Chakir expose : ça va faire boum !

Apparu dans les pages des illustrés au début des années 1950, Jean Chakir appartient à ces auteurs aujourd’hui oubliés, qui ont travaillé avec discrétion et talent au sein des nombreux magazines qui paraissaient à l’époque. Une exposition à Paris nous permet de revenir sur sa carrière, riche et éclectique.

Jean Chakir.

Chakir dans Le Pèlerin.

Né à Paris, le 4 juin 1934, Jean Chakir a seize ans lorsqu’il publie ses premiers dessins humoristiques dans les journaux de la Maison de la Bonne Presse : Le Pélérin, Bayard et Bernadette.

Sa première BD, « Le Secret de la pyramide », débute en 1953 dans Bernadette avant la création du personnage de Tacotac dans Bayard en 1955.

C’est dans ce dernier hebdomadaire qu’il imagine, en 1959, son héros le plus fameux : l’inspecteur Saboum, dans un style semi-réaliste, qui poursuit ses enquêtes jusqu’en 1971 dans Record.

Chakir collabore à la même époque aux journaux des éditions de Fleurus : Âmes vaillantes, Cœurs vaillants et Fripounet et Marisette.

En 1962, René Goscinny lui ouvre les pages de Pilote, où il crée « Tracassin contre Angelure » et où il devient l’un des piliers des célèbres « Pages d’actualité ». Avec les années soixante-dix, il multiplie les collaborations et réalise « Bull Gloup » dans Lucky Luke, « Les Télé-Aventures de Boucan » dans Fripounet, « L’Insulaire » dans Tintin, « Héroïko et les Dogs Boys » dans Pif. En 1981, il abandonne la bande dessinée pour occuper le poste de responsable de l’atelier d’art plastique de l’École des beaux arts d’Angoulême.

En 1994, Jean Chakir, alors retraité, se lance dans un projet pharaonique : conter en images l’histoire de son passage dans le monde de la bande dessinée. Une fresque de plus de mille planches qui, hélas !, n’a toujours pas trouvé d’éditeur, même si un premier volume de ce « Double Immigré » a pourtant été amorcé grâce à la microédition, au sein du Coffre à BD, en 2013.

Avec Mic Delinx, Martial, Jean Tabary, Christian Godard, Mouminoux…, Chakir fait partie de ces auteurs qui ont largement contribué au succès de Pilote, sans pour autant connaître de publication en album. Certaines (mauvaises) langues m’ont confié que les deux scénaristes fondateurs veillaient à ce que les albums soient réservés aux séries dont ils étaient les auteurs.

Résultat aujourd’hui : pas un seul ouvrage de Jean Chakir disponible en librairie, sinon à tirage limité chez les micros éditeurs, particulièrement au Coffre à BD.

Du 6 au 21 octobre 2017, la galerie Art Maniak (10 rue de la Grange Batelière 75009 Paris, www.art-maniak.com) présente quelques 200 documents de Jean Chakir, couvrant les années 1959/1980 (planches de « Saboum », « Tracassin », « Héroïko »…, couvertures de Pilote…), qui devraient combler les nostalgiques.

C’est aussi l’occasion pour les petites bourses d’acquérir des originaux à des prix raisonnables.

Ouvrir enfin les portes des galeries à des auteurs n’appartenant pas au club des stars de l’enchère est une excellente initiative.

Henri FILIPPINI

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>