Ink : la Bible des auteurs italiens d’après-guerre…

L’arrivée du numéro 68 de la revue Ink nous permet d’évoquer ce magazine riche en découvertes, pour tous ceux qui se passionnent pour les fumetti des années d’après-guerre.Ink s’est spécialisé dans l’évocation des créateurs des grands héros de nos pockets et des héroïnes sexy des années 1970/1980, sans oublier les journaux Bonelli et Disney.

Lancé voici vingt trois ans par Menhir Edizioni, Ink (64 pages noir et blanc, 6 euros) est, comme Hop ! en France, l’enfant d’un fanatique de bande dessinée : Paolo Telloli. Dessinateur, scénariste, fondateur d’un studio de dessinateurs dans les années 1970, il est l’homme orchestre de ce fascicule de format 16,5 x 24 cm, offrant 64 pages passionnantes. Cette nouvelle livraison permet de juger sur pièces :

-      entretiens avec Luana Paesani compagne du dessinateur Fabrizio Busticchi, scénariste pour les magazines des éditions Universo (Il Monello, L’Intrepido »), pour Disney, pour Sergio Bonelli Editore (« Mister No », « Martin Mystère », « Nathan Never »).

-       rencontre avec Giorgio Pedrazzi, scénariste pour de nombreux pockets érotiques (Makabar, Sartana,Sylvie, Loana, Nanette, Bonnie, Mortimer, Jolanda, Lucrezia…).  Portrait de son frère Mario Pedrazzi dessinateur d’épisodes de « Reno Kid », « Sartana », « Lasso », collaborateur du fameux studio BD animé par Alberto Giolitti.

-       Interview de Cristiano Zentilini, assistant de nombreux scénaristes et dessinateurs, suivi par une rencontre avec Luigi Stefanelli, dessinateur de « Joe Sub », « Zakimort », Diabolik », collaborateur de Intrepido, Il Monello, Boy, LancioStory, Skorpio…

-       Des articles riches en découvertes sont consacrés à trois grands journaux italiens d’après-guerre, Intrepido, Il Corriere dei Ragazzi et  Supergulp ! 

-       portraits d’auteurs disparus depuis le numéro précédent comme Sergio Molino, le dernier des trois frères Molino encore en vie, Paolo Morisi émule de Magnus, dessinateur de « Il Paladino dei Ragazzi » et de « Confinati nello Spazio », Gino Gavioli prolifique dessinateur pour la jeunesse depuis le début des années 1950 et collaborateur d’Il Giornalino (« Vita da Cani », « Don Chisciotte », « Capitan Fracassa »), Nino Cannata grand scénariste ayant écrit pour les éditions Universo dans Grand Hôtel, Intrepido, Il Monello, Hôtel…, pour les pockets érotiques (Angelica, Teodora, Sadik, Walter Stern…), pour Mondadori, Rizzoli…, Francesco Frescura scénariste pour les éditions Alpe, Dardo, Ponzoni…, mais aussi pour Lug en France où il a signé des épisodes de « Blek », « Zembla , « Wampus », « Mister Song »…, enfin Fabrizio Bustichi dont on peut lire l’entretien dans ce même numéro. 

J’encourage vivement ceux qui souhaitent découvrir les auteurs populaires des fumetti transalpins à se procurer les anciens numéros de ce magazine, modeste par la présentation, mais riche par le contenu : abonnement hors Italie 70 € pour quatre numéros, anciens numéros 6 € plus 2 € de frais postaux, seuls les numéros 10/12 et 21 sont épuisés. Notons qu’au sein de Menhir Edizioni Paolo Telloli publie le petit format Il Morto, cousin attachant de Diabolik qui compte plus de trente fascicules (Menhir Edizioni, via de Marchi, 31, 20900 Monza, Italie ou www.menhiredizioni.com).

Henri FILIPPINI

Galerie

Les commentaires sont fermés.