Franquin à toutes les sauces…

Tout au long de l’année 2017, les créatures de papier imaginées par André Franquin ont envahi les pages de l’hebdomadaire Spirou. Hommage au génial auteur ? Opération marketing ? Peut-être un peu les deux. De quoi s’arracher les cheveux pour caser toutes ces planches, lorsque l’on est rédacteur en chef d’un journal qui se doit d’être éclectique !

Dès le premier numéro de janvier (n° 4107), le « Calendrier des gaffes » était offert aux lecteurs : sous une couverture de Yoann, les douze mois de l’année sont illustrés par douze dessinateurs.

À peine une semaine plus tard, Tébo inaugure « L’Année Gaston » : une série de planches hebdomadaires réalisées par divers auteurs à l’occasion des 60 ans du héros sans emploi.

Le n° 4115 fête d’ailleurs le sexagénaire avec la reproduction du fameux Gaston Pinball Machine.

C’est ensuite au tour de Zorglub de devenir le héros à part entière d’une série indépendante, écrite et dessinée par José Luis Munuera : ancien dessinateur déchu des aventures de Spirou et Fantasio. La prometteuse « Fille du Z » débute dans le n° 4117.

Puis, tout au long du n° 4127, Spirou enquête sur « L’Affaire du pingouin » : un récit à suspense imaginé par Pascal Jousselin, avec le concours de Nicoby, Thierry Martin et Alfred.

Ce même numéro offre aux heureux abonnés une aventure de Spouri : « La Grosse Teuté », un charmant mini album à l’italienne signé Fred Neidhardt.

Un peu plus de deux mois plus tard, les n° 4138 à 4140 proposent la réédition d’un poster géant de Gaston.

Après avoir vécu sa longue aventure annuelle animée par Batem et Colman, le Marsupilami est le héros d’une série de récits complets hommages signés Renaud Collin (n° 4143), Olivier Bocquet et Brice Cossu (n° 4140), José Luis Munuera (n° 4145)…

Enfin, le n° 4145 propose les premières planches d’« Il s’appelait Ptirou » : un mélo d’Yves Sente dessiné par Laurent Verron, d’un trait semi-réaliste sublime. Une histoire à faire pleurer de chaudes larmes dans les chaumières, évoquant le destin du petit groom ayant inspiré Spirou au dessinateur Rob-Vel.

Dernier avatar à ce jour : un mini album glissé dans le n° 4146, « M’oiselle Jeanne », où 13 dessinateurs mettent en scène l’amoureuse de Gaston.

Et ce ne sont pas moins de neuf albums liés à Franquin qui seront proposés par les éditions Dupuis au cours du dernier trimestre. Certains seront commentés longuement et présentés dans nos rubriques « Patrimoine », « Actus », « BD de la semaine » : « En direct de la rédaction », « Toutes les couvertures des recueils Spirou », « Biographie d’un gaffeur », « Les Bandeaux titres du journal Spirou », « La Mauvaise Tête » en VO et « Il s’appelait Ptirou ». Trois autres ouvrages sont dédiés à « Spirou et Fantasio », au « Marsupilami » et à « Gaston » ! « Les Folles Aventures de Spirou » (64 pages en couleurs, 14,50 €) reprendra huit courts récits de « Spirou et Fantasio » signés Yoann et Vehlmann publiés dans les numéros spéciaux de Spirou. Une bonne occasion de retrouver le duo de repreneurs officiels de la série, lequel prend son temps pour livrer une longue histoire. « Marsupilami : histoires courtes » tome 1/2 (104 pages, 19 €) réunit huit histoires courtes réalisées en hommage au Marsupilami, évoquées plus haut et en cours de publication dans les pages de Spirou. Enfin, « Galerie des gaffes » qui regroupe les planches de « L’Année Gaston » (64 pages, 12,50 €) publiées par Spirou, augmentées de quelques inédits.

On peut raisonnablement se demander si les lecteurs ne vont pas finir par être saturés, d’autant plus que l’année 2018 s’annonce elle aussi riche en nouveautés autour des héros de Franquin.

Henri FILIPPINI

Galerie

Les commentaires sont fermés.