Derib, interview d’un dessinateur des grandes causes

Entre deux Yakari, et juste avant de reprendre Buddy Longway, Derib publie « No Limits », un album à vocation pédagogique sur la violence urbaine et la délinquance des adolescents, situé dans la lignée de « Jo » et « Pour toi Sandra ».

Interview de Derib à l’occasion de la sortie de No limits, aux éditions du Lombard

Entre deux Yakari, et juste avant de reprendre Buddy Longway, Derib publie « No Limits », un album à vocation pédagogique sur la violence urbaine et la délinquance des adolescents, situé dans la lignée de « Jo » et « Pour toi Sandra ».

(Yellow Kid)Bonjour Derib, votre nouvel album, No Limits, traite de la violence urbaine et du risque qui existe pour les adolescents de sombrer dans la délinquance. Comment avez vous choisi ce thème ?
(Derib)Cet album se situe dans la continuité de « Jo » et de « Pour toi, Sandra » qui traitaient respectivement des dangers du Sida et de la prostitution. Ces deux ouvrages ont touché énormément de jeunes, puisque pour prendre l’exemple de Jo, l’album a été distribué à plus de 1 250 000 exemplaires, dans le monde entier et traduit en 10 langues. Et ces jeunes, que je rencontre, me demandaient régulièrement si j’allais faire une autre BD de ce type, et quel en serait le thème. Je me suis alors rendu compte que j’avais parlé de violences extrêmes mais que je n’avais pas abordé la violence quotidienne comme le racket, la violence dans la rue, les problèmes à la maison… Les medias parlent de plus en plus de cette violence qui a tendance à se banaliser et j’ai pensé que ça valait la peine d’en faire le sujet de ce nouvel album.

(Yellow Kid)Comment peut-on qualifier une bande dessinée de ce type : de société, politique, … ?
(Derib)Je dirais qu’il s’agit d’une bande dessinée de témoignage. J’ai moi-même des enfants adolescents, je rencontre beaucoup d’autres jeunes de cet âge et je me rend compte que la BD est un support qui leur convient parfaitement et qu’on peut dialoguer avec eux du contenu de ces BD, ce qui permet de faire un travail en profondeur sur les thèmes abordés, entre parents et enfants, entre professeurs et enfants, voire entre enfants et enfants, puisqu’ils se prêtent les livres. C’est très motivant. Mais c’est aussi une BD à risque puisqu’elle est en grande partie distribuée gratuitement et qu’il en ressort une importante responsabilité quant à son contenu.

(Yellow Kid)Cette responsabilité amène un récit qui doit forcément se terminer positivement et oblige Yann, le personnage principal du récit, à s’en sortir ?
(Derib)Oui, mais c’est ma conception des choses aussi ! Yakari se termine toujours bien, Buddy Longway bénéficie d’un parti pris d’amour et de réussite sur le plan du couple. Je ne force pas pour ces albums. Tout genre de divertissement, cinéma, télé ou BD doit amener à une réflexion constructive. Pas forcément un « happy-end » mais une conclusion qui fasse progresser les choses.

(Yellow Kid)Yann sombre dans la délinquance pour finalement se réintégrer dans la société, plutôt rapidement …
(Derib)Il a un accident qui le bloque quelques mois, même si cela se déroule en un nombre de pages limité. Il a donc le temps de la réflexion. Une réflexion qu’il a d’autant plus besoin d’engager que son ami, avec qui il a eu cet accident, est dans le coma. Le passage est donc à la fois progressif et logique, c’est en tout cas l’impression que nous avons voulu donner …

(Yellow Kid)Nous ?
(Derib)Oui, je dis nous car c’est une BD que nous assumons à plusieurs, avec un comité de lecture, que j’ai souhaité, puisque cet album, qui va notamment être distribué gratuitement en suisse romande, a bénéficié du concours de l’Etat de Vaud (Suisse). Ce comité de lecture, composé de personnes en contacts directs avec les enfants, et notamment de policiers, de professeurs, et d’un psychiatre pour enfants, a appuyé et crédibilisé la démarche, en étudiant et orientant le contenu du récit en fonction de l’expérience, du quotidien des jeunes et des difficultés qu’ils rencontrent. Il est clairement ressorti de nos discussions qu’un choc psychologique ou affectif, voire inconscient, peut modifier du jour au lendemain le comportement d’un adolescent.

(Yellow Kid)Vous citez au début de l’album un certain nombre de personnes qui ont prêté leurs traits à des personnages du récits. C’est pour ancrer un peu plus le récit dans la réalité quotidienne ?
(Derib)J’aime bien m’entourer d’amis et les dessiner. Cela donne une force et crédibilité réaliste au graphisme car le lecteur se rend compte des visages qui ne sont pas inventés. Je donne à ces amis leur propre rôle ou un rôle de composition, ça dépend. Mais j’ai toujours fait ça. Dans Buddy Longway, j’ai mis en scène Giraud ou Cosey. Il s’agissait alors de « private jokes ». Pour No Limits, c’est pour renforcer le réalisme du récit.

