« Les Ducon & Ducon » par Tronchet

Après avoir, durant de longues années, mis son talent au service du roman graphique, domaine où il excelle, Tronchet revient à ses fondamentaux : l’humour con. Et on aime ça !

À part trois cons, il est impossible de trouver plus con que Patacrêpe et Couyalère (également orthographié Couillalère), deux indécrottables abrutis, crétins patentés : des idiots somptueux et fiers de l’être. Après avoir été les héros, bien malgré eux, d’un premier album où ils se sont penchés entre autre sur le génocide des raviolis, la tragédie des stylos bille, la disparition des dinosaures, le mystère des petites culottes sans les filles dedans, le secret des pis des vaches… ils nous reviennent douze ans plus tard encore plus brillamment cons dans un second volume tout aussi pathétique.

Décidés à découvrir le vaste monde, les deux compères percent le secret des pyramides, le mystère des plans de Paris, l’arnaque parfaite à l’électricité, le romantisme sur la plage… sans oublier de nous offrir quelques commentaires savoureux et, finalement, pas vraiment si cons sur le monde du football. Tous deux portant des marinières rayées rouge et jaune et des pantalons à bretelles, Patacrêpe est un grand con aux cheveux rares et Couyalère un petit con, mais au moins aussi con que l’autre. Leur stupidité crade fait merveille au fil de gags tous plus cons les uns que les autres, qui repoussent très loin les limites de la bêtise humaine. Un duo de choc qui clame : « Si la connerie était un sport… on nous accuserait de dopage », « La connerie est notre métier… faites confiance aux professionnels » ou encore « Hé ! c’est  peut-être pas si con d’être cons… quand t’y réfléchis ! » Je vous le confirme, ces deux cons magnifiques ne manquent pas d’arguments pour se vendre !

Patacrêpe et Couyalère, les deux cons, ont vu le jour en 1998, imaginés par Tronchet alors seulement scénariste pour l’excellent Simon Gelli, héros de deux albums publiés par Glénat : « Patacrêpe et Couillalère sont de bons amis » et « Patacrêpe et Couillalère se partagent le monde ». Il faut attendre 2006 pour les retrouver sous la plume et le crayon de Tronchet chez Fluide glacial, dans un album sobrement intitulé : « Deux cons ». Né en 1958 à Béthune, après des études de journalisme, Tronchet (Didier Vasseur) s’est fait connaître avec la saga « Raymond Calbuth ». Chantre de l’humour « con », il récidive avec « Jean-Claude Tergal », « Les Damnés de la terre associés », « Toi et Moi », « La Bite à Urbain »… Avec la publication du « Quartier évanoui », il se tourne vers le roman graphique (l’un des premiers du genre en France) qui lui permet de conquérir un nouveau lectorat. Pour le plus grand plaisir de ses vieux lecteurs, il revient aujourd’hui à la bande dessinée d’humour, avec cet album réalisé en couleurs directes. Un hymne à la bêtise à ne pas manquer.

Le premier album, depuis longtemps épuisé, est réédité chez Fluide glacial (ISBN : 9782378780104).

Henri FILIPPINI

« Les Ducon & Ducon » par Tronchet

Éditions Fluide glacial (10,95 €) – ISBN : 978237870098

Galerie

Les commentaires sont fermés.