« Tintin » : le mystère des éditions alternées… Livre 2 : une « Étoile » bien mystérieuse…

« L’Étoile mystérieuse » alternée fascine certains collectionneurs. C’est en effet la seule version album de cette aventure en N & B, puisque ce titre a été conçu dès l’origine pour la couleur. Et certaines pages, comme la fameuse page 1, à cases hautes non raccourcies, prennent une intensité inégalée, grâce à des noirs très profonds. Nous verrons aussi que cette édition n’a aucun autre équivalent, étant un mélange de l’édition en couleurs précédente A20 et de l’édition suivante A23…

La page 1 de « L’Étoile mystérieuse » : des noirs très profonds qui ont déteint sur le verso de la page de titre.
Une page de titre sans titre, comme pour « Le Crabe aux pinces d’or ».

La force du dessin.

La pureté du noir et blanc.

Un encrage des noirs très profonds, pour une aventure jamais publiée en album N & B

Le cas de « L’Étoile mystérieuse » est intéressant, car c’est le dernier album en noir à avoir été imprimé en octobre 1943 (voir courrier du 24 septembre 1943) après changement des plaques d’impression. En effet, les précédentes plaques qui avaient servi à imprimer les premières éditions couleur de « L’Étoile mystérieuse » (au total, 24 448 exemplaires en A18 et A20) étaient trop usées. Il fallut donc en refaire un jeu, et ce jeu tout neuf explique les noirs très gras et profonds (car très encrés) sur ce titre : on verra le même phénomène pour « Le Crabe aux pinces d’or », imprimé en alterné avant même l’édition couleur, également avec des plaques toutes neuves. Au point que les noirs ont déteint sur les pages en vis-à-vis (il a sans doute été relié trop vite, avant séchage) et que l’encre a même imbibé les pages à certains endroits.

On remarque aussi sur ce titre que les cahiers ont été empilés avant reliure, car des reports existent d’un cahier sur l’autre… On trouve ainsi un report de la page 6 au dos de la page 3, un report de la page 7 au dos de la page 10, au dos de la page 11, un report de la page 14, etc. C’est logique, l’atelier d’impression et l’atelier de reliure étaient séparés chez Casterman et il y avait toujours une période, même courte, de stockage des cahiers…

Au verso de certaines pages, l’encre a imbibé et traversé le papier.

Report d’encre de la page 2 sur l’envers de la page de titre.

Blumenstein décalqué sur le verso de la dernière page de garde.

Le 24 septembre 1943, Lesne indique à Hergé que pour « L’Étoile mystérieuse », il faut refaire les plaques d’impression.

Une édition unique, à mi-chemin entre l’édition en couleurs A20 et l’édition A23

Sur l’alternée, les cahiers sont marqués avec des chiffres et non des étoiles, comme sur l’édition suivante A23.

En fait, cet album est unique à cause de ce changement des plaques d’impression. Ainsi, Charles Lesne écrit ceci à Hergé le 24 septembre 1943 : « On commence aujourd’hui l’impression des noirs, profitant d’un battement entre “La Licorne” et “Le Crabe”. On te fera donc une dizaine de feuilles de “La Licorne”, de “L’Oreille cassée”, de “L’Île noire” et de “L’Étoile mystérieuse”. Pour ces dernières, nous sommes obligés de faire faire un nouveau report du film noir sur zinc, car le report précédent est usé. Ce sera donc la dernière impression de ce lot. »

C’est la raison pour laquelle les cahiers de « L’Étoile mystérieuse » alternée sont uniques, ne correspondant ni à l’édition en couleurs A20 (étoiles au bas des cahiers versus, pas d’étoiles dans l’alternée) ni à l’édition couleur suivante (dessins de la page de titre raccourcis, titre sur 2 lignes pour l’édition A23 versus grandes cases et titres sur une ligne pour l’alternée) !

Les cahiers ont probablement été imprimés autour du 15 octobre, voire fin octobre, car le 5 octobre, Lesne signale à Hergé que pour « L’Étoile mystérieuse », le report est encore en cours…

Sur l’alternée, contrairement à l’édition A23, les cases ne sont pas raccourcies page 1…

Un papier très épais, blanc, légèrement gaufré, du type « Lotus bleu » 1936.

Une qualité de fabrication exceptionnelle pour toutes les alternées

La qualité de fabrication des éditions alternées fut exceptionnelle pour cette période de pénurie : les couvertures ont toutes été montées sur cartonnage très épais (épaisseur de l’E.O. du « Crabe aux pinces d’or »)… Toutes ces éditions ont aussi pour caractéristique commune leurs pages de garde bleues, imprimées sur papier gaufré, légèrement vergé, dont la couleur jaunie contraste fortement avec la blancheur immaculée du papier des cahiers.

Ces pages de garde au papier gaufré sont celles utilisées pour certains exemplaires de l’E.O. en couleurs du « Secret de la Licorne » en A20 et A21, à partir d’octobre 1943, et pour l’intégralité de l’E.O. couleur du « Crabe aux pinces d’or », en janvier 1944. Elles permettent de garantir l’authenticité des exemplaires et surtout d’en dater la reliure. Les cahiers sont imprimés sur un superbe papier, épais, d’une grande blancheur, proche du papier utilisé pour l’édition originale en noir et blanc du « Lotus bleu » de 1936.

Des pages de garde sur papier vergé identiques à celles des E. O. en couleurs « Licorne » et « Crabe ».

