoi, mais ils en étaient partis. Désormais seuls, les animaux, fous de joie, avaient décidé de redonner vie au château en transformant leur ancienne prison en république. Mais au fil du temps, beaucoup commençaient à penser qu’ils n’avaient peut-être pas gagné au change… Sur les pas de George Orwell et de sa « Ferme des animaux », Xavier Dorison imagine « Le Château des animaux ». Une belle surprise dans un domaine où on ne l’attendait pas.

Gouvernée avec un gant de fer par le puissant président Silvio, un taureau protégé par une féroce troupe de molosses, la République des animaux ne séduit plus du tout la population. Gagner des boutons (la monnaie officielle), en travaillant dur, ne suffit plus pour avoir droit à sa maigre ration quotidienne. La poule Adélaïde, coupable d’avoir volé l’œuf qu’elle venait de pondre, a été exécutée ; Miss B, l’unique chatte du château, a bien du mal à nourrir ses deux chatons ; Marguerite et de nombreux autres animaux sont tués alors qu’ils partent à l’assaut du grenier central… Faire croire à la population que seul Silvio et sa clique peuvent la protéger de loups errants, que personne n’a vu, risque de ne plus suffire pour que les animaux restent dans le droit chemin de l’obéissance.

Après avoir invité ses lecteurs à parcourir des mondes réalistes, historiques ou fantastiques, Xavier Dorison imagine un univers animalier à la fois cocasse et tragique, que n’aurait certainement pas désavoué Orwell.

Il est accompagné dans cette nouvelle aventure éditoriale par un jeune dessinateur de 24 ans dont l’univers graphique n’est pas sans rappeler celui de Ptiluc et de ses rats. Élève de l’école Émile Cohl, Félix Delep débute avec « Red et Blanco », un court récit publié par Spirou. « Le Château des animaux », qui comptera quatre épisodes et près de 350 planches, est son premier album au long cours. Son trait dynamique et vivant est déjà celui d’un pro maîtrisant mise en pages et décors soignés.

Comme pour « Nestor Burma », les éditions Casterman présentent ce récit en avant-première dans une série de trois fascicules de format  tabloïd, accompagnés d’un rédactionnel savoureux écrit par Xavier Dorison, avec le concours de la journaliste Catherine Sauvat. Tiré à 10 000 exemplaires numérotés cette Gazette du Château de 24 pages deviendra rapidement un collector.Le second numéro sortira en juin prochain et le troisième fin août.

Henri FILIPPINI

« La Gazette du Château » n° 1 par Félix Delep et Xavier Dorison

Éditions Casterman (3,50 €) – ISBN : 978 220 158443

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>