« Barbe-Rouge » reprend la mer…

Barbe-Rouge, le démon des Caraïbes, est de retour. Un retour qui, pour l’instant, ne se limite qu’à une nouvelle réédition de l’intégralité de ses aventures passées. (1) Avec, peut-être, l’espoir de voir un jour le pirate rouquin revenir vivre de nouveaux exploits de papier, pour notre plus grand plaisir.

C’est dans le premier numéro de l’hebdomadaire Pilote, à la rentrée 1959, qu’apparaît l’un des personnages phares de la bande dessinée d’aventure : Barbe-Rouge. Flanqué de l’unijambiste Triple-Pattes, du géant noir Baba et rejoint par son fils adoptif Éric, le démon des Caraïbes parcourt les mers à bord de son brick, Le Faucon noir. Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, qui travaillaient déjà ensemble sur « Buck Danny », ont animé avec une belle régularité cette saga maritime où les intrigues familiales et la grande Histoire cohabitent au fil de combats épiques sur les sept mers. Encouragé par son fils, loyal à son Roy, le vieux flibustier, assagi, finira par combattre pour de nobles causes. Dès 1961, les albums sont édités par Dargaud.

Après le décès de Victor Hubinon, la série se poursuit sous le crayon de Jijé (Joseph Gillain), assisté par son fils Laurent qui signe Lorg. Jijé décédé, c’est Christian Gaty qui prend le relais, pendant que Patrice Pellerin anime simultanément un autre cycle indépendant aux images flamboyantes. Après le décès de Jean-Michel Charlier, Jean Ollivier prend sa suite et écrira de nouvelles histoires dessinées par Gaty, lesquelles s’achèvent en 1997. Deux ans plus tard, une nouvelle série de quatre albums est écrite par Christian Perrissin, dessinée par Marc Bourgne. Cinq épisodes évoquant « La Jeunesse de Barbe-Rouge » sont dessinés par Daniel Redondo, eux aussi imaginés par Perrissin. En 2004, le Démon des Caraïbes prend une retraite bien méritée avec l’épisode « Le Secret d’Élisa Davis ».

C’est l’intégralité des 40 albums que compte la série qui est aujourd’hui à nouveau rééditée. L’ensemble demeure de bonne tenue et se lit toujours avec le même plaisir.

Ce n’est pas Hachette Collections, éditeur spécialisé dans ce genre de reprises, mais la firme britannique Eaglemoss de Londres qui propose cette réédition, utilisant la même formule commerciale que sa concurrente française. Les albums de format 23,5 x 31 cm, au dos toilé avec une frise au fer marqué à chaud, présentent un dossier de huit pages réalisé par Thierry Lemaire. Attention, contrairement à Hachette, ces dossiers devraient uniquement se limiter aux premiers volumes de la collection. Il est aussi mentionné que l’éditeur se réserve la possibilité de stopper la publication des albums si les ventes ne sont pas au rendez-vous.

Des cadeaux collector sont offerts aux acheteurs qui choisissent l’abonnement : trois tirés à part, la réédition des deux albums du diptyque « Le Diable des sept mers » signés Yves H. et Hermann, un mug en métal et la réédition de « La Marée de Saint-Jean », récit de Didier Convard illustré par André Juillard qui fut publié en 1998 aux éditions Dargaud. Enfin, si vous optez pour le prélèvement automatique, une figurine exclusive de Barbe-Rouge de 11 cm vous sera offerte : voir www.barbe-rouge-collector.fr.

On peut aussi se procurer les albums en kiosque vendus toutes les deux semaines au prix de 2,99 € pour le numéro 1, 6,99 € pour le numéro 2 et 12,99 € pour les suivants.

Henri FILIPPINI

(1) Notons que les éditions Dargaud poursuivent toujours leur collection de l’intégrale de « Barbe-Rouge » (dont les dossiers sont désormais dirigés par Brieg Haslé–Le Gall) : le tome 11 devrait sortir en juin.

Galerie

Les commentaires sont fermés.