Le pouvoir de la satire…

Fabrice Erre et Terreur Graphique proposent une passionnante histoire de la presse satirique, des journaux pamphlétaires de la Révolution française à Charlie Hebdo. Un long combat contre les censeurs de tous poils qui nous permet de revenir sur la situation de Charlie Hebdo aujourd’hui.

C’est après l’attentat contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, que l’idée de cette histoire de la presse satirique a germé. Parfaitement documentés, les deux auteurs évoquent en huit chapitres deux siècles d’impertinences, par le biais d’un personnage curieux qui les interroge. L’ouvrage débute par un panorama des principaux journaux qui ont perpétué le genre, puis s’interroge sur le sacré, la grossièreté, la violence, la liberté et la censure, le langage allusif, le pouvoir et la satire avant de se poser la question « Le Rire est-il bon ? ». Ces questions sérieuses et essentielles sont traitées avec sérieux et humour (oui, c’est possible) par un duo qui fonctionne à merveille. Fabrice Erre, agrégé et docteur en histoire, auteur d’une thèse sur la presse satirique, a abordé la bande dessinée chez Six pieds sous terre, collabore à Fluide Glacial et Spirou où il anime « La Page 2 » avec FabcaroNé en 1977, Fred Lasagne alias Terreur Graphique, collabore au Psikopat, Fluide glacial, L’Écho des savanes, anime le site Internet de Libération, quotidien où il signe tous les samedi le double strip « Ces gens-là » (un album a été publié chez Dargaud). Les planches du « Pouvoir de la satire » ont été proposées dans les pages de La Revue dessinée avant d’être réunies dans cet album de 72 pages.

Cette actualité nous permet de revenir sur Charlie Hebdo, dont le numéro 1342 (daté du 11 avril 2018) publie une lettre envoyée par un lecteur quelque peu déçu par les nouveaux dessinateurs. S’il est vrai que Félix, Foolz, Salch, Juin, Biche… n’ont pas encore le talent des grands disparus, on ne peut que noter au fil des numéros une belle progression de leur part. Pas si simple de recruter des signatures de premier plan lorsque l’on sait que la rédaction de l’hebdomadaire est un véritable bunker et que la présence permanente de policiers n’incite pas à la sérénité. Si elles manquent encore de maturité, ces nouvelles recrues ont au moins le courage d’être là.

Et puis Riss, Willem, Coco (absente depuis quelques temps), Vuillemin et Zorro (un auteur de premier plan qui souhaite rester anonyme) sont là pour nous réjouir. S’il y avait un regret, ce sont les textes (certes excellents) de plus en plus envahissants par rapport au dessin.

Entourés par Gérard Biard et Jacques Littauer, Félix, Foolz, Juin, Riss et Vuillemin nous régalent dans les pages du numéro hors série consacré aux « Profs, les sacrifiés de la laïcité » qui vient de sortir. 52 pages décapantes sur le malaise de l’école républicaine qui témoignent que l’équipe des dessinateurs de Charlie Hebdo ne manque pas de talent (hors série n° 18, 52 pages en couleurs, 6 €, en kiosques).

Henri FILIPPINI

« Le Pouvoir de la satire » par Fabrice Erre et Terreur Graphique

Éditions Dargaud (17,99 €) – ISBN : 9 78220578169

Galerie

Les commentaires sont fermés.