« Sisco T10 : Maori blues » par Thomas Legrain et Bénec

Après un premier volet paru en juin dernier (« Gold Black »), voici déjà la conclusion du nouveau diptyque de ce thriller politique original, dont le héros attachant doit ici jouer le rôle de nettoyeur pour éviter une affaire d’État !

Évincé depuis 3 ans de la DGSPPR (Direction générale des services de protection du président de la République), dont il était un élément-choc, l’agent spécial Sisco s’est reconverti dans la protection d’un grand patron en vacances, quelque part en Nouvelle-Calédonie.

Un sabotage mené sur un site de recherches pétrolifères, par des agents français de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) ayant mal tourné, il se voit rappeler aux affaires. C’est pour venir en aide à sa sœur Manon Jouvert, membre de l’ONG Soudan Child Care, enlevée par un groupe islamiste armé, qu’il accepte de reprendre du service, sous le commandement direct de l’Élysée. On lui ordonne de faire le nettoyage à Wellington, où le gouvernement local soupçonne la France d’avoir monté l’opération sabotage, dans le but de favoriser les négociations d’un contrat pétrolier mal engagé. Sisco doit d’abord retrouver le faux couple de barbouzes en fuite et dont la femme est sérieusement blessée, puis choisir entre leur élimination ou leur exfiltration. Cette mission s’avère d’autant plus délicate qu’il est secondé dans son enquête par la blonde Elena Memcova, redoutable négociatrice de charme d’origine russe, par ailleurs chargée d’obtenir par tous les moyens la signature des contrats pétroliers en faveur de la France. L’affaire se corse encore avec l’arrivée d’un agent bien connu de la CIA, au cœur de cette bataille de l’or noir, et la présence inquiétante d’un bateau de Greenpeace mouillant à quai…

C’est en s’inspirant d’une affaire fameuse qui a fait scandale en son temps, celle du Rainbow Warrior, que Benec (consultant en informatique, pour qui écrire une histoire est un loisir) a imaginé cette intrigue riche en rebondissements, laquelle lève le voile sur les rouages des officines secrètes de la République. Thomas Legrain, dessinateur belge spécialisé dans les récits d’action (« Mortelle Riviera », « L’Agence », « Bagdad inc. »…) signe des pages dynamiques, de son trait précis et documenté. Débutée en 2010, cette série au centre des arcanes des services secrets français, est proposée dans la collection Troisième Vague : gage de qualité pour les amateurs d’aventures classiques.

Voir également : Rencontre avec Thomas Legrain, à propos de la série « Sisco »

Henri FILIPPINI 

« Sisco T10 : Maori blues » par Thomas Legrain et Bénec

Éditions du Lombard (12 €) – ISBN : 978-2803670024

Galerie

Les commentaires sont fermés.