« Seule à la récré » par Bloz et Ana

Emma aime l’école mais pas la cour de récré où Clarisse l’empêche de jouer et d’avoir des amies. Emma subit un véritable harcèlement scolaire. Sur un sujet sensible, les auteurs réalisent un album drôle et crédible. Un tour de force qui prouve que humour ne rime pas toujours avec légèreté ; il permet d’aborder les sujets les plus graves auprès de tous les publics, y compris les plus jeunes.

Emma est une petite fille bien dans sa peau. Elle est dynamique et entourée d’une famille aimante. C’est pourquoi ses parents ne comprennent pas pourquoi elle angoisse. Elle a véritablement une boule au ventre dans la voiture du retour des vacances, quand ils abordent sa rentrée en CE 1. La jeune fille se ferme, devient mutique car dans les derniers mois de son CP, Clarisse, une camarade de classe, l’a souvent agressée sans raison. Elle a peur de se retrouver dans la même classe et que les brimades reprennent.

Seule à a la récré page 4

Patatras, le cauchemar d’Emma devient réalité : Clarisse et Emma sont dans la même classe en CE 1, et, dès le jour de la rentrée, la première, plus ou moins insidieusement, reprend son jeu de domination avec la seconde. Clarisse interdit aux autres filles de la classe de jouer avec Emma dans la cour de récréation et même de s’assoir à côté d’elle en cours. Le calvaire d’Emma ne fait que commencer ; de moqueries en brimades puis d’intimidations en coups portés, le harcèlement se fait de plus en plus violent.

Profondément perturbée, Emma décide de s’en ouvrir à ses parents. Ceux-ci finissent par comprendre que leur fille n’est pas simplement victime de : « petites histoires d’école qui s’éteignent d’elles-mêmes ». Il faudra encore convaincre l’institutrice et la directrice qui par peur du conflit et pour sauvegarder la réputation de l’école, refusent, dans un premier temps, d’admettre la gravité du harcèlement. La famille d’Emma trouvera ainsi une solution à ce grave problème et la jeune fille pourra grandir sans séquelle, faisant preuve d’une belle résilience après ce passage traumatique.

Seule à a la récré page 10

Dans « Seule à la récré », tout est crédible car tout est vrai. Bloz dessine l’histoire que sa fille Anaïs a vécu du CP au CE2 dans une petite école de village. C’est elle qui, à 18 ans, sous le pseudonyme d’Ana, scénarise l’histoire d’Emma, son double de papier, dessinée par son père. Si Bloz délaisse ici les séries humoristiques grand public comme « Les Dinosaures en bande dessinée » ou « Les Fonctionnaires », il conserve le système de la planche-gag pour traiter un sujet plus grave. On ne trouve aucune faute de goût dans ce traitement, dont on pouvait craindre qu’il ne soit pas adapté au sujet. Au contraire, les auteurs décrivent les faits avec ce qu’il faut de recul et de mise à distance pour que tous les publics, des plus jeunes aux adultes, comprennent les enjeux de ce véritable phénomène de société.

Parents et administration de l'Education nationale

Cet album engagé, à la fois didactique et amusant, se clôt sur un cahier pédagogique très instructif rédigé par Noémya Grohan, auteure, scénariste, réalisatrice et fondatrice de l’association Génération solidaire qui lutte contre le harcèlement à l’école. On y apprend les caractéristiques du harcèlement, les conséquences du harcèlement scolaire pour la victime, ce que dit la loi mais aussi, et surtout, ce qu’il convient de faire et comment les parents doivent réagir. A tout problème, il y a une solution !

Seule à a la récré page 23

Nous vous conseillons la lecture de « Seule à la récré », un album qui traite avec justesse d’un sujet grave en le dédramatisant, ce qui permet sa lecture à de jeunes enfants du primaire ; un bon point de départ pour un dialogue constructif sur le sujet.

L'élève harcelée et ses enseignants

Emma

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Seule à la récré » par Bloz et Ana 

Éditions Bamboo (10,60 €) – ISBN : 978-2-8189-4287-1

Pages de garde Seule à a la récré

Galerie

Les commentaires sont fermés.