« Uderzo : l’intégrale 1953-1955 » par Philippe Cauvin et Alain Duchêne…

Alain Duchêne, auteur-compositeur et écrivain, et Philippe Cauvin, photographe et graphiste, se sont attelés, depuis quelques années, à la publication de l’intégralité de l’œuvre d’Albert Uderzo, leur ami et idole. Le troisième volume de cette somme considérable (428 pages au format 29 x 29 cm, dos toilé), véritable monument à la gloire du créateur graphique d’« Astérix », présente TOUTES ses illustrations et bandes dessinées réalisées entre 1953 et 1955. Une fabuleuse rétrospective entre humour et réalisme.

Albert Uderzo vient d’épouser Ada, c’est le temps des vaches maigres. Boudé par les éditeurs français, Albert œuvre de cinq heures du matin à minuit pour les agences belges World’s Press de Georges Troisfontaines et International Press d’Yvan Chéron. C’est aussi le début d’une collaboration fructueuse avec René Goscinny. Alternant avec la même facilité humour et réalisme, le jeune Uderzo abat un énorme travail dont on peut imaginer l’ampleur dans cet album, que l’on peut qualifier de fondateur de son œuvre future. Si les pages présentées dans les deux premiers opus, à ne pas manquer, sont encore celles du temps des tâtonnements, celles de ce 3ème tome sont dues à un auteur possédant son propre style et une parfaite maîtrise de la réalisation de ses planches.

Dans le registre humoristique, on peut savourer la troisième aventure de Belloy : « Le Baron maudit », sur un scénario de Jean-Michel Charlier, destinée à la page du jeudi du quotidien La Wallonie, le troisième épisode des aventures de Jehan Pistolet (« L’Espion »), au scénario signé René Goscinny destiné à La Libre Junior, et enfin la première enquête de Luc Junior dans « Les Bijoux volés », sur scénario de René Goscinny toujours, pour La Libre Junior.

Côté réaliste, on retrouve la reprise intégrale des strips verticaux publiés par La Libre Belgique sous le titre générique « L’Histoire de la semaine » : quatre images muettes hebdomadaires (à l’origine), accompagnées d’un long texte explicatif, dont l’auteur demeure inconnu. Suit la reprise du superbe « Bill Blanchart », une rare histoire réaliste en 24 pages écrite par René Goscinny, destinée à La Libre Junior. Ajoutons à cette liste impressionnante « Le Fils du tonnelier », une « Belle Histoire de l’Oncle Paul » pour Spirou, écrite en 1954 par Jean-Michel Charlier et « Valérie André », toujours avec Charlier, pour Bonnes Soirées.

Toutes ces planches soigneusement restaurées sont proposées en noir et blanc, bicolores ou en couleurs. Un texte illustré de documents rares ou inédits évoque cette période clé de la riche carrière d’Albert Uderzo.

Bien sûr le prix peut en rebuter certains, mais en cette fin d’année, voilà un cadeau idéal pour qui aime la bande dessinée.

Henri FILIPPINI

« Uderzo : l’intégrale 1953-1955 » par Philippe Cauvin et Alain Duchêne

Éditions Hors collection (69 €) – ISBN : 9 782258 147164

Galerie

Les commentaires sont fermés.