« Le Vétéran » T1 par Gilles Mezzomo et Frank Giroud

Ce palpitant thriller historique et psychologique marque le grand retour de Frank Giroud au scénario, après de sévères soucis de santé. Premier épisode d’un diptyque qui en appelle d’autres, cet album avec en toile de fond la période troublée de la Restauration est un pur régal qui renoue avec les grandes sagas historiques du scénariste : « Louis La Guigne », « Le Décalogue », « Quintett »… C’est aussi l’occasion de retrouver le trait puissant de Gilles Mezzomo (« Luka », « Ethan Ringler », « Mexicana »…) grand amoureux des décors précis, des foules grouillantes et du petit détail qui séduit le lecteur.

Septembre 1815. À l’hôpital du Val de Grâce, le capitaine du septième Hussard Maxime Danjou se remet de la terrible blessure à la tête reçue au cours de la bataille de Waterloo qui a sonné la fin des Cent Jours et de l’espoir de retour aux affaires de Napoléon. Migraines, cauchemars, pertes de mémoire, violentes colères sont quelques-uns des troubles que ressent l’ancien soldat qui a servi l’Empereur tout au long de son épopée. Le sien ayant disparu, c’est revêtu de l’uniforme abandonné par un chasseur de la garde qu’il quitte l’hôpital, mais il se retrouve en prison, après une bagarre avec des royalistes revanchards. C’est alors qu’il est récupéré par une superbe jeune femme, Mathilde, qui affirme être son épouse. Celle du colonel Théodore Brunoy dont la carte civique est dans une poche de l’uniforme emprunté par Maxime, lequel affirme ne pas la connaître. Malgré ses protestations, elle conduit Maxime éberlué jusqu’à Rouen, dans une riche demeure où tout est mis en œuvre pour le persuader qu’il est bien Théodore Brunoy. Maxime découvre que Brunoy a une sœur au passé pathétique et vivant misérablement, que sa conduite à Waterloo n’a pas été héroïque, etc. Persuadé d’être victime d’une machination, le capitaine, qui croit devenir fou, demande à Octave Ledoux, un agent d’affaires (ancêtre de nos détectives privés), de fouiller dans le passé de Théodore Brunoy. Un diabolique cauchemar qui, page après page, entraîne le héros aux limites de la folie ? Ou alors, est-ce un cas de vésanie : amnésie extrême qui selon les aliénistes cause un transfert de personnalité ? La dramatique conclusion de ce premier épisode ne risque pas de répondre aux questions que se pose malheureux Danjou/Brunoy sur sa véritable identité.

À cent lieues de certaines séries didactiques bien ennuyeuses, Giroud et Mezzomo proposent une belle aventure humaine avec un héros attachant, car pour notre plus grand plaisir, « Le Vétéran » marie avec talent la grande et la petite Histoire.

Henri FILIPPINI

« Le Vétéran » T1 par Gilles Mezzomo et Frank Giroud

Éditions Glénat (14,95 €) – ISBN : 9782344011447

Galerie

Les commentaires sont fermés.