« Chronosquad T3 : Poulet et cervelle de paon à la Romaine » par Grégory Panaccione et Giorgio Albertini

Troisième partie, en plus de deux cents pages en couleurs, d’une folle épopée mêlant science-fiction, polar, conte initiatique et roman sentimental décalé. Une lecture jubilatoire où l’on devine que les chances de récupérer les deux adolescents fugueurs perdus au Bronze ancien s’amenuisent de jour en jour pour les chronosquads : cette unité spéciale censée contrôler les éventuels débordements des voyages organisés… dans le temps.

Bloch — jeune spécialiste du Moyen-Age… voire de l’Antiquité, même si ce n’est pas son domaine — vient d’intégrer cette troupe d’élite comme stagiaire. D’emblée, il part pour une mission en Égypte antique, où il doit récupérer la fille de la Banque centrale et son petit ami, sous l’œil expérimenté de ses coéquipiers Penn et Beylogu ! Cette banale fugue d’adolescents d’un centre de vacances devait se résoudre rapidement, mais ce qui se présentait comme une balade temporelle de santé se transforme bientôt en grand n’importe quoi…

L’enquête piétine et amène Bloch et Penn (qui fricote, par ailleurs, avec un certain Léonard de Vinci, dont elle est enceinte) dans la Rome impériale de la fin du IIIe siècle. Ils vont tenter de mettre à jour les agissements d’organisations illégales, alors qu’une campagne de dénigrement des chronosquads est orchestrée à grande échelle…

Cette incroyable saga, prévue en quatre tomes, est totalement divertissante, drôle et captivante. Étonnant de la part d’un scénariste (Giorgio Albertini) qui se consacre pleinement à l’archéologie et à l’écriture d’essais historiques. Manifestement, cet agrégé italien en Histoire médiévale, qui travaille également comme illustrateur historique et scientifique, entretient cependant un réel intérêt pour la bande dessinée… et il prouve ici qu’il est un narrateur expert.

Pour l’écriture de ce récit plein de vie et qui ne manque vraiment pas de rythme — le rire succédant à l’effroi et vice-versa —, il a aussi certainement bénéficié des conseils efficaces de son complice Grégory Panaccione, dont le « Un océan d’amour » avec Wilfrid Lupano, chez le même éditeur, a été récompensé du prix de la Fnac en 2015. Ce dessinateur, au trait libéré, multiplie ici les audaces graphiques et narratives : nombreux passages complètement muets bien amenés, illustrations parodiques en doubles pages, situations cocasses portées par un maladroit protagoniste caricatural, avec son gros nez et sa tignasse blonde…

Attention, le quatrième et ultime (?) opus de plus de deux cent vingt pages (comme les trois précédents) est déjà annoncé pour la fin du mois de septembre : quelle énergie créatrice !

Gilles RATIER

« Chronosquad T3 : Poulet et cervelle de paon à la Romaine » par Grégory Panaccione et Giorgio Albertini

Éditions Delcourt (25,50 €) – ISBN : 978-2-7560-7415-3

Galerie

Les commentaires sont fermés.