(Yellow Kid)Pour continuer sur la même notion de réalisme, avez-vous construit le récit à base de témoignages vécus ?
(Derib)D’abord, je cherchais un mouvement pour faire que cette BD bouge et j’ai eu un flash pendant une nuit où j’ai vu un roller sur une rampe. Sur cette idée d’un adolescent passionné de roller, j’ai développé seul le récit avant d’aller voir le comité de lecture dont j’ai parlé précédemment, pour valider mes hypothèses de travail et vérifier qu’elles correspondaient à la fois à la demande des enseignants et des jeunes. Puis j’ai étudié plus en profondeur chaque personnage et petit à petit l’histoire s’est mise à exister, en collaboration avec toutes les personnes du comité, dont les expériences servaient de point de départ à des discussions sur les différents thèmes abordés.

(Yellow Kid)La passion qu’éprouve Yann pour le roller joue un rôle important dans sa descente aux enfers, mais aussi dans sa réintégration dans la société …
(Derib)La passion peut mener à une perception suicidaire ou à un dépassement de soi. C’est l’idée du titre No Limits. No limits vers le bas puis vers le haut. Les jeunes que j’ai rencontrés qui font du roller sont des passionnés. A 14 ans, ils se sont déjà cassés la clavicule, les genoux ou les coudes. Pourtant ils continuent par passion. Par passion et par idéal. Et l’énergie qu’ils consacrent à tendre vers cet idéal peut être utilisée dans différentes directions. Il faut donc leur faire comprendre à quel point une passion est positive et peut leur amener une « nourriture intérieure » importante.

(Yellow Kid)Vous expliquez vous même que votre passion pour la BD vous a conduit à ne pas tourner mal…
(Derib)Bien évidemment. On ne peut pas raconter autre chose que ce qu’on a vécu. Il est difficile d’inventer des comportements qu’on n’a pas soi-même expérimentés. La BD était mon échappatoire. Je n’aimais pas l’école et j’ai dessiné dès l’âge de 7 ou 8 ans. Ca m’a beaucoup aidé.

(Yellow Kid)Album à vocation pédagogique, No Limits est éditée en deux versions …
(Derib)Oui, la première version est publiée par Le Lombard, dans la collection Signé, et bénéficie d’un cahier de croquis inédits. Mes droits d’auteur sur cet album commercialisé, hors la rémunération liée à mon travail stricto sensu, iront à la Fondation pour la vie pour participer en partie à l’édition de la seconde version, distribuée dans les écoles et associations et assortie d’un dossier pédagogique à l’usage des enseignants et des animateurs sociaux. Cette édition plus didactique ou pédagogique demande bien entendu d’autres soutiens financiers pour exister. Nous avons donc fait appel à d’autres fondations, aux conseils généraux, aux ministères, … Les fonds que nous avons réunis en trois ans nous permettent de faire un premier tirage en langue française de 350000 exemplaires, distribués massivement en suisse romande, puisque l’Etat de Vaud est un soutien très actif, un peu en Belgique et aussi en France, où se déroule une importante campagne de prévention avec des rencontres et l’élaboration d’un dossier pédagogique indépendant sur les problèmes de violence en France.

(Yellow Kid)Avec Yakari, votre petit indien qui parle aux animaux, également publié aux éditions du Lombard, vous changez totalement d’univers ?
(Derib)Oui c’est une indispensable récréation que je m’offre une semaine par mois. C’est un petit havre de paix et de poésie que j’ai plaisir et je dois dire nécessité, pour la détente que ça me procure, à faire évoluer avec Job mon scénariste et mon épouse Dominique, qui collabore aux couleurs.

(Yellow Kid)Qu’en est-il de Buddy Longway, votre héros trappeur ?
(Derib)Je vais reprendre la série et dessiner les quatre albums que je dois faire depuis 15 ans. Le scénario est à peu près au point. Je vais m’y remettre avec plaisir car je préfère dessiner les grands espaces, les indiens et les bisons aux rues en pente et perspectives qui ne sont pas trop ma tasse de thé au point de vue graphique.

(Yellow Kid)Suite et fin de Buddy Longway ?
(Derib)La Suite, sûr. Pour la fin, je ne sais pas. Peut-être que Kathleen, la fille de Buddy reprendra le flambeau. Je ne sais pas encore. Pour l’instant je me préoccupe de savoir comment Buddy et Chinook, sa femme indienne, vont terminer leur voyage.

(Yellow Kid)Pour conclure, comment pourrait-on qualifier Derib ? Le dessinateur des grandes causes ?
(Derib)Non, plutôt le dessinateur conscient que son métier est extraordinaire et qui estime en toute conscience que la BD doit amener un plus. Et qu’une fois l’album refermé, le lecteur ait un sourire aux lèvres et soit un peu plus heureux qu’avant. C’est ce que m’ont apporté Franquin et Jijé, alors j’essaye de le transmettre.

Galerie

Les commentaires sont fermés.