Western : tir groupé en janvier !

Genre parmi les plus populaires dans les revues de bandes dessinées d’après-guerre, le western a connu une longue hibernation à partir des années 1970 et l’arrivée d’une BD plus adulte. Après une riche fin d’année (« Undertaker », « Kid Lucky », l’intégrale « Big Foot », « Dalton »…) ce mois de janvier est encore placé sous le signe du western, avec cinq nouveautés signées par des pointures du 9e art.

- « Lonesome » T1 : après avoir abandonné « Durango » à d’autres, afin de ferrailler avec les vampires (« Le Prince de la nuit ») et le Moyen âge (« Légende »), Yves Swolfs revient à sa première passion en créant « Lonesome », un nouveau héros qui doit beaucoup au premier. Kansas, février 1861 : personnage solitaire, Lonesome a pour mission de mettre fin aux agissements de Markham, un prêcheur criminel à la solde des états esclavagistes, qui combattent le compromis que veut imposer Washington.Cette opposition entre le Nord et le Sud annonce la guerre de Sécession.

Un western dans la tradition des films de Sergio Leone aux images soignées, tant au niveau des décors sublimes que des personnages aux gueules savoureuses. À noter qu’il existe un tirage de tête en noir et blanc (« Lonesome » T1 : La Piste du prêcheur » : 54 pages couleurs, aux éditions du Lombard, 14,45 €, ISBN : 9782803671045).

- « Duke » T2 : Okden, Colorado, 1886. Adjoint discret du shériff, Duke est un tireur d’élite dont l’amie est une jeune afro américaine.Silencieux, retiré après un conflit sanglant entre mineurs et propriétaires terriens, il reprend du service à la demande du marshal Sharp. Ils enquêtent sur des attaques de diligences répétées où une mère et sa fille ont péri. Seule survivante du drame, une fillette traumatisée qui a perdu l’usage de la parole. Deuxième volet du récit écrit par Yves H. pour son père Hermann.

À 78 ans, Hermann propose des pages mouvementées au découpage cinématographique serré, aux couleurs directes chaudes et efficaces (« Duke T2 : Celui qui tue » aux éditions du Lombard, 54 pages couleurs, 14,45 €, ISBN : 9782800367186).

- « Sonora » T2 : en 1849, la rumeur de la découverte d’or en Californie attire une marée humaine dans la région de San Francisco. Parmi eux, des français exilés après la Révolution de 1848. C’est le cas de Maximilien Bonnot, non pas attiré par la fièvre de l’or, mais habité par un désir fou de vengeance. Il devient l’adjoint du général de Frenay, qui combat les Hounds, ceux qui règnent par la terreur sur les campements de mineurs. Lola Montez, la belle danseuse vedette du saloon, accepte de l’aider dans ses recherches…

Un scénario original et riche de Jean-Pierre Pécau aux images somptueuses signées Benoît Dellac, illuminées par les couleurs de Scarlett (« Sonora T2 : La Fièvre de l’or [Lola Montes] » aux éditions Delcourt, 54 pages couleurs, 15,45 €, ISBN : 9782756096193).

- « Bouncer » T10 : L’Or maudit » : le meurtre de Gretel (la fille de monsieur Zeiss, l’horloger de Barro City), qui a été mutilée et scalpée, entraîne le Bouncer et son ami le nain Job dans une traque impitoyable. Le manchot poursuit El Cuchillo, un ancien mercenaire à la recherche d’un trésor dont le plan de la cachette est tatoué sur le crâne de Panchita, une jeune orpheline protégée du Bouncer qu’il a enlevée.

François Boucq écrit et dessine ce nouveau diptyque (la conclusion est annoncée pour mars) aux images grandioses, où personnages et décors laissent sans voix. Une véritable claque de 80 pages où Boucq se révèle aussi inventif, sans le concours de Jodorowsky : son complice des neuf premiers volumes (« Bouncer T 10 : L’Or maudit » aux éditions Glénat, 80 pages couleurs, 18 €, ISBN : 9782344009604).

- « Mondo Reverso » T1 : voilà un curieux western où les hommes ont le comportement des femmes et les femmes celui des hommes. Cornelia, « desperadette » cow-girl dure à cuire, est l’épouse de Lindbergh, un homme au foyer sensible et « desperate houseman ». Le couple se retrouve fuyant à travers plaines et montagnes de l’Arizona, poursuivi par Hatchet, pasteure psychopathe chasseuse de prime en train de changer de sexe. Seul, le vieux Camille qui a longtemps été une femme connaît la méthode pour passer d’un sexe à l’autre.

Arnaud Le Gouëfflec se joue avec gourmandise des codes du genre, offrant à Dominique Bertail un univers décalé, ce qui ne l’empêche pas, en grand fan du Far West, de dessiner des décors superbes. Une version luxe avec un cahier graphique au tirage limité est également disponible. Un western transgenre qui se savoure avec jubilation (« Mondo Reverso » T1 chez Fluide glacial, 88 pages couleurs, 16,90 €, ISBN : 9782352079705).

Henri FILIPPINI

Galerie

Les commentaires sont fermés.