« Don’t Worry, Be Happy ! » T3 par Kaori Hoshiya

Ce troisième et avant dernier tome dévoile, enfin, la suite du cliffhanger sournoisement glissé en fin de second volume : Yamabuki va-t-il vraiment dormir chez Anzu ? Les lecteurs ayant suivi la série depuis le début doivent piaffer d’impatience afin de connaître le fin mot de l’histoire. En effet, c’est dans ce volume que la relation des deux personnages principaux va finalement devenir plus concrète.

Mais revenons sur cette série romantique à la fois classique, mais dont les protagonistes suivent un chemin amoureux peu habituel ! Anzu est une jeune fille déterminée, elle veut avoir sa revanche sur la vie. Lorsqu’elle n’était qu’une enfant, elle s’est fixée d’avoir un salaire de dix millions de yens par an (soit un salaire mensuel de près de 7 000 € par mois). Son père l’a lâchement abandonnée et depuis, elle vit chichement en compagnie de sa mère. Autant commencer à gravir les échelons durant sa jeunesse. Et pour ça, quoi de mieux que de viser un poste important dés le lycée ? C’est pourquoi elle se présente spontanément pour devenir présidente du bureau des élèves. Malheureusement, elle finit deuxième, en tant que vice-présidente : un beau gosse, Seiji Yamabuki, lui ayant ravi le titre. Mais ce n’est pas tout, elle découvre que les autres membres du conseil ne sont là que pour des raisons futiles, afin de se faire remarquer. Anzu réalise que pour réussir dans la vie, il suffit souvent d’être beau, charmeur et financièrement aisé. Voyant ses camarades comme des ados puérils, elle va essayer de briller malgré ses ressources très limitées. Son parcours, pour notre plus grand plaisir, va être semé d’embûche. Surtout, Seiji va arriver à la cerner, ce qui la met particulièrement mal à l’aise. Mais celui-ci a également sa part d’ombre qu’Anzu va aussi tenter de comprendre.

Avec son trait fin et ses personnages charismatiques, Kaori Hoshiya arrive à nous embarquer dans cette romance qui, au premier abord, ne dit pas son nom. Débutant comme une simple histoire de lutte des classes, elle se transforme en un récit amoureux au fil des pages, la jeune Anzu découvrant la vie en même temps que ses sentiments naissants. Seiji, de son côté, play-boy adulé par les autres filles, voire par certains hommes, joue sur sa popularité pour arriver au sommet. Néanmoins, il cache certains secrets qui vont se dévoiler au fil de l’aventure et rapprocher les deux tourtereaux.

Alors que l’on se rapproche de la fin de l’histoire, prévue au quatrième volume, ce troisième tome est un vrai tournant dans l’histoire. La pauvreté d’Anzu apparaît au grand jour et est même le sujet de scènes cocasses, comme celle où elle apprend que la robe qu’on lui prête pour une soirée vaut à elle seule plus d’un million de Yens. L’arrivée d’un autre prétendant renforce également l’intrigue. Surtout que celui-ci a également son lot de casseroles qui le pourchasse. Si le ton est assez différent des autres shojo mangas romantiques dans les premiers volumes, on revient vite vers une trame plus classique avec ce troisième opus, sans jamais perdre l’intérêt du début.

S’il est difficile d’être étonné par un shojo manga aujourd’hui, vu la profusion de titres paraissant chaque année, cette série arrive à sortir du lot des triangles amoureux simplistes. Avec un graphisme clair, des personnages parfaitement identifiables, une mise en page soignée et une intrigue bien construite, « Don’t Worry, Be Happy ! » ne peut que captiver son lectorat. C’est un plaisir de suivre les premiers pas décisifs dans la vie de la pauvre Anzu.

Gwenaël JACQUET

« Don’t Worry, Be Happy ! » T3 par Kaori Hoshiya
Éditions Akata (6,95 €) – ISBN : 978-2369742494

Galerie

Les commentaires sont fermés.