Beaux Arts invite le polar !

Après un excellent numéro consacré à la science-fiction, le nouveau hors-série de Beaux Arts magazine, publié sous la direction de Vincent Bernière, s’attaque à un autre thème fort apprécié des lecteurs de bandes dessinées : le polar.

Deux grands classiques américains démarrent ce voyage où thrillers, récits policiers et romans noirs de tous pays cohabitent harmonieusement. Tout d’abord « Dick Tracy » : cette série policière créée par Chester Gould en 1930 est disséquée par David Amram, avec en prime un ensemble de planches évoquant les origines de « Dick Tracy » et publiées en 1932 dans le Detroit Mirror. Vient ensuite une étude passionnante par Maël Rannou (complétée par Mr Madool) sur le célébrissime « Spirit », élaboré dès 1940 par le jeune Will Eisner dans l’édition dominicale du quotidien Register and Tribune Syndicate. L’article est complété par un récit publié en 1977 par les Humanoïdes associés sous le titre « Nuits d’encre ». La revue s’intéresse ensuite à la bande dessinée classique franco-belge d’après-guerre, avec deux séries nées dans les pages de l’hebdomadaire Tintin : « Lefranc » par Jacques Martin, analysée par Romain Brethes, et « Ric Hochet » par Tibet et André-Paul Duchâteau, racontée par Raphaël Turcat, avec la reprise de la fameuse « Enquête chez les “timbrés” ».

            Transition entre les classiques et les nouveaux, « Alack Sinner », mettant en scène le détective imaginé par Carlos Sampayo et José Munoz, est passée au crible par David Amram, avant que Romain Brethes n’évoque le « Nestor Burma » de Jacques Tardi, d’après les romans de Léo Malet. S’en suit la reprise du « Meurtre de Hùng », une histoire dessinée par Tardi et parue dans L’Écho des savanes, en 1982. David Amram se penche après sur Luca Torelli, alias Torpédo de Enrique Sánchez Abulí et Jordi Bernet : l’impitoyable gangster américain (réédition des « Sept Vies du chat »).

            Pour terminer ce survol, loin d’être exhaustif, mais plutôt bien dosé, place aux créations plus récentes et toujours actives. Deux séries imaginées par Jean Van Hamme (« XIII » avec William Vance et « Largo Winch » avec Philippe Francq) font l’objet de deux articles signés respectivement par Raphaël Turcat et Jean-Marc Lainé. Terminons avec le classique et toujours présent « Jérôme K. Jérôme Bloche », né en 1985 dans les pages de Spirou.

            Une riche iconographie accompagne ce hors-série Polar & BD diffusé en kiosques au prix modeste de 7,90 €, qui ne peut que séduire les amateurs de bandes dessinées et plus particulièrement de polars.

Henri FILIPPINI

Galerie

5 réponses à Beaux Arts invite le polar !

  1. Jean Pierre dit :

    …pas de Gil Jourdan…!!?

    • Gilles Ratier dit :

      Ben non…
      Oubli, peut-être ?
      La rédaction

      • dennis wilson dit :

        tres bon numero mais erreur sur le spirit c est en 1969 dans pogo qu il est paru la 1ere fois en france et non en 1973 dans tintin.

        • Gilles Ratier dit :

          Exact Dennis ! Nous allons le signaler à l’auteur de l’article dans ce hors-série de Beaux Arts (Maël Rannou) et à son directeur éditorial (Vincent Bernière) ; mais à part en prendre acte, ils ne pourront pas faire grand chose puisque le n° est imprimé et ne sera, certainement pas, réimprimé de si tôt. C’est l’avantage des sites Internet (du moins de ceux qui sont sérieux) qui peuvent facilement corriger ce genre d’erreurs, lesquelles sont humaines et donc pardonnables !
          Bien cordialement et respectueusement
          Gilles Ratier

          • Gilles Ratier dit :

            Nous avons contacté les responsables de l’article dans le hors-série de Beaux Arts. Maël Rannou reconnait son erreur et s’en excuse, il est d’autant plus embêté que « je savais bien que le Spirit n’était pas paru pour la 1ère fois dans Tintin. Zut, et désolé. » Quant à Vincent Bernière, il en prend évidemment acte et nous demande d’ »informer nos lecteurs que Gil Jourdan (un polar également) a été décrypté lors d’un précédent numéro consacré aux Chefs-d’œuvre de la BD d’humour (humoristique aussi) : nous n’allions donc pas nous répéter ici. »
            Voici, voilà…
            Bien cordialement et respectueusement
            La rédaction