Bananas 10 : souvenirs, souvenirs…

Une fois par an Évariste Blanchet propose Bananas, revue critique de bande dessinée. Cette année, la plupart des articles donnent la parole à des acteurs du 9e art qui évoquent son histoire avec un remarquable éclectisme.

Pierre Le Goff, dessinateur d’après-guerre aujourd’hui octogénaire et membre actif du Syndicat national des dessinateurs de presse (S.N.D.P.), ouvre ses riches archives. On y apprend, preuves à l’appui, le projet d’un journal de bandes dessinées, Ciné-Images, qui aurait peut-être changé l’avenir de la presse pour la jeunesse, s’il avait vu le jour. La plupart des grands dessinateurs français de l’époque souhaitaient y collaborer. Suivre la gestation de ce journal mort né est un véritable plaisir, d’autant plus que les documents proposés sont nombreux et émouvants. Notons aussi un passionnant entretien entre Pierre Le Goff et Jean-Michel Charlier réalisé en avril 1974, où le célèbre scénariste évoque la situation de la presse BD pour la jeunesse qui débutait déjà son lent déclin. Ce dossier consacré à Pierre Le Goff complète l’entretien réalisé par Évariste Blanquet dans le numéro 153 de Hop ! (printemps 2017).

Pierre-Gilles Pelissier évoque ensuite « Les Mange-Bitume », courte série de récits complets écrits par Jacques Lob pour le dessinateur espagnol José Bielsa et publiée par Pilote en 1972. Cette bande dessinée évoquait un monde où le citoyen roulier passe sa vie dans l’habitacle de sa voiture. Un futur effrayant qui préfigure le fameux « Transperceneige » du même scénariste.

Puis, c’est au tour de la « Légende de Futuropolis » d’être contée, à travers la retranscription d’un débat organisé à Paris le 4 décembre 2016, au cours de la sixième édition du SoBD (Salon des ouvrages sur la bande dessinée). Étienne Robial, Florence Cestac, Sylvain Insergueix, Philippe Ghielmetti, Jean-Luc Cochet et Edmond Baudoin racontent avec humour et nostalgie la vie et la mort de cette maison d’édition mythique, pas vraiment comme les autres, que fut Futuropolis. Daniel Pizzoli revient, pour sa part, sur « Les Tours de Bois-Maury » et la « geste graphique » d’Hermann, le long d’un article particulièrement pointu, publié dans son intégralité après avoir été remanié et écourté dans le catalogue de l’exposition Hermann d’Angoulême.

La retranscription d’un débat sur la sexualité vue par des femmes dans la bande dessinée contemporaine, avec les participations de Jeanne Puchol, Anneli Fumark, Raphaëlle Macaron, Zineb Benjelloun…, complète le riche sommaire de ce magazine dont la toute première version remonte à 1981. L’éditorial signé Renaud Chavanne revient chaleureusement sur le parcours semé d’embûches de Bananas, mais aussi de Critix, orchestré par l’infatigable Évariste Blanchet. Notons que les numéros précédents sont toujours disponibles (100 pages, format 17 x 23 cm, 12 €, 22 boulevard du Général Leclerc, B5, 95100 Argenteuil).

Henri FILIPPINI

Galerie

Une réponse à Bananas 10 : souvenirs, souvenirs…

  1. Evariste Blanchet (Bananas) dit :

    Merci Henri pour ce compte-rendu fort complet.
    Je me permets de préciser pour les lecteurs intéressés par la revue qui n’auraient pas un bon libraire près de chez eux qu’il peuvent se la procurer sur le site http://www.bananas-comix.fr