« Rafnas » T1 par Yumiko Shirai

Les éditions Komikku relancent leur prestigieuse collection Horizon avec cette série de science-fiction innovante en seulement deux volumes. Au delà de la création d’un monde improbable et totalement novateur, soutenu par un graphisme dynamique réaliste, Yumiko Shirai délivre un message limpide en seulement quelques pages. Comme quoi, il n’est pas nécessaire d’embrouiller le lecteur pour créer un semblant de suspens quand on a un sujet solide !


Le climat de la planète Rafna ne ressemble à rien de connu, car là-bas, tout est régi selon une gravité inexistante due justement au Rafna. Les courants ne sont pas constitués d’eau, mais d’amalgames de roches volantes, qu’il faut en permanence surveiller afin d’éviter des catastrophes prévisibles. C’est le travail de Lima, une jeune femme, employée par le gouvernement en tant que vigie. Ses capacités de lévitation sont incroyables. Enveloppée dans un champ de force supérieur à la moyenne, elle peut naviguer au milieu de cet amas rocheux sans prendre de risque, contrairement à la plupart de ses congénères. D’un autre côté, il y a les humains ordinaires, comme vous et moi, n’ayant pas subi de transformation génétique leur permettant de s’adapter à ce monde hostile. C’est à dire ceux qui ne possèdent pas de Rafna à la place du calcium dans leur corps. Ragi fait partie de ces humains originels. Il a pourtant décidé de vivre en dehors de la bulle de protection, conçue pour ce genre de personne, pour habiter dans un petit village typique, loin du grand monde. Du coup, sa vie n’est pas simple, mais il se sent libre et sa différence est assez bien acceptée, pour le moment.

En suivant les recherches de Lima et la vie paisible de Ragi, on découvre un monde improbable où les personnes volent au lieu de marcher, où les aliments des Rafnaiens sont différents de ceux des humains et où les fêtes du village et les concours organisés sont innovants, tout en restant extrêmement simples. Bref, ce monde n’a rien à voir avec le nôtre et pourtant, avec la simplicité des explications distillées par l’auteur, on le découvre comme on découvrirait une tribu sauvage perdue au fin fond d’un pays inconnu. Même si les coutumes sont différentes, tout semble familier et accessible. Un excellent travail scénaristique évite les explications scientifiques laborieuses et une dramatisation larmoyante. Le passé des personnages est dévoilé petit à petit, avec naturel, ce qui permet de mieux comprendre la personnalité des deux protagonistes principaux. Le tout sans jamais oublier le reste du village bien évidemment, chacun ayant sa place et son importance dans ce monde.

Second tome à paraître en décembre 2017.

Si cette série très courte, en seulement deux volumes, est publiée dans le sens européen, c’est à dire de gauche à droite, c’est sûrement pour mieux toucher les amateurs de romans de science-fiction classiques. Un genre de plus en plus négligé de nos jours, du moins en manga, qui privilégie plutôt les chroniques sociales ou les enquêtes policières, même si certaines se passent dans un futur improbable. Cette inversion n’est pourtant pas gênante et le graphisme de Yumiko Shirai s’en accommode bien. Même si par moment il est hésitant, il reste toujours clair et surtout extrêmement dynamique, avec son mélange de pinceau et de plume. L’encrage assez épais ne se contente pas de remplir les volumes, il participe à l’action et met en valeur le paysage aride de la planète. Il est présent, mais sait se faire oublier dans les moments de calme. Bien qu’éloigné de la ligne claire chère à certains artistes, le dessin reste limpide, sans fioritures inutiles, même si certaines cases peuvent paraître chargées. C’est surtout sur la personnalité intense de chaque protagoniste que l’on voit l’excellent travail de mise en scène et de dramatisation du récit. Certaines pages étant clairement plus travaillées que d’autres. Les décors ne sont bien évidemment pas oubliés, et pour une fois, ils sont traités de la même manière que l’avant-plan, l’auteur n’ayant apparemment pas (ou peu) eu recours à des assistants. Vu la richesse chromatique de la couverture, il est regrettable que les habituelles pages en couleur de début de volumes soient publiées en noir et blanc.

Logiquement, de nombreux mystères sont présents dés le départ, le lecteur n’étant pas encore familier de ce monde et l’héroïne étant fraîchement nommée dans cette région. Comme un puzzle que l’on voit progressivement se compléter, chaque élément en suspens trouve finalement sa réponse, de manière parfaitement naturelle. Complet en seulement deux volumes, cette fiction originale devrait interpeller un public assez large et peu habitué aux mangas, du fait de sa présentation en grand format et surtout son sens de lecture naturelle pour un Européen.

Gwenaël JACQUET

« Rafnas » T1 par Yumiko Shirai
Éditions Komikku (16 €) – ISBN : 9782372872706

© Yumiko SHIRAI 2014 / Futabasha Publishers Ltd.

Galerie

Les commentaires sont fermés.