De si beaux exemplaires au point qu’Hergé s’exclamera dans son courrier du 16 novembre 1943 : « J’ai reçu également, et je t’en remercie, les exemplaires en noir : ils sont admirables ! » Le prix payé par Hergé (100 FB par album) fut donc très raisonnable au regard de la qualité… Pour le paiement, Lesne lui proposa une solution « élégante » : « Concernant le règlement des albums en noir, Mr Louis Casterman propose ceci, qui est, je crois la solution la plus élégante. Le prochain compte de droits d’auteur (mars 1944) sera diminué du montant de 5 000 francs. Ainsi le règlement s’opérera ipso facto sans complication. D’accord ? »

Le 16 novembre 1943, à propos des exemplaires en noir, Hergé s’exclame : « Ils sont admirables ! »

Le 1er décembre 1943, Lesne propose que le prochain compte d’auteur soit diminué de 5 000 FB pour le prix des 50 albums alternés.

Très peu d’exemplaires connus  

Pour « L’Étoile mystérieuse », on ne connaît que 4 exemplaires A 22 dos pellior en provenance des studios Hergé, du bon état à l’état proche du neuf. L’un d’eux conserve le record pour une vente d’album BD aux enchères, avec un prix de 103 000 euros chez Artcurial en 2008.

A21 numéro barré dos pegamoïd/A22 numéro non barré, dos pellior.

Hergé avait reçu à l’origine 9 « Étoile mystérieuse » (dont il reste 4 exemplaires A22), car un album avait été envoyé directement par Casterman au journal O Papagaio.

À ce propos, Lesne écrira le 5 novembre 1943, dans le fameux courrier attestant de la livraison des alternées à Hergé : « Toutefois, tu ne trouveras que 9 ex. “Étoile mystérieuse”, le 10e étant envoyé aujourd’hui même, par poste, à O Papagaio, à Lisbonne ». Preuve d’envoi à l’appui…

Un des quatre exemplaires connus avec dos pellior et second plat A 22. Cet exemplaire s’est vendu 103 000 euros chez Artcurial en 2008, record pour un album de BD en vente publique.

Exemplaire apparu lors de la vente Artcurial 2014. Origine Studios.

Preuve d’envoi de « L’Étoile mystérieuse » au journal O Papagaïo.

Courrier de Lesne signalant l’envoi d’une « Étoile mystérieuse » à Lisbonne, et attestant de la livraison des éditions alternées à Hergé.

Exemplaire A21 dos pegamoïd.

Pour ce qui concerne les exemplaires A 21, dos rouge vermillon en similoïd (ou pegamoïd) il n’existe que 2 exemplaires, rescapés de Casterman et des environs de Tournai. Le premier en excellent état est apparu dans la Tintinomania V, le 27 avril 1996 (il fit un prix de 96 000 FF soit environ 14 000 euros). Probablement sorti de Casterman par l’expert en même temps que les 2 « Îles noire » et la vingtaine d’« Oreille cassée ».

Ce volume fut à nouveau vendu 63 250 euros chez Artcurial en 2012. Le second exemplaire, en mauvais état et tout gribouillé, connut une aventure hors norme puisqu’il fut « découvert » sur le marché de Voluwé en avril 1999, acheté une bouchée de pain (20 FF), revendu presque aussitôt pour 1 500 FF puis pour 20 000 FF, puis encore proposé dans la vente Scriptura de juin pour 45 000 FF. BD Star la proposait ensuite à la convention BD de Bercy pour 40 000 FF, puis enfin, cet exemplaire fut bel et bien vendu début 2000 par la librairie Rackham pour 60 000 FF (soit un peu moins de 10 000 euros). L’intérêt de cet exemplaire est que son histoire et son état pourraient attester de l’authenticité et de l’ancienneté des alternées A21 longtemps mises en doute à cause de la découverte d’un stock neuf d’« Oreille cassée »…

Exemplaire ancien d’une édition alternée dos pegamoïd et second plat A21 : une histoire hors norme qui constitue une preuve d’authenticité des A21.

Finalement, « L’Étoile mystérieuse » éclaire plus qu’elle n’interroge sur le secret de ces éditions si longtemps méconnues. C’est aussi l’une des deux plus belles éditions alternées, car ses cahiers noir et blanc sont sublimes, comme ceux du « Crabe aux pinces d’or »… Enfin, c’est une édition unique, croisement des éditions en couleurs A20 et A23.

Avec « L’Oreille cassée », nous verrons que le mystère s’épaissit à nouveau à cause de multiples exemplaires retrouvés en A21 dos pegamoïd… Dans notre prochain chapitre, j’ai procédé à une expertise très détaillée et argumentée sur cette découverte. Les collectionneurs qui ont acquis un de ces très chers exemplaires sauront, enfin, si leur trésor supposé est un vrai ou un faux… Rendez-vous donc dans 15 jours ! …

Prochaine parution : Livre 3, Les Oreilles stockées !?!

Gilles FRAYSSE

Dernière page d’une aventure si mystérieuse…

Galerie

3 réponses à « Tintin » : le mystère des éditions alternées… Livre 2 : une « Étoile » bien mystérieuse…

  1. Franck dit :

    Merci Gilles pour ces moments de pur bonheur bibliophilie.
    Lorsque l’on voit la qualité de ces cahiers, avec cet encrage sublime, cela laisse rêveur…

  2. Box office Story dit :

    C’est franchement passionnant. Merci pour votre travail.
    Et j’en profite pour féliciter l’ensemble du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>