LE FESTIVAL MEDITERRANEEN DE LA BD ET DE L’IMAGE DE TUNIS

Le 4 septembre 2002, le Festival méditerranéen de la Bande dessinée et de l’Image de la ville de Tunis a inauguré sa deuxième édition. Né d’une passion, d’une réalité et d’un besoin, ce Festival est destiné à faire connaître la bande dessinée en Tunisie et à la hisser au rang de moyen d’expression privilégié

 La bande dessinée représente en Europe et dans les pays évolués, un secteur en pleine croissance qui touche pratiquement toutes les tranches d’âge. En plus, et chez les enfants, elle représente un passage obligé et une étape importante de la construction de leur imaginaire, voire de l’imaginaire collectif d’une société donnée.

D’où l’idée d’activer le secteur du livre illustré et surtout la bande dessinée et de doter quantitativement et qualitativement le marché tunisien de produits qui intéressent la jeunesse.


Le Festival voudrait agir en tant que catalyseur de ce secteur et d’intéresser les maisons d’édition et de les impliquer davantage ainsi que les divers décideurs en communication à la recherche d’un matériau efficace, sympathique et facilement assimilable, aussi bien sur le plan de la communication pédagogique que du loisir.


La Bande dessinée enfin, en tant que moyen puissant et universel de communication, pourrait constituer un pont culturel et de civilisation assez intéressant entre les deux rives de la méditerranée.


L’année dernière, le festival s’est déroulé, à la Médina, sous le signe marin                         avec notamment une grande exposition »Corto Maltese »et l’invitation du voilier-école  »l’ Amerigo Vespucci »avec la participation des cadets de la marine italienne.


Sous l’impulsion de Habib Bouhaoul, le directeur du Festival, cette manifestation devrait prendre une place importante dans le bassin méditerranéen entre Barcelone et Naples et Bastia.


Cette année, participaient (Edouard Aidans (Tounga), Emile Bravo (Les aventures de Jules), Pieraolo Rovero et Claude Mloliterni.. La scénographie présentait plusieurs plateaux, le premier était dédié à Edouard Aidans avec une mise en scène réunissant des hommes préhistoriques autour d’un feu, Emile Bravo était, présent avec une exposition de ses œuvres (prix Goscinny 2002) et Pierpaolo Rovero transfuge du studio Disney de Milan nous faisait découvrir son talent. Plusieurs libraires présentaient les dernières publications locales et plus particulièrement Hannibal, le défi de Carthage, dessins de Seïfallah et Heythem Darghouth et de Oma Bey sur un scénario de Abdelaziz Belkhoda et L’affaire Carthage de Radhouane Riahi aux éditions Apollonia de Tunis.


Du 9 au 12 septembre, le Festival offrait, en 4×4, à ses invités un raid dans le Sud tunisien


Il faut souligner les efforts d’un passionné de la BD, Habib Bouhaoul, dessinateur, et de son équipe qui pendant plus d’un an ont préparé cette manifestation. L’année prochaine, il compte s’installer dans un palais au cœur de la Médina de Tunis en invitant une dizaine d’auteurs..



Cliquez sur l’appareil photo pour découvrir le reportage. 


